Bulletin de l’institut


NOS AMIS ET BIENFAITEURS DEFUNT



Yüklə 321,07 Kb.
səhifə12/13
tarix31.10.2017
ölçüsü321,07 Kb.
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

NOS AMIS ET BIENFAITEURS

DEFUNT




M. LE CHANOINE PONTY

Au moment même où paraissait le dernier numéro du Bulletin, nous apprenions avec douleur la mort soudaine de Mr Léon Ponty, Chanoine théologal de Tulle, qui fut, pendant 15 ans (1885-1900), l'aumônier très éclairé, très zélé et très aimé de Notre Dame de Lacabane, et qui n'a jamais cessé depuis de témoigner un grand .attachement à notre congrégation. Nous remplissons aujourd’hui un devoir de la plus juste reconnaissance en le recommandant aux bonnes prières des Lecteurs du Bulletin. et en reproduisant ci-après la belle notice nécrologique que lui consacrait la Semaine Religieuse de Tulle dans son N° du 25 novembre 1921.



Nécrologie.

"Monsieur Le Chanoine Léon Ponty naquit à Saint Hilaire-Foissac, le 18 mars 1854, et fut ordonné prêtre à Tulle le 26 mai 1877. Il fut successivement nommé professeur au collège d' Ussel, le 12 octobre 1877 ; vicaire à Beaulieu, le 1ier novembre 1883; curé d'Eyrein, le 11 mai 1884; aumônier des Petits Frères de Marie, à Lacabane (Cublac), le 25 août 1885; curé de Queyssac, le 1ier août 1900; doyen de St Pierre de Tulle, le 1ier décembre 1900; chanoine honoraire, le 20 avril 1901 ; chanoine titulaire, le 1ier octobre 1911. Il est décédé à Tulle presque subitement, le 14 novembre 1921.

Lui qui, dans la "Semaine Religieuse’’ a si souvent et si délicatement parlé de ses confrères, il nous faut aujourd'hui, hélas! parler de lui.. C'est un tribut bien légitime que lui doit l'amitié et que réclame pour un de ses membres éminents le clergé du diocèse.

L'abbé Ponty! le chanoine Ponty! Ce fut dès le petit séminaire, une figure à part. Elève intelligent, studieux, discipliné, il fut tout particulièrement apprécié de ses maîtres, et il eut toute sa vie la joie intense de voir ses camarades de Servières, de Brive et de Tulle l'entourer d'estime et d'affection et applaudir sans réserve aux distinctions honorifiques que lui valurent son talent et son zèle.

Ce n'est pas qu'il recherchât la sympathie. On eût pu dire, certaines heures, qu'il la dédaignait, tant sa loyauté le poussait à manifester sa pensée. Loyauté naturelle, les études ne l'affaiblirent pas, tant s'en faut. Professeur, vicaire, aumônier, curé, chanoine, il garda toujours et à l'égard de tous cette indépendance de caractère que donne l'intelligence et que développe la dignité de la vie. Peut-être en exagéra-t-il l'expression.

C'est le propre des mesures généreuses de dépasser parfois la mesure. Mais on peut dire de lui qu'il croyait à l'amitié et qu' il y attachait le plus grand prix, et que si l'amour-propre lui causait des surprises désagréables, il était surtout meurtri dans son cœur de la peine qu'il pouvait faire aux- autres. Et il était si heureux de voir les nuages se dissiper et le ciel se montrer plus chaud et plus lumineux qu'avant! La clarté en effet, voilà ce que réclamait l'abbé Ponty dans ses sentiments et dans ses idées, cette clarté particulière que donnent au prêtre ses études, j'entends bien sans doute les études profanes, mais je veux dire surtout l'étude de la théologie et des grands maîtres de la vie chrétienne. L'abbé Ponty avait beaucoup lu et beaucoup retenu, grâce à une mémoire heureuse et à une application soutenue, grâce aussi à cet ordre lumineux qu'il voulait partout. Et de ce fait sa conversation s'élevait sans effort, édifiante, instructive, amusante, mais toujours de bon ton, car le prêtre distingué avait horreur des papotages et des choses vulgaires. Et parce qu'il savait écouter, il ajoutait un charme singulier aux visites qu'il faisait ou qu'il recevait.

Où l'abbé Ponty donna sa première mesure, ce fut à Lacabane, chez les Petits Frères de Marie. Il y avait là un noviciat florissant. Milieu intellectuel où l'aumônier se mouvait à l'aise parce que dans son élément. Les conférences religieuses qu'il y donna, en affermissant bien des vocations et en préparant toute une génération de maîtres aussi dévoués que bien trempés aux luttes de l'enseignement, firent époque dans cette maison et dans bien d'autres maisons de l'Ordre ou circulaient parmi les étudiants, les rédactions de ceux de Lacabane.- Il dut même céder aux invitations pressantes des Provinciaux et sacrifier ses vacances pour prêcher des retraites aux divers alumnats et noviciats. Et nous l'avons vu encore l'année passée, en dépit de l'âge et des fatigues d'un long voyage, partir pour l'Espagne où l'attendaient les exilés, et où il fut l'objet de réceptions enthousiastes.

Entre temps l'aumônier qui vivait de la règle et de l'esprit de la communauté, séduit par ce qu'il apprenait du Frère François, écrivait la vie du 1ier Supérieur Général des Petits Frères de Marie: ouvrage excellent, où s'unissent harmonieusement la conscience de l'historien, et le talent de l'artiste, qui lui valut les lettres les plus flatteuses et la bénédiction particulière du Souverain Pontife. Procurez-vous ce volume et essayez d'en ajourner- la lecture après l'avoir commencée.

Cependant le vent de la persécution soufflait déjà et le noviciat de Lacabane avait dû partir pour l'exil. C'est alors que Mgr Denéchau attira M. Ponty dans sa ville épiscopale et lui confia le doyenné de St Pierre. Tout Tulle se souvient du jeune doyen dont la parole très personnelle instruisait et charmait les fidèles, et dont le zèle s'étendait sans effort â toutes les œuvres paroissiales. Grâce à lui circulait, dans une période difficile, une sève abondante de vie religieuse, et ses confrères n'ont pas oublié la bonne grâce qu'il mettait à rehausser de sa présence et de .son enseignement l'éclat de leurs cérémonies. St Pierre était devenu un centre d'attraction, où l'on était sûr de trouver les ressources de l'esprit et les tendresses du cœur.

Mais voici que des symptômes alarmants vinrent soudain. l'avertir que ses forces n'étaient plus à la hauteur de sa tache telle qu'il la concevait. Et il offrit sa démission pour accepter une stalle de chanoine titulaire. Et comme l'inaction eût trop cruellement pesé sur cet homme à la foi très vive et au dévouement naturel, il voulut bien se charger de la rédaction de la "Semaine Religieuse’’ et des fonctions de Théologal. Et vraiment c'était plaisir que de l'entendre, plaisir que de le lire.. Il avait une si haute idée de son ministère qu'il n'en livra jamais rien à l'inspiration du moment. Ses sermons, comme ses articles, témoignaient d'un soin jaloux dans la recherche du fond et de la forme. Et si l'on a pu dire que son style, n'aurait pas été déplacé à l'Hôtel de Rambouillet, il faut reconnaître que dans sa manière, il y a, sans douté, le besoin de la belle tenue, mais plus encore le respect profond de la parole de Dieu et des choses de Dieu.

Car l'abbé Ponty ne se contentait pas d'être un homme bien élevé; il visait plus haut, il voulut être et il fut toujours , un homme surnaturel. Prêtre avant tout, il voyait Dieu partout et son ambition suprême était de le montrer aux autres. Il y a travaillé toujours, il y a réussi souvent. Bien des âmes lui doivent d'avoir vu briller ce rayon d'en haut qui éclaire et qui réchauffe.

C'est ce qui explique cette affluence de tous les rangs de la société à ses funérailles. Jeudi 17 novembre, notre Evêque avait la satisfaction de voir à ses côtés une belle couronne de prêtres rendant hommage au cher disparu et priant pour le repos de son âme, tandis que le cercueil, précédé de la longue et touchante théorie des écoles et des communautés, était suivi d'un cortège particulièrement imposant et sympathique et c'était pour ses amis une consolation d'entendre des panégyriques, très courts, très simples, mais combien émouvants!

Encore un coup, ce fut une belle physionomie de prêtre que celle du chanoine Ponty et qui laissera dans le diocèse un souvenir durable autant que bienfaisant’’.

(Semaine Religieuse de Tulle, 25 novembre 1921).




Yüklə 321,07 Kb.

Dostları ilə paylaş:
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə