Labellisation «imu» pour opérations de recherche et de valorisation à venir



Yüklə 36.17 Kb.
tarix26.10.2017
ölçüsü36.17 Kb.

imupicto5_3 - 5x2




Labellisation « IMU » pour

opérations de recherche et de valorisation

à venir

Fiche descriptive







Titre de l’opération de recherche ou de valorisation

Les eaux urbaines, gestion et réglementation en France : approche pluridisciplinaire d’un objet technique 

Financement

Source(s)

EVS


Montant

120 €


Responsables scientifiques

Nom : Vareilles

Prénom : Sophie

Fonction : MCF

Laboratoire : EVS

Téléphone : 04.72.43.82.61

Mail : sophie.vareilles@insa-lyon.fr

Nom : Harpet

Prénom : Claire

Fonction : Ingénieure de recherche Université Lyon 3

Laboratoire : Chaire Industrielle, Faculté de Philosophie Lyon 3

Téléphone : 0478787978

Mail : c.harpet@wanadoo.fr

Nom : Baati

Prénom : Selma

Fonction : Doctorante

Laboratoire : EVS

Téléphone : 04.72.43.62.33

Mail : selma.baati@insa-lyon.fr

Chercheurs impliqués

Selma Baati (urbaniste, EVS, INSA de Lyon), Philippe Billet (juriste, IDE, Université Lyon 3), Henry Dicks (post-doctorant philosophe, Université Lyon 3), Stéphane Frioux (historien, Université Lyon 2), Claire Harpet (ingénieure recherche anthropologue, Université Lyon 3), Jean-Philippe Pierron (philosophe, Université Lyon 3), Jean-Yves Toussaint (urbaniste, EVS, INSA de Lyon), Sophie Vareilles (urbaniste, EVS, INSA de Lyon)

Partenaires académiques

– Chaire Industrielle « Rationalités, usages et imaginaires de l’eau », Faculté de Philosophie Université Lyon 3 / Lyonnaise des Eaux

– UMR 5600 « Environnement Ville Société »

– Institut du Droit de l’Environnement


Partenaires praticiens

Lyonnaise des Eaux

  1. Présentation de l’opération de recherche ou de valorisation

La demande de labellisation concerne un séminaire de recherche organisé en partenariat entre l’Institut du Droit de l’Environnement, la Chaire industrielle Université Lyon 3/Lyonnaise des Eaux « Rationalités, usages et imaginaires de l’eau » et l’UMR 5600 « Environnement Ville Société ».

  • Durée

Une demi-journée (20 juin 2013)

  • Problématique

Le séminaire vise à interroger les rapports entre la gestion des eaux urbaines et la réglementation. Comment la réglementation participe-t-elle à la gestion des eaux urbaines ? En quoi informe-t-elle les dispositifs techniques et organisationnels à l’œuvre ? De quelles manières oriente-t-elle l’action et les activités relatives à la gestion des eaux urbaines. Comment participe-t-elle à l’évolution de ces activités ?

Pour répondre à ces questions, le séminaire considère les dispositifs techniques de gestion et de régulation des eaux urbaines, du captage au rejet dans le milieu naturel, en passant par l’alimentation et l’assainissement. Il reviendra sur l’évolution des dispositifs techniques et organisationnels depuis le xixe siècle et envisagera en particulier les questions de la réglementation des eaux urbaines et de sa mise en œuvre.

Le séminaire s’appuiera sur l’intervention et la participation de chercheurs provenant de disciplines diverses et visera à contribuer à une analyse multidisciplinaire de l’objet « eaux urbaines ».


  • Objectifs scientifiques

– Mieux comprendre les modalités passées et actuelles de gestion des eaux urbaines, en particulier le rôle de la réglementation dans cette gestion et les difficultés soulevées par sa mise en œuvre

– Produire des connaissances sur la fabrication de la ville

– Initier un cycle de séminaires pluridisciplinaires autour des eaux urbaines et ce faisant, contribuer à mieux asseoir une analyse pluridisciplinaire de cet objet

– Partager et confronter des approches et « regards » scientifiques différents autour d’un objet en partage, à savoir : les « eaux urbaines »

– Réinterroger nos savoirs scientifiques (résultats, cadres d’analyse, problématiques, méthodes) à partir d’une approche pluridisciplinaire


  • Positionnement de cette opération dans la stratégie d’IMU (notamment en termes de pluralité scientifique)

Les attendus du séminaire sont une meilleure compréhension des activités de gestion des eaux urbaines, notamment le choix des dispositifs techniques et organisationnels, les raisons à ces activités, le rôle de la réglementation dans ces activités et leurs évolutions. En cela, ce séminaire peut intéresser :

– le thématique 5 « Environnements, natures, écotechnologies » en informant sur l’instrumentation de la ville, en l’occurrence celle des eaux urbaines et de leurs milieux récepteurs dans un contexte marqué par un accroissement des préoccupations environnementales ;

– l’atelier 2 « Environnements, territoires, sociétés » en rendant compte des raisons environnementales, réglementaires, politiques, économiques, sociales et urbaines qui participent de la gestion des eaux urbaines, comme ensemble de dispositifs techniques et organisationnels, et qui, ce faisant, contribuent à la constitution des environnements urbains ;

– l’atelier 3 « Mondes possibles, écotechnologies, mutations sociales et économiques » en renseignant sur les conditions possibles du changement, à travers l’étude du rôle de la réglementation dans l’évolution des pratiques et usages liés à la gestion de l’eau en ville.

Bien que les interventions prévues (cf. infra § D. Annexes) recouvrent une pluralité scientifique dans les domaines des sciences de l’homme et de la société (histoire, droit, urbanisme), le séminaire a vocation à s’ouvrir à une pluralité scientifique et technique plus large, intégrant les sciences pour l’ingénieur, les sciences de l’environnement ainsi que les savoirs des praticiens. L’annonce du séminaire paraîtra dans les listes de diffusion des partenaires (Université Lyon 3, INSA de Lyon, UMR 5600 « Environnement Ville Société », OTHU). Cette pluralité scientifique et technique large trouvera à se réaliser dans les temps de discussion prévus au programme du séminaire (discussion en réaction à chaque intervention et discussion générale). Par ailleurs, ce séminaire pourrait être le premier d’une série de séminaires pluridisciplinaires autour de la gestion des eaux urbaines. Il est ainsi attendu des discussions l’identification de thématiques et de questions de recherche pour l’organisation de nouveaux séminaires, intégrant les sciences de l’homme et de la société, les sciences de l’environnement, les sciences pour l’ingénieur et les savoirs des praticiens.


  1. Retombées envisagées selon la nature de l’opération

Ce séminaire devra permettre d’amorcer un cycle de séminaires autour de la question des eaux urbaines et des activités qui leur sont liées. Ce cycle de séminaires devra ainsi participer au développement d’échanges entre chercheurs issus des sciences de l’homme et la société, des sciences pour l’ingénieur et des sciences pour l’environnement. Il aura pour ambition de renforcer un réseau multidisciplinaire de chercheurs travaillant sur la question des eaux urbaines dans l’agglomération Lyon-Saint-Etienne.

  1. Valorisation IMU proposée

Le séminaire se déroulera sur une demi-journée (20 juin 2013), il devrait réunir environ 25 personnes. La valorisation d’IMU consisterait en une mention du Labex dans l’annonce de la manifestation. A ce jour, il n’est pas prévu de valorisation du séminaire sous forme de publication.

  • Détails des modalités de valorisation IMU

Mention d’IMU dans l’annonce de la manifestation

Diffusion par IMU de l’annonce de la manifestation

  • Budget global de l’opération

Le budget du séminaire concerne l’organisation de l’accueil du séminaire pour 25 personnes : café, thé, jus de fruit, viennoiseries, soit, d’après une première estimation (avec le CROUS comme prestataire) : 120 € TTC.

Ces dépenses sont prises en charge par l’UMR 5600 « Environnement Ville Société ».



  1. Annexes : argumentaire et programme du séminaire

Les eaux urbaines, gestion et réglementation en France. Approche pluridisciplinaire d’un objet technique », 20 juin 2013, Lyon

  • Argumentaire

Les objets et dispositifs techniques, dont les assemblages constituent les villes et plus largement les environnements urbains, sont multiples et très variés : bâtiments, automobiles, voiries, réseaux divers, arbres, fontaines, trottoirs, etc. –la période contemporaine se caractérisant par une massification de ces objets due aux développements techniques et scientifiques. Ce sont ces objets et ces dispositifs techniques qui assurent les conditions de la vie urbaine. Ainsi, au cours du temps, les villes et la vie urbaine évoluent avec ces objets et dispositifs techniques qui les composent. La gestion des eaux dans les villes prend un tournant considérable au xixe siècle avec le développement du courant hygiéniste, le rôle croissant des ingénieurs dans l’aménagement urbain, l’apparition de l’hydrologie comme discipline et la mise en place des premiers systèmes de distribution et d’évacuation des eaux urbaines1. A partir du xxe siècle, cette gestion devient une affaire d’Etat et fait l’objet de réglementations nationales et communautaires.

Les eaux urbaines désignent l’ensemble des eaux de la ville : eaux pluviales, eaux usées, eau potable, eaux de ruissellement, masses d’eau, etc. Elles renvoient aux dispositifs techniques et spatiaux qui assurent la gestion de ces eaux dans les villes (canalisations, avaloirs, STEP, déversoirs, capteurs, vannes, etc.) et aux organisations, qui ont en charge la fabrication et la maintenance de ces dispositifs et, ce faisant, contribuent à cette gestion. Comment le système de gestion des eaux urbaines a-t-il été construit depuis le xixe siècle ? Par qui ? Pour quoi ? De quelles manières est-il mobilisé dans les activités urbaines ? Quels rationalités, représentations et régimes axiologiques implique-t-il ?

En France, le cadre réglementaire et législatif semble tenir pour une grande place dans la mise en œuvre de systèmes de gestion des eaux urbaines (réseaux d’adduction, systèmes d’assainissement, dispositifs alternatifs au réseau souterrain, etc.). Il intéresse la salubrité et la sécurité publiques, les services publics, l’urbanisme, la protection des milieux naturels, des milieux aquatiques et des ressources en eau. L’évaluation de ce cadre est objet de discussions et de controverses parmi les acteurs de l’eau en ville (collectivités territoriales, entreprises gestionnaires, Etat, chercheurs, associations, etc.). Selon ces acteurs, les dispositifs techniques et les situations d’action tendent à être une opportunité, une contrainte, une limite, voire un verrou pour l’action. Qu’en est-il ? Comment la réglementation participe-t-elle de la gestion des eaux urbaines ? En quoi informe-t-elle les dispositifs techniques et organisationnels à l’œuvre ? De quelles manières oriente-t-elle l’action et les activités relatives à la gestion des eaux urbaines ? Comment participe-t-elle à l’évolution de ces activités ?

Ce séminaire se propose de considérer les dispositifs techniques de gestion et de régulation des eaux urbaines, du captage au rejet dans le milieu naturel, en passant par l’alimentation et l’assainissement. Pour cela, il reviendra sur l’évolution des dispositifs techniques et organisationnels depuis le xixe siècle. Il envisagera en particulier les questions de la réglementation des eaux urbaines et de sa mise en œuvre à travers ces dispositifs techniques et organisationnels. Le séminaire s’appuiera sur l’intervention et la participation de chercheurs provenant de disciplines diverses. Il visera ainsi à contribuer à une analyse multidisciplinaire de l’objet « eaux urbaines ».



  • Programme

Salle d’esthétique, Faculté de Philosophie, Université Lyon 3, 1 rue de l’Université, 69 007 Lyon

8h30 Accueil

9h00 Introduction

9h15 Stéphane Frioux, LARHA/Université Lyon 2, L'historien face aux eaux potables et usées des urbains (fin xixe siècle – milieu xxe siècle)

10h00 Philippe Billet, IDE/Université Lyon 3, Régime juridique de la gestion des eaux urbaines

10h45 Pause

11h00 Selma Baati, Jean-Yves Toussaint, Sophie Vareilles, EVS/INSA de Lyon, Le rôle de la réglementation dans la gestion des eaux urbaines

11h45 Discussion



12h30 Conclusions du séminaire

1- Cf. Barles Sabine, 1999, La ville délétère. Médecins et ingénieurs dans l'espace urbain. xviiie-xixe siècle, Seyssel, Ed. Champ Vallon, Coll. Milieux, 373 p.

IMU – AAP 2011 Page



Dostları ilə paylaş:


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2017
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə