Tous les membres du



Yüklə 402.14 Kb.
səhifə6/8
tarix14.08.2018
ölçüsü402.14 Kb.
1   2   3   4   5   6   7   8

DARFOUR



Des camps de réfugiés attaqués au Darfour
REUTERS | 03.11.06 | 09:15
NATIONS UNIES (Reuters) - Des milices ont attaqué des camps de réfugiés au Darfour, province de l'ouest du Soudan, faisant de nombreuses victimes parmi lesquelles 27 enfants âgés de moins de 12 ans, rapportent les Nations unies.
Les attaques ont eu lieu les 29 et 30 octobre dans la région de Djebel Moun et ont notamment visé un camp abritant 3.500 personnes qui avaient fui les violences, a précisé Marie Okabe, porte-parole de l'Onu.
Le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, a appelé toutes les parties à cesser les affrontements dans cette région et il a demandé au gouvernement soudanais de tout faire pour protéger les civils de ces attaques, a indiqué Okabe.
Depuis le début des combats au Darfour en 2003, plus de 200.000 personnes ont été tuées et 2,5 millions ont dû fuir leur domicile pour se réfugier dans des camps.
Le conflit oppose essentiellement les rebelles non arabes au gouvernement dominé par les Arabes, associé aux milices Djandjaouids.
Le gouvernement soudanais a refusé le déploiement d'une force de maintien de la paix de l'Onu au Darfour.
http://permanent.nouvelobs.com/etranger/20061103.REU47008.html?idfx=RSS_international

Soudan: Béchir réaffirme son refus des Casques bleus au Darfour
Le président soudanais Omar al-Béchir a réaffirmé vendredi son opposition à l'envoi de Casques bleus au Darfour, au lendemain de la condamnation par l'ONU de nouvelles attaques meurtrières contre des camps de réfugiés.
"Si nous acceptons les troupes de l'ONU, l'impact sera comme celui des forces de la coalition en Irak (...), l'Irak est complètement détruit", a déclaré M. Béchir à Pékin où il doit participer ce week-end à un sommet sino-africain.
"Nous pouvons imaginer ce qu'il se passera, c'est pourquoi nous avons décidé de refuser plutôt que d'accepter", a ajouté le président soudanais, au cours d'un point de presse.
Depuis le début du conflit en février 2003 entre une rébellion locale et les milices djandjawid alliées à l'armée soudanaise, au moins 200.000 personnes ont péri des effets de la famine, des combats ou de maladie au Darfour (ouest du Soudan).
De nouvelles attaques contre des camps de réfugiés ces jours derniers ont fait de nombreuses victimes civiles dont 27 enfants de moins de 12 ans, a dénoncé jeudi le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan.
Le Conseil de sécurité a décidé le 31 août l'envoi de Casques bleus, quelque 17.000 soldats et 3.000 policiers, pour prendre la relève de la force de l'Union africaine (UA) au Darfour, sous-financée et mal équipée, mais le président soudanais Omar el-Béchir s'y oppose.
La Chine n'avait pas voté la résolution et avait souligné son opposition à l'adoption de sanctions contre le Soudan, un de ses grands fournisseurs de pétrole.
Vendredi, Omar el-Béchir s'est félicité des relations de son pays avec Pékin dont il a loué la diplomatie.
"Nous apprécions le soutien que la Chine a apporté au Soudan au Conseil de sécurité", a déclaré le président soudanais.
"La Chine n'a pas d'ambition politique (...) la Chine ne s'ingère pas dans les affaires internationales", a-t-il estimé.
Jeudi, le président chinois Hu Jintao a toutefois demandé à Omar el-Béchir d'oeuvrer pour "améliorer la situation humanitaire" du Darfour. La veille, les Etats-Unis avaient renouvelé pour un an les sanctions contre le Soudan.
http://www.jeuneafrique.com/fluxafp/fil_info.asp?art_cle=32824

Le Soudan s'oppose toujours à une force de l'Onu au Darfour
PEKIN (Reuters) - Le Soudan n'acceptera pas le déploiement d'une force de maintien de la paix des Nations unies au Darfour, a réaffirmé le président soudanais Omar Hassan al Bachir, soulignant qu'une telle présence pourrait faire de son pays un deuxième Irak.
"Pour ce qui est d'une force onusienne de maintien de la paix, nous avons décidé que l'impact du déploiement d'une telle armée dans notre pays serait le même que ce qui est en cours en Irak", a-t-il dit lors d'une conférence de presse à Pékin, où il participe au sommet Chine/Afrique.
L'Onu envisage d'envoyer 22.500 casques bleus au Darfour, dans l'ouest du Soudan, où le conflit en cours depuis début 2003 a fait des dizaines de milliers de morts et forcé 2,5 millions de personnes à quitter leurs foyers.
Mais le Soudan s'y oppose catégoriquement, y voyant une entreprise colonialiste.
"Nous apprécions le soutien que nous a apporté la Chine au Conseil de sécurité, l'insistance sur le fait que le soutien du Soudan doit être recherché avant l'adoption d'une résolution", a poursuivi le président soudanais.
La veille, le président chinois Hu Jintao avait dit comprendre les préoccupations du Soudan concernant le Darfour.
"La question du Darfour est de nouveau à la croisée des chemins", a-t-il dit à Bachir, selon la télévision nationale chinoise. "La Chine comprend totalement les préoccupations du Soudan sur cette question, et espère que le Soudan renforcera le dialogue avec toutes les parties, coordonnera les positions et s'efforcera de parvenir à une solution adéquate".
La Chine a d'importants intérêts commerciaux au Soudan, qui lui vend de grandes quantités de pétrole (plus de 14 millions de barils pour la seule année en cours).
Elle est, entre autres, un important fournisseur d'armes au régime de Khartoum.
http://fr.news.yahoo.com/03112006/290/le-soudan-s-oppose-toujours-a-une-force-de-l.html

Darfour: l'Onu dénonce des attaques meurtrières contre des réfugiés
NEW YORK - Des milices ont а nouveau attaqué des camps de réfugiés ces derniers jours au Darfour, province de l'ouest du Soudan. Elles ont fait de nombreuses victimes parmi lesquelles 27 enfants âgés de moins de 12 ans, ont rapporté les Nations unies.
Les attaques ont eu lieu les 29 et 30 octobre dans la région de Djebel Moun. Elles ont notamment visé un camp abritant 3500 personnes qui avaient fui les violences, a précisé Marie Okabe, porte-parole de l'Onu.
Le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, a appelé toutes les parties à cesser les affrontements dans cette région. Il a demandé au gouvernement soudanais de tout faire pour protéger les civils de ces attaques, a indiqué Okabe.
Depuis le début des combats au Darfour en 2003, plus de 200 000 personnes ont été tuées et 2,5 millions ont dû fuir leur domicile pour se réfugier dans des camps.
Le conflit oppose essentiellement les rebelles non arabes au gouvernement dominé par les Arabes, associé aux milices Djandjaouids. Le gouvernement soudanais a refusé le déploiement d'une force de maintien de la paix de l'Onu au Darfour.
(ats / 03 novembre 2006 03:55)
http://www.romandie.com/infos/ats/display.asp?page=20061103035524583172194815700.xml




Dostları ilə paylaş:
1   2   3   4   5   6   7   8


Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2017
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə