Bulletin de l’institut



Yüklə 321,07 Kb.
səhifə11/13
tarix31.10.2017
ölçüsü321,07 Kb.
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13
    Bu səhifədəki naviqasiya:
  • CHINE.

AFRIQUE DU SUD.



Fête jubilaire. — Sous le climat ensoleillé de nos régions. sud-africaines et sous l'influence tutélaire de la Croix du Sud, on est dans de bonnes conditions pour devenir vieux. Aussi. n'est-il pas très rare que, malgré le nombre malheureusement trop restreint des membres de la Province, nous ayons à saluer au passage les Noces d'Or religieuses de quelque bon vétéran, ce qui est pour nous, cela va sans dire, un plaisir toujours: nouveau.

Cette fois le héros de la fête est le sympathique Frère Joseph: Marie, un de nos doyens, que ses longs et fructueux travaux pour la gloire de Dieu et le bien de la jeunesse contribuent encore plus que sa splendide barbe blanche à nous rendre vénérable.

Il convenait donc ou jamais que le 14 octobre, cinquantième anniversaire de son heureuse entrée au noviciat de Beaucamps ne fût pas parmi nous un jour quelconque; et de fait on peut dire que rien de ce que peut inventer l'affection fraternelle pour se manifester agréablement sans sortir des bornes de la simplicité religieuse ne fut oublié. Ce fut, au spirituel comme au temporel, une vraie fête de famille.

Elle ne devait être cependant qu'un prélude. Bien que la communauté de Uitenhage, qui compte le cher Jubilaire parmi ses membres; eût le premier droit à cette affectueuse manifestation, le C.. Frère Provincial estima avec raison qu'elle ne devait pas en avoir le privilège exclusif; et il arrangea les choses-pour que tous les Frères de la Province eussent la satisfaction d'y participer à leur tour.

C'est pourquoi, le 22 décembre, jour de la clôture de la retraite annuelle. fut une réédition amplifiée de la fête du 14 octobre. Le matin, messe jubilaire solennelle, où tous les retraitants, après s'être unis au bon Frère Joseph-Marie : pour rendre grâces à Dieu de tous les bienfaits reçus au cours de ses cinquante ans de vie religieuse, en demandent la prolongation pendant de longues années encore.

A la fin du dîner, le C. Frère Columbanus, Assistant, Délégué du il. Frère Supérieur Général, qui préside la retraite; le C. Frère Marie Vital, Provincial, et le C. Frère Julien-Henri, Directeur de la maison, prennent tour à tour la parole pour féliciter l'heureux Jubilaire, et citer à l'appui de leurs éloges bien des traits édifiants de son long apostolat dans l'Afrique du Sud, où il vint jeune encore, et dont il suivit tous nos établissements en faisant partout l'œuvre de Dieu.

Puisse-t-il, sous l'égide de ses deux augustes patrons, ajouter encore un long chapitre à cette belle histoire et ne pas manquer au rendez-vous qui lui fut donné pour ses Noces de Diamant en 1931! Hoc est in votis.

CHINE.

De nos œuvres de Chine, nous avons reçu, grâce à Dieu, ces temps derniers, de bonnes nouvelles.

"Ici à Chala, écrivait, au mois de novembre dernier, un des Frères de la maison provinciale, les postulants et les juvénistes marchent toujours bien. Les 11 postulants vont prendre le saint habit au commencement de février. Parmi eux, 9 sont de la classe de l'école normale4 (1); ils se présenteront au brevet le mois prochain. Des deux autres, l'un est apprenti tailleur et l'autre fait une partie de classe au juvénat. En seconde classe, nous avons 15 juvénistes; ils finiront leurs études en 1923. En troisième classe nous en avons 14, qui ont encore un peu plus de quatre années d'études avant de prendre l'habit. Dans nos trois autres classes, il y en a respectivement 16, 19 et 18, dont les plus jeunes ont à peine 11 ans. Cela nous fait en tout 93 enfants.

Nous pourrions encore, à la rigueur, en recevoir sept ou huit; mais il faudrait qu'il s'en présente sachant déjà quelque chose, ce qui n'est pas l'ordinaire, car ici, nous n'avons guère, il est vrai, que l'embarras du choix en ce qui regarde la quantité, à. cause du grand nombre d'enfants qu'il y a dans chaque famille, mais nous sommes très mal favorisés sous le rapport de l'instruction, à cause de la rareté des écoles et du petit nombre de paroisses qui ont un prêtre en résidence. Nous avons tout de même bon espoir, moyennant la bénédiction céleste, d'arriver avec le temps à un bon résultat’’.

Pour remédier à l'influence quelque peu débilitante du climat, on est en train de construire deux maisons de vacances: une dans la région de Pékin, sur un terrain acheté dans ce but depuis déjà quelques années, et l'autre dans la région du sud, à Djo Pou. La première, baptisée du nom de N. D. de l'Hermitage, évocateur, pour les Petits Frères de Marie, de tant de pieux souvenirs, est presque terminée; la seconde semble un peu moins avancée; mais il y a espoir que toutes deux pourront être utilisées aux vacances prochaines.

A Shanghai, le Collège Saint-François-Xavier, malgré ses vastes dimensions est plein comme un œuf, avec ses 24 classes dont 13. pour les Européens, 8 pour les Chinois, 3 pour les orphelins, lesquelles ensemble, n'ont pas moins de. 915 à 920 élèves: tout un peuple, comme .on voit, et à la rentrée dernière on a dû cependant refuser 260 élèves chinois qui demandaient à être admis.

Les anciens élèves chinois du Collège regrettent beaucoup tette exclusion, faute de place, d'un si grand nombre de leurs con-nationaux, et ils patronnent chaudement la construction d'un local distinct dans on autre endroit de la ville pour y transférer la section chinoise du Collège St.-François-Xavier. Naturellement la chose ne se fera pas sans difficultés, car; surtout par les temps qui courent, terrains et constructions, dans une-ville comme Shanghai, sont à des prix très élevés, sans compter qu'il. faudrait un supplément de Frères qu'on ne sait pas bien ou prendre ; mais les promoteurs du projet, dont beaucoup sont des hommes d'action, tiennent à sa réussite, et il ne serait peut-être pas impossible que, la Providence aidant, il se réalisât dans un avenir assez prochain..

De son côté, la Municipalité française de Shanghai a décidé d'agrandir considérablement le local de l'Ecole franco-chinoise (470 élèves), confiée depuis déjà de nombreuses années à la direction de nos Frères. Cela donnera, en comptant la partie qui existe déjà, de la place pour 20 classes, mais demandera également une augmentation de personnel, dont une partie il est vrai pourra être laïque et recrutée sur place.

Nos autres écoles et collèges des autres villes, sont également, pour la plupart, aussi peuplées qu'elles peuvent l'être:

Pékin, Collège du Nantang, 530 élèves.

Tientsin, Collège européen, 150 élèves.

Tientsin, Ecole Municipale française, 170 élèves chinois.

Canton, Collège du Sacré-Coeur, 720 élèves chinois.

Hankeou, Ecole municipale française, 228 élèves chinois.

Weihouifou, Ecole française, 250 élèves chinois.

Dans plusieurs, de ces collèges, il y a eu dès conversions consolantes, notamment â Weihouifou, où les Frères, le jour de Noël, ont assisté au baptême de 6 de leurs élèves.

Après bien des entraves, les Frères Louis-Eraste et Joseph-Félicité sont enfin parvenus .à Tchentou, capitale de Setchouen, où ils vont reprendre l'œuvre interrompue depuis huit ans par suite. de la guerre. Ils ont trouvé leur maison bien délabrée pendant cette longue désoccupation, mais peu â peu tout s'arrangera. Ils attendent un troisième confrère.

Le C. Frère Elie-Marie, A. G., Délégué du R. Fr. Supérieur, est arrivé en bon port et en bonne santé, grâces à Dieu, avec ses trois compagnons de route: FF. Callépode, Marié-Raphaël et Evaristo-Léon, qui sont déjà au travail.

Nous demandons une prière aux lecteurs -du Bulletin pour que sa visite de délégation soit fructueuse et sans fâcheux accident.



Yüklə 321,07 Kb.

Dostları ilə paylaş:
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə