1. Genre, rapports sociaux de sexe : Eléments de définition



Yüklə 445 b.
tarix06.03.2018
ölçüsü445 b.



1. Genre, rapports sociaux de sexe : Eléments de définition

  • 1. Genre, rapports sociaux de sexe : Eléments de définition

  • 2. Du silence au foisonnement des études sur le sexe et le genre

  • 3 Déplacement du regard sociologique des femmes et du conflit famille/travail vers les avantages des hommes, dans la famille, sur le marché du travail (politiques de l’emploi et du chômage) et dans l’entreprise (recrutements, filières de mobilités, salaires …)

  • 3. Un bilan contrasté de la dynamique d’égalité : Des années 1960 à 2010 : un demi-siècle d’avancées décisives; des inégalités tenaces voire des reculs depuis les années 1980.

  • 4. Un exemple : les ingénieurs



Le genre, traduction de « gender », importé des Etats-Unis.

  • Le genre, traduction de « gender », importé des Etats-Unis.

  • Un des premiers à l’utiliser, dans les années 1950, est le psychiatre- psychanalyste Robert Jesse Stoller qui introduit le concept « d’identité de genre » à propos de patients transsexuels qui revendiquent une identité sexuée différente de celle qui leur a été assignée à la naissance

  • L’opposition entre sexe biologique et sexe psychosocial est développée par la sociologue britannique Ann Oakley dans un ouvrage publié en 1972 Sex, Gender and Society



En France, les sociologues du travail féministes (Danièle Kergoat, 1978; Le sexe du travail, collectif, 1984) ont introduit le concept de « rapports sociaux de sexe » et de division sexuelle du travail. Elles mettent l’accent sur les fondements matériels de la domination masculine : celle-ci est liée à l’assignation prioritaire des femmes à la sphère domestique et des hommes à la sphère professionnelle

  • En France, les sociologues du travail féministes (Danièle Kergoat, 1978; Le sexe du travail, collectif, 1984) ont introduit le concept de « rapports sociaux de sexe » et de division sexuelle du travail. Elles mettent l’accent sur les fondements matériels de la domination masculine : celle-ci est liée à l’assignation prioritaire des femmes à la sphère domestique et des hommes à la sphère professionnelle

  • L’usage du terme « genre » s’est généralisé à la fin des années 1990, défini comme « la construction sociale et culturelle de la différence des sexes » (Michèle Perrot, 1995)

  • S’est répandu en relation avec le développement des « études de genre » (réseaux, revues, enseignements…), mais aussi de la législation européenne et française pour les droits des femmes



Le genre n’est pas une variable ni une catégorie dichotomique immuable. Il ne se confond pas avec le sexe de l’Etat Civil, ni avec le genre grammatical (masculin, féminin ou neutre)

  • Le genre n’est pas une variable ni une catégorie dichotomique immuable. Il ne se confond pas avec le sexe de l’Etat Civil, ni avec le genre grammatical (masculin, féminin ou neutre)

  • L’usage au singulier du mot « genre » désigne un processus, un système de pouvoir, qui construit des différences et des hiérarchies entre les catégories d’hommes et de femmes.

  • La visée des travaux qui ont recours au genre est de déconstruire les conceptions qui fondent les identités, les rôles professionnels et sociaux des hommes et des femmes sur leur « nature » ou leur destin anatomique et légitiment la domination des hommes sur les femmes par leurs différences biologiques ou psychologiques.

  • Le genre est relationnel : on ne peut comprendre une catégorie (femmes ou hommes) que dans sa relation à l’autre



Les femmes invisibles : le deuxième sexe est largement absent des travaux des pères fondateurs de la sociologie du travail des années 1950-60 (Friedmann, Naville, Touraine). La figure emblématique est celle de l’ouvrier de la grande industrie. Le monde des employés de bureau (Michel Crozier) est peuplé d’êtres asexués.

  • Les femmes invisibles : le deuxième sexe est largement absent des travaux des pères fondateurs de la sociologie du travail des années 1950-60 (Friedmann, Naville, Touraine). La figure emblématique est celle de l’ouvrier de la grande industrie. Le monde des employés de bureau (Michel Crozier) est peuplé d’êtres asexués.



Madeleine Guilbert (1966), sociologue du travail, est la première a faire sa thèse sur Les fonctions des femmes dans l’industrie : séparation des tâches selon le sexe et déni de qualification pour les femmes. Les hommes ont des qualifications, les femmes des « qualités » : patience, minutie, dextérité sont considérées comme « naturelles », proches de leur rôle de femme au foyer.

  • Madeleine Guilbert (1966), sociologue du travail, est la première a faire sa thèse sur Les fonctions des femmes dans l’industrie : séparation des tâches selon le sexe et déni de qualification pour les femmes. Les hommes ont des qualifications, les femmes des « qualités » : patience, minutie, dextérité sont considérées comme « naturelles », proches de leur rôle de femme au foyer.

  • La découverte du travail domestique : le privé est politique, les inactives ne sont pas des oisives (Dephy, 1970)

  • L’articulation famille/travail, sexe et classe sociale : Kergoat (1978, 1982) à propos des ouvrières et le Sexe du travail (1984). La division inégalitaire des tâches dans la famille fonde les inégalités professionnelles



  • L’analyse des relations conflictuelles entre l’activité professionnelle des femmes et la famille se déplace vers la vie privée des hommes et l’avantage procuré, dans leur carrière, par une épouse assurant le soutien émotionnel et matériel.

  • Les explications du phénomène du plafond de verre sont moins recherchées du côté des femmes elles-mêmes et de leur socialisation que du côté du marché du travail, des organisations, de l’histoire des professions et des implicites de la culture professionnelle



Les années 60-70 sont dominées par les théories de la reproduction des inégalités sociales par l’école et par une vision misérabiliste des scolarités des filles : Dans les Héritiers (1964), Bourdieu et Passeron, centrent leur analyse sur les étudiants en Lettres, discipline emblématique de la reproduction du capital culturel. Le fait qu’il s’agisse surtout d’étudiantes est pour eux secondaire.

  • Les années 60-70 sont dominées par les théories de la reproduction des inégalités sociales par l’école et par une vision misérabiliste des scolarités des filles : Dans les Héritiers (1964), Bourdieu et Passeron, centrent leur analyse sur les étudiants en Lettres, discipline emblématique de la reproduction du capital culturel. Le fait qu’il s’agisse surtout d’étudiantes est pour eux secondaire.

  • Les années 80 voient percer quelques travaux tentant d’articuler mieux sexe et classe mais le débat sur les différences de sexe à l’école ne se développe dans toute son ampleur que dans les années 1990 avec les deux livres bien diffusés de Marie Duru-Bellat L’école des filles (1990) et de Christian Baudelot et Roger Establet (1991) Allez les filles!



La levée des interdits juridiques

  • La levée des interdits juridiques

  • Les succès scolaires des filles

  • Les femmes au cœur des évolutions de l’emploi

  • Féminisation des professions supérieures

  • Diminution du volume de travail domestique effectué par les femmes et généralisation du couple à deux actifs



1944 Droit de vote et d’éligibilité accordé aux femmes

  • 1944 Droit de vote et d’éligibilité accordé aux femmes

  • 1946 Principe de l’égalité des droits entre hommes et femmes dans le Préambule de la Constitution

  • 1965 La femme mariée n’est plus considérée comme une mineure. Réforme des régimes matrimoniaux

  • 1966 La femme peut exercer une activité professionnelle sans l’autorisation de son mari

  • 1967 Loi Neuwirth sur la contraception

  • 1970 La puissance paternelle est remplacée par l’autorité parentale, suppression de la notion de chef de famille

  • 1974 Création d’un secrétariat d’Etat à la condition féminine

  • 1975 Loi sur le divorce et la dépénalisation de l’adultère

  • 1975 : Loi Veil dépénalise l’avortement

  • 1981 Création d’un Ministère des droits des femmes

  • 2000, 2007 : Lois sur la parité sur les listes électorales



  • 1924 : Identité des programmes d’études secondaires pour les filles et pour les garçons

  • 1946 : Les femmes obtiennent le droit de se présenter aux examens de la magistrature.

  • 1948 : Accès des femmes au notariat

  • 1966 : Mixité de droit de toutes les formations professionnelles et techniques

  • 1972 : Loi sur le principe « à travail égal, salaire égal »

  • 1972 : Ouverture de L’Ecole polytechnique. Anne Chopinet est reçue 1ère.

  • 1973 : Accès des filles à HEC

  • 1973 : Ouverture du concours de commissaire de police

  • 1975 : Interdiction de discriminer en fonction du sexe dans l’emploi

  • 1983 : Loi sur l’égalité professionnelle. Double signature obligatoire sur les déclarations d’impôts.

  • 1986 : Fusion des ’ENS d’Ulm et de Sèvres

  • 2001 : Obligation pour les entreprises de négocier les plans d’égalité



1909 : Loi sur le droit des femmes à retrouver leur emploi après l’accouchement

  • 1909 : Loi sur le droit des femmes à retrouver leur emploi après l’accouchement

  • 1913 : Congé payé de maternité de 4 semaines

  • 1930 : Assurance maternité de 12 semaines pour la femme salariée et prise en charge médicale de la conjointe

  • 1932 : Généralisation des allocations familiales

  • 1966 : Interdiction de licenciement d’une femme enceinte

  • 1977 : Création du congé parental d’éducation

  • 1985 : Création de l’Allocation Parentale d’Education (APE) pour le3e enfant de moins de 3 ans

  • 1993 : APE ouverte dès le 2e enfant ; création de l’AGED (Allocation de garde de l’enfant à domicile)

  • 2002 : Congé paternel de 15 jours rémunérés pour la naissance d’un enfant (ou adoption)

  • 2003 : Loi sur la garde alternée après séparation des parents

  • 2004 : l’APE devient Complément de Libre Droit d’Activité (CLCA), ouvre le congé dès le premier enfant pour une durée de six mois.



En matière de scolarisation, le XIXe siècle est celui d’un enseignement spécifique et dévalorisé des filles par rapport à celui des garçons. Le XXe siècle consacre leurs avancées (Baudelot et Establet, 1991).

  • En matière de scolarisation, le XIXe siècle est celui d’un enseignement spécifique et dévalorisé des filles par rapport à celui des garçons. Le XXe siècle consacre leurs avancées (Baudelot et Establet, 1991).

  • L’évolution de l’accès au baccalauréat est emblématique de cette inversion historique des inégalités sexuées à l’école 





En 2008, on dénombre 65% de bacheliers dans une génération,

  • En 2008, on dénombre 65% de bacheliers dans une génération,

  • 70% chez les filles, 56% chez les garçons

  • Le taux de réussite au baccalauréat est supérieur pour les filles dans toutes les sections, y compris scientifiques : 82% contre 77%

  • A l’université, les étudiantes dépassent en nombre l’ensemble des étudiants en 1981, ceux de 3e cycle en 1999.

  • En 2010 elles représentent 44% des élèves de classes préparatoires, le tiers des promotions de l’ENA, la majorité des élèves de l’Institut National d’Agronomie, de l’Ecole Nationale de la Magistrature et de l’ENSAE



La progression de l’éducation des femmes a accompagné les grandes évolutions de l’emploi de ces cinquante dernières années : 

  • La progression de l’éducation des femmes a accompagné les grandes évolutions de l’emploi de ces cinquante dernières années : 

  • croissance de la population active resserrée sur les 25-49 ans

  • Salarisation : 75% à 91% (92% des femmes, 84% des hommes).

  • Tertiarisation : 75% des actifs de l’Europe des 15 en 2010, 66% des H, 87% des femmes.

  • Progression des catégories qualifiées, diminution des ouvriers et ouvrières mais progression des emplois non qualifiés dans les services, très féminisés.

  • Forte progression du chômage (2,5 à 10% en Europe)

  • Développement des emplois atypiques et de la précarité (intérim surtout pour les hommes, temps partiel pour les femmes, contrats à durée déterminée pour les deux sexes) (15% en France en 2006) : 37% de femmes à temps partiel en Europe en 2010, 30% en France





Les femmes de 25 à 49 ans interrompent moins leur activité lors des maternités. Effet de rattrapage dans tous les pays d’Europe : Italie, Espagne, Pays-Bas, Irlande.

  • Les femmes de 25 à 49 ans interrompent moins leur activité lors des maternités. Effet de rattrapage dans tous les pays d’Europe : Italie, Espagne, Pays-Bas, Irlande.

  • Le 3e enfant : activité des mères toujours plus faible mais la plupart ont interrompu dès la 1ère naissance

  • Il s’agit d’un changement profond du rapport à l’emploi des femmes.





Première vague, dans les années 1880-1900 : enseignantes de lycée, médecins et avocates.

  • Première vague, dans les années 1880-1900 : enseignantes de lycée, médecins et avocates.

  • Années 1920 : professions d’encadrement dans la fonction publique, dans des espaces et fonctions d’assistance légitimes pour des femmes - inspectrices de Maternelles et d’écoles de filles du primaire, assistantes sociales…. Ouverture d’HECJF et de l’EPF (Ecole polytechnique féminine)

  • La troisième vague, amorcée à la fin des années 1960, est celle de la véritable mixité. Les derniers verrous dans l’accès aux professions, liés à l’usage des armes et à l’exercice de l’autorité au plus haut niveau, dans les grandes entreprises et dans l’Etat, sautent avec l’ouverture des concours aux écoles des Mines, des Ponts (1969), de Polytechnique (1972), d’HEC (1973), de commissaires de police (1974).



Recul du mariage au profit de l’union libre

  • Recul du mariage au profit de l’union libre

  • Recul de l’âge au premier enfant

  • Resserrement de la taille de la famille autour de 2 enfants

  • Augmentation des divorces, le plus souvent à l’initiative des femmes

  • Le couple à deux actifs est devenu la norme



Inertie du non partage du travail domestique toujours assuré à 80% par les femmes, d’après les enquêtes sur les emplois du temps de l’INSEE réalisées depuis les années 1950.

  • Inertie du non partage du travail domestique toujours assuré à 80% par les femmes, d’après les enquêtes sur les emplois du temps de l’INSEE réalisées depuis les années 1950.

  • Mais baisse considérable du temps de travail domestique global réalisé par les femmes : Diminution constante de la part des femmes au foyer à partir des années 1960. Ces femmes et mères qui travaillent, prennent leurs repas de midi à l’extérieur, s’équipent en machines diverses – réfrigérateur, lave-vaisselles, micro-ondes - et autres produits industrialisés – conserves, surgelés, couches jetables... Des tâches, longtemps centrales dans la construction de l’identité des jeunes filles, telle la couture, connaissent un déclin drastique

  • Augmentation du temps de travail professionnel des femmes mais dans des proportions moindres que les hommes, donc :

  • Leur charge totale de travail a diminué de 11h par jour vers 1950 à 8h1/2 en 1998 (Chenu A., 2002, « La charge de travail professionnel et domestique des femmes : cinquante ans d’évolution », Données sociales, INSEE.).

  • Progression similaire à celle repérée pour les hommes, de la participation à la vie associative, la fréquentation des spectacles, la promenade, la pratique des jeux, de la musique ou du sport.



Des orientations scolaires et professionnelles moins rentables

  • Des orientations scolaires et professionnelles moins rentables

  • Sur-chômage, sous emploi, temps partiel, inégalités de salaires

  • Une plus forte concentration des femmes dans des métiers moins valorisés : le cas des métiers du care

  • Plafond de verre

  • Coût de la transgression (pour les femmes dans des mondes professionnels virils)









Des pionnières aux jeunes cadres d’aujourd’hui : les avancées vers l’égalité

  • Des pionnières aux jeunes cadres d’aujourd’hui : les avancées vers l’égalité

  • plafond de verre ou ciel de plomb : l’accroissement des écarts au fil de la carrière



L’histoire des femmes ingénieurs est celle d’une longue exclusion suivie d’une entrée lente mais continue, amorcée au début des années 1970.

  • L’histoire des femmes ingénieurs est celle d’une longue exclusion suivie d’une entrée lente mais continue, amorcée au début des années 1970.

  • Des études et métiers toujours majoritairement occupés par les hommes : en 2008, on compte 25% de filles diplômées d’une école d’ingénieur et 17% de femmes parmi les ingénieurs et cadres techniques en activité.

  • Des variations selon les disciplines (Agronomie, chimie versus mécanique, électronique)



12% des femmes sortent des plus « grandes » écoles contre 28% des hommes (ingénieurs de plus de 35 ans en 2002, Pochic, 2005, p. 83)

  • 12% des femmes sortent des plus « grandes » écoles contre 28% des hommes (ingénieurs de plus de 35 ans en 2002, Pochic, 2005, p. 83)

  • La part des filles reçues à l’X, Centrale, les Mines, les Ponts dans les années 2000 oscille entre 12% et 18%.

  • Une exception : l’Agro (68%)



Poids des stéréotypes : « grosses machines » (mécanique), la « cuisine » (chimie) ou le « hacker »

  • Poids des stéréotypes : « grosses machines » (mécanique), la « cuisine » (chimie) ou le « hacker »

  • Des espaces de qualification historiquement plus ou moins ouverts aux femmes : le laboratoire (liens avec la santé, l’environnement), le bureau d’études et la ferme versus l’atelier de mécanique ou le chantier

  • Types de recrutement : prépas intégrées (INSA) et voies parallèles (ENSI) versus classes prépas

  • Des projets de carrière : intérêt du métier versus la progression hiérarchique et salariale

  • Des évolutions de l’organisation du travail défavorables : exemple de l’informatique, monde délaissé par les femmes du fait de l’extériorisation des services des grandes entreprises vers les SSII (Helène Stevens, 2007), aux conditions de travail plus difficiles







La situation familiale explique surtout les carrières des hommes : leur carrière, salaires et horaires croissent avec le nombre d’enfants (à âge et diplômes contrôlés)

  • La situation familiale explique surtout les carrières des hommes : leur carrière, salaires et horaires croissent avec le nombre d’enfants (à âge et diplômes contrôlés)

  • Ce sont les horaires de travail très élevés qui expliquent le mieux le succès professionnel

  • Le modèle du « male breadwinner » reste dominant parmi les THP (très haut potentiel) des grandes entreprises : hommes plus « conformes » et disponibles. Les hommes en couples « égalitaires » font des carrières moins rapides.







Plus de huit ingénieurs des deux sexes sur dix font des heures supplémentaires. Ne pas compter son temps est un élément central de l’identité des cadres

  • Plus de huit ingénieurs des deux sexes sur dix font des heures supplémentaires. Ne pas compter son temps est un élément central de l’identité des cadres

  • La proportion d’hommes qui ne font jamais d’heures supplémentaires est identique à celle des femmes : 16 %.

  • Ces dernières font moins souvent que les hommes un grand nombre d’heures supplémentaires de façon régulière. Elles ont un rapport plus distancié à la disponibilité totale, rejointes par des hommes (jeunes) qui revendiquent une vie hors travail.



Plus grande longévité des femmes (Espérance de vie de 84,5 ans pour les femmes, de 78 ans pour les hommes)

  • Plus grande longévité des femmes (Espérance de vie de 84,5 ans pour les femmes, de 78 ans pour les hommes)

  • Trois fois moins de suicides de femmes

  • Explications : socialisation familiale et professionnelle sexuée



  • On apprend aux hommes à ne pas manifester leurs émotions, notamment leur peur, à manifester en revanche leur colère et agressivité, à extérioriser leur violence dans leurs comportements – violence envers eux-mêmes par une prise de risques délibérés - sports dangereux, vitesse excessive, abus d’alcool et de drogues, suicide… et envers les autres - transgression de la loi, violences sexuelles…

  • Accidents et maladies professionnelles mortelles dans les métiers d’hommes (Mines, bâtiment, police, armée)

  • cf. Anne-Sophie Cousteaux et Jean-Louis Pan Ke Shon, RFS, 2008/1, vol. 49, p. 53-92, Le mal être a-t-il un genre ? Suicide, risque suicidaire, dépression et dépendance alcoolique)



Les hommes représentent 85% des personnes mises en cause dans les diverses infractions et vols entre 1950 et 1992 en France, ils sont impliqués dans la quasi-totalité des violences sexuelles, dans 84% des brutalités physiques et dans 93% des tentatives de meurtre (Jaspard et équipe ENVEFF, 2001). Aux Etats-Unis 94% des détenus et 90% des meurtriers sont des hommes

  • Les hommes représentent 85% des personnes mises en cause dans les diverses infractions et vols entre 1950 et 1992 en France, ils sont impliqués dans la quasi-totalité des violences sexuelles, dans 84% des brutalités physiques et dans 93% des tentatives de meurtre (Jaspard et équipe ENVEFF, 2001). Aux Etats-Unis 94% des détenus et 90% des meurtriers sont des hommes



On apprend aux femmes à exprimer leurs sentiments, l’attention aux autres, a considérer que la réussite passe par celle de la vie familiale (vie en couple, maternité…); on leur apprend à contenir leur colère, leur agressivité.

  • On apprend aux femmes à exprimer leurs sentiments, l’attention aux autres, a considérer que la réussite passe par celle de la vie familiale (vie en couple, maternité…); on leur apprend à contenir leur colère, leur agressivité.

  • Celle-ci s’exprime à travers la somatisation, la dépression, des tentatives de suicide;

  • Les femmes qui tuent leur conjoint le font pour se protéger de sa violence ou protéger leurs enfants (Mercader Patricia, Houel Annick, Sobota Helga (2004), « Asymétrie des comportements dans le crime dit passionnel », Sociétés Contemporaines, n° 55, p. 91-111.



Déchéance : Les femmes, plus que les hommes sont atteintes de maladies chroniques et invalidantes

  • Déchéance : Les femmes, plus que les hommes sont atteintes de maladies chroniques et invalidantes

  • Pauvreté : 20% d’écarts de salaires entre actifs et actives, 38% pour les retraité-e-s

  • Des vieilles dames indignes ? Lagrave Rose-Marie (2009), « Ré-enchanter la vieillesse », Mouvements, dossier « La tyrannie de l’âge », n° 59, p. 113-122.



« Le mâle n’est pas une proie, on ne réclame de lui ni fraîcheur, ni douceur, ni grâce mais la force et l’intelligence du sujet conquérant. Les cheveux blancs, les rides ne contredisent pas cet idéal viril. » (De Beauvoir, La Vieillesse, 1970, Paris, Gallimard)

  • « Le mâle n’est pas une proie, on ne réclame de lui ni fraîcheur, ni douceur, ni grâce mais la force et l’intelligence du sujet conquérant. Les cheveux blancs, les rides ne contredisent pas cet idéal viril. » (De Beauvoir, La Vieillesse, 1970, Paris, Gallimard)

  • « Le vieillissement masculin, redouté lui aussi, n’est pas lié à la perte de beauté physique, mais à la perte de pouvoir lié à la retraite et/ou à un véritable déclin physique. Il survient donc bien plus tard » (Ilana Löwy, L’emprise du genre, La Dispute, 2006).



Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre, et Revillard Anne, Introduction aux Gender Studies : Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, Collection « Ouvertures politiques », 2012, 1ère édition en 2008

  • Bereni Laure, Chauvin Sébastien, Jaunait Alexandre, et Revillard Anne, Introduction aux Gender Studies : Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, Collection « Ouvertures politiques », 2012, 1ère édition en 2008

  • Blöss Thierry (dir.), 2001, La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, PUF. Ferrand Michèle (2004), Féminin Masculin, Editions La Découverte, Coll. Repères

  • Laufer Jacqueline, Marry C., Maruani Margaret (dir.), 2001, Masculin-féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, PUF.

  • Löwy Ilana (2006), L’emprise du genre, Paris, La Dispute

  • Löwy Ilana, Marry Catherine (2007), Pour en finir avec la domination masculine, Les Empêcheurs de penser en rond/Seuil

  • Le Mancq Fanny, Marry C. (2011), « La dynamique inachevée de l’égalité entre les sexes », in Galland O., Lemel Y. (dir.), La société française, un bilan sociologique des évolutions depuis l’après-guerre, A. Colin, p. 69-94.

  • Maruani Margaret (dir.), 2005, Femmes, genre et société : l’état des savoirs, Paris, La Découverte



Baudelot Christian., Establet Roger, 1991, Allez les filles ! Paris, Seuil (réed. en 1992 dans la collection Points Actuels, n° A128.

  • Baudelot Christian., Establet Roger, 1991, Allez les filles ! Paris, Seuil (réed. en 1992 dans la collection Points Actuels, n° A128.

  • Duru-Bellat Marie, 2004, (1ère édition en 1990), L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ? Paris, l’Harmattan

  • Marry Catherine, 2000, « Filles et garçons à l’école » in L’école : l’état des savoirs, sous la direction d’Agnès Van Zanten, Paris, La Découverte

  • Mosconi Nicole, 1994, Femmes et savoir. La société, l’école et la division de savoirs, Paris, l’Harmattan.

  • Rogers Rebecca (dir.), 2004, La mixité dans l’éducation. Enjeux passés et présents, ENS éditions.



  • Achin Cath., Leveque Sandrine (2006), Femmes en politique, Paris, La Découverte, Coll. Repères

  • Isabelle, Godechot Olivier, NaudierDelphine (2009), « Un plafond à caissons : Les femmes à l’EHESS », Sociologie du travail, Vol. 51, n°2, p. 253-274.

  • Buscatto Marie, Marry C., 2009, « Le plafond de verre dans tous ses éclats. La féminisation des professions supérieures au XXe siècle », Introduction au numéro spécial de Sociologie du travail n°2, vol. 51, p. 170-182.

  • Kergoat Danièle, 1982, Les ouvrières, éd. Le Sycomore

  • Le sexe du travail, coll., 1984, Grenoble, PUG

  • Marry C. (2006), « Variations sur le sexe des métiers » in Catherine Vidal (dir.) Féminin-masculin. Mythes et idéologies, Belin, p. 83-93.

  • Maruani M., 2011 (1ère édition en 2000), Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, Repères

  • Schweitzer Sylvie (2002), Les femmes ont toujours travaillé, Paris, Odile Jacob.

  • Singly de F., 1987, Fortune et infortune de la femme mariée, Presses Universitaires de France, Paris (5ème éd., 2002).



Gadea Charles, Marry Catherine, 2000, Les pères qui gagnent. descendance et réussite professionnelle chez les ingénieurs », Travail, Genre et Sociétés, n° 3, mars 2000, p. 109-135.

  • Gadea Charles, Marry Catherine, 2000, Les pères qui gagnent. descendance et réussite professionnelle chez les ingénieurs », Travail, Genre et Sociétés, n° 3, mars 2000, p. 109-135.

  • Guillaume Cécile, Pochic Sophie (2007), « La fabrication organisationnelle des dirigeants. Un regard sur le plafond de verre, Travail genre et sociétés, n° 17, Dossier « genre et organisations », p. 79-103.

  • Laufer Jacqueline, 1982, La féminité neutralisée ? Les femmes cadres dans l’entreprise, Paris, Flammarion.

  • Marry C., 2004, Les femmes ingénieurs, une révolution respectueuse

  • Stevens Hélène, 2007, « Destins professionnels des femmes ingénieurs. Des retournements inattendus », Sociologie du travail, 49 (4), 443-463




Dostları ilə paylaş:


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2017
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə