Bulletin de l’institut


Les Noces d'Or religieuses du C. Frère Valérianus, Directeur de Vintimille



Yüklə 321,07 Kb.
səhifə5/13
tarix31.10.2017
ölçüsü321,07 Kb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

ITALIE.



Les Noces d'Or religieuses du C. Frère Valérianus, Directeur de Vintimille. — Le 26 décembre dernier, lendemain de Noël, la Communauté de Santo Stefano, à Vintimille, était en grande fête; et cela avec beaucoup de raison, puisque la divine Providence lui donnait la douce joie de célébrer, en même temps que la fête de son glorieux patron, saint Etienne, premier martyr, les Noces d'Or religieuses de son très aimé Directeur, le bon et méritant Frère Valérianus.

C'est en effet le 26 décembre 1871 que venait demander place au noviciat de Saint Paul-3-Châteaux le jeune homme de 16 ans qui, pendant 31 ans à Sommières, 15 à Barcelone, 3 aux Avellanas, et trois à Vintimille, devait faire dans l'Institut, un si bon et si fructueux travail pour la gloire de Dieu, l'honneur de Marie et le salut des âmes. Il y avait certes bien lieu de s'unir au cher jubilaire pour rendre grâces au Seigneur du grand bien qu'il lui avait été donné de faire pendant ce premier demi-siècle de sa vie religieuse, comme aussi pour implorer du ciel en sa faveur, et en grand nombre, de nouvelles' années dont il sait faire un si bon usage.

La Communauté de Vintimille s'y employa de tout son cœur t se fit en outre un filial devoir de profiter de cette circonstance pour témoigner sa plus affectueuse gratitude à celui qui depuis trois ans met à la diriger toute la paternité, l'intelligence et la sollicitude dont la Providence l'a si libéralement pourvu.

Ce fut le Frère Provincial lui-même qui, au cours des agapes de famille, se fit — et combien heureusement! — pour cela interprète de tous, de même que pour le féliciter des palmes d'Officier d'Académie que venait de lui attribuer le Gouvernement français3.

Non sans un peu d'émotion, en présence de tant d'affectueux témoignages dont il se voyait l'objet, le sympathique jubilaire y répondit par des remerciements, par l'expression du bonheur qu'il éprouvait à constater le bon esprit dont ils étaient la preuve et par l'évocation attendrie de quelques-uns des souvenirs de sa vie religieuse, les uns consolants et les autres plutôt tristes, mais à propos de tous lesquels il convient de dire, puisqu'ils -appellent l'accomplissement des desseins de la Providence: Laudetur Jesus Christus, et Maria mater ejus. Amen.

Dès le début de la journée, le Salve Regina, la prière; la méditation, la communion, la ste messe, l'Office avaient été offerts en actions de grâces pour tous les bienfaits que le cher jubilaire avait reçus de Dieu durant ses cinquante ans de vie religieuse et en vue d'obtenir pour lui de longs et heureux jours. C'est à la même fin qu'eut lieu, le soir, le salut solennel du Saint Sacrement, au cours duquel fut chanté le Te Deum.

Puisse le Seigneur avoir entendu ces vœux et accorder, comme suite, au cher Frère Valérianus, qui a déjà tant et si bien travaillé pour Lui, une longue série de nouvelles années pour lui donner occasion d'accroître ses mérites et d'ajouter ainsi de nouveaux fleurons à la belle couronne qui l'attend au ciel!

Ad multos et felices annos!


Bénédiction de l'étendard des "Jeunes Explorateurs Catholiques’’ du Collège de Gênes. — Il y a un peu plus de cinq ans, au mois de septembre 1916, nous avons raconté l'origine et décrit le but de la section de Boyscouts ou Jeunes Explorateurs Catholiques, qui se forma à cette époque à notre Collège Saint-Joseph de Gênes. Depuis lors l'œuvre a prospéré, grandi; et, le dimanche, 6 novembre dernier, elle fut l'objet d'une belle fête, dont nous espérons que nos lecteurs seront bien aises de trouver ici un petit compte rendu. Nous en empruntons la substance au Cittadino, journal catholique génois, du 9 novembre 1921.

Le matin, il y eut une messe, à laquelle assista une foule nombreuse et recueillie; puis, dans l'après-midi, les sections de Gênes presque au complet, celle de Sampierdarena et celles de Valpolcevera, se rassemblèrent au vaste local du Riparto, d'où l'on se rendit, en long cortège précédé de la fanfare des Artigianelli, à l'Eglise de Santa Zita, où devait avoir lieu la bénédiction de l'étendard blanc à franges d'or, avec le lis symbolique brodé en vert qui est la couleur de la section.

Devant une véritable foule de parents et d'amis des jeunes . explorateurs, qui donnait à l'église un aspect imposant, Monseigneur Serafino, évêque de Tricala, en ornements pontificaux, accomplit le pieux rite de la bénédiction, Mlle Rusticoni et Mme Amélie Varese faisant respectivement l'office de parrain et de marraine; puis, s'adressant à l'assistance, il exalta, dans une vibrante allocution, la pureté de la vie et des œuvres, symbolisée par le blanc étendard qu'il venait de bénir au nom de la sainte Eglise, et exhorta les jeunes explorateurs à ne pas oublier que l'esprit de sacrifice est la condition nécessaire du succès dans toutes les entreprises comme celles dont ils font profession, et la cérémonie se termina par le Salut du Saint Sacrement, avec chant du Te Deum.

Au sortir de l'église, le cortège se reforma et se dirigea, toujours au son de marches entraînantes jouées par la fanfare des Artigianelli, vers le vaste et beau local de l'asile de la Foce, où eut lieu, en présence d'une magnifique affluence de spectateurs distingués, la cérémonie de la promesse de 6 novices et de 8 explorateurs, cérémonie émouvante, solennelle et sympathique s'il en fut. La parole fut d'abord au lieutenant Dellacasa, vice commissaire provincial, puis au Frère Pancrazio, directeur et âme de la Section, après quoi le Capitaine Pressenda, de sa voix mâle et sympathique de vieux loup de mer, donna lecture de l'adhésion du Comte de Carpegna, Commissaire général, de M Mario Mazza, fondateur des explorateurs ligures, de la II° Section de Sestri-Ponente, de Mister Garmin, du quartier général des Scouts de .Londres, de la XIV° Section de Cardiff, de la I° de la II° Section de Rotterdam, etc. ... ; puis enfin, au milieu de particuliers applaudissements, de Mgr Signori, Archevêque de Gênes qui s'exprimait en ces termes:
Mon Cher Frère Directeur,

J'apprends par votre estimée lettre d'hier que votre IV° Section d'Explorateurs Catholiques doit inaugurer dimanche son étendard avec le concours de Mgr. Serafino et de Mr le Député Pellizzari. Accédant de bien grand cœur à votre demande, je bénis tous les jeunes membres de la Section, en faisant des vœux pour que cette nouvelle forme d'éducation chrétienne, réclamée par les circonstances du temps où nous vivons, contribue efficacement à former cet esprit de jeunesse catholique, qui s'est si avantageusement fait connaître dans un grand nombre de villes et de localités d'Italie.

Josué, évêque.
Suit le tirage d'une loterie, après quoi M" le Député Pellizzari prend la parole au milieu d'une salve d'applaudissements. Avec la facilité d'adaptation qu'on lui connaît, le docte et sympathique orateur, commence par remarquer que dans les explorateurs qu'il a devant lui brillent deux belles qualités: la jeunesse et l'esprit d'investigation. Le programme des explorateurs est la découverte des chemins pratiques, qui, à travers les jeux, la gymnastique et le travail, permettent d'arriver à l'esprit, et c'est là déjà une fin éminemment morale ; mais les investigations de -Nos jeunes explorateurs ne se bornent pas au monde physique, elles s'étendent au monde moral qui est en nous, aux esprits et aux cœurs, pour y découvrir le vrai, le beau et le bien, ce qui est le but suprême de notre existence. Et c'est pourquoi, on leur demande une promesse, la plus grande chose qu'on demande d'un homme, celle qui de simples enfants fait de véritables hommes. On leur demande la même chose qu'on nous demande à nous, hommes faits: de jurer fidélité à la foi chrétienne et à la patrie, ce qui est notre idéal à nous aussi.

Et, s'adressant à ses jeunes auditeurs, il leur dit dans une belle apostrophe: "Soyez donc dignes du titre d'hommes qui vous est donné: vous êtes le divin avenir, vous aurez la récompense de ce que vous aurez fait. Votre étendard, c'est un battement de cœur, c'est une foi, c'est un- serment, c'est la vie de l'esprit, c'est l'ensemble de toutes les âmes qui ont cru, et qui ont combattu ou combattront encore pour la foi. Quand vous le verrez flotter au vent, sous notre ciel ensoleillé, rappelez-vous tout ce qu'ont souffert nos pères pour la liberté de la foi; rappelez-vous tous ceux qui se sont immolés pour elle; rappelez-vous qu'un Dieu s'est fait homme et a répandu son sang pour que la liberté régnât dans le monde; autour de votre étendard vivent et palpitent les âmes, à son ombre s'abritent la justice et la bonté.

Rappelez-vous que si votre étendard vient d'être bénit par un représentant de Dieu ici-bas, il attend encore cette autre bénédiction qui ne peut venir que de vous: la bénédiction de vos œuvres, c'est à dire de votre bonté, de votre affection, de votre dignité d'hommes, qui rendront fructueuse la bénédiction de Dieu, qui par le ministère de son représentant est descendue sur votre étendard.

Vous avez une grande dette, mais vous êtes de bons payeurs et votre solennelle promesse sera tenue. Vous êtes jeunes par l'âge; mais demain, en entrant dans l'âpre carrière de la vie, vous pourrez vous glorifier de n'avoir rien eu, étant explorateurs, des faiblesses et des frivolités de l'enfance; petits de taille, vous aurez été, trempés par la foi et par votre participation aux luttes de la vie, des hommes par la maturité de votre esprit et la force de votre caractère; vous aurez été des hommes avant d'en avoir l'âge. Je le jure pour vous sans crainte d'être démenti: vous serez fidèles à votre serment. Elevez donc votre étendard et tenez-le haut, car vous êtes dignes de lui''.

Ce magnifique discours de l'éminent parlementaire, dont beaucoup de passages avaient été soulignés par des signes de vive approbation, fut salué à la fin de la péroraison par une vraie salve d'applaudissements plusieurs fois renouvelée, et les notables de la réunion s'empressèrent autour de l'orateur pour lui offrir des félicitations bien méritées, notamment le C. Frère Emery, ancien Directeur du Collège et aujourd'hui Provincial.

Un professionnel du scoutisme, à qui est dû l'article que nous avons résumé, et qui eut l'occasion, l'été dernier, de voir à l'œuvre la Section dès jeunes explorateurs catholiques du Collège déclare avoir été enchanté de l'ordre, de la propreté, de l'adresse, de la discipline, comme de toute la bonne organisation qu'il y trouva; et il regarde la belle fête que nous venons de décrire comme l'heureux résultat d'un travail poursuivi pendant des années avec autant de dévouement que d'intelligence et de ténacité. Eloges à qui de droit.





Yüklə 321,07 Kb.

Dostları ilə paylaş:
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə