C. I. S. Neveh Chalom Téléphone : 04. 78. 58. 18. 74 Fax : 04. 78. 58. 17. 49



Yüklə 41,88 Kb.
tarix30.12.2018
ölçüsü41,88 Kb.
#88206


C.I.S. Neveh Chalom


Téléphone : 04.78.58.18.74

Fax : 04.78.58.17.49

Email : info@nevehchalom.fr

Site internet : www.nevehchalom.fr

CONSISTOIRE ISRAELITE SEPHARADE 317 RUE DUGUESLIN 69007 LYON c:\users\atlanal\pictures\signature_2.gif

vendredi SOIR 23 NOVEMBRE 2018 15 KISLEV 5779 c:\users\atlanal\pictures\signature_4.gif

résultat de recherche d\'images pour ALLUMAGE DES NEROTS ENTRE 16 H 05 et 16 H 44

MINHA 16 H 40

SAMEDI MATIN 16 KISLEV 5779 CHAHARIT 8 H 30

Kidouch offert par le C.I.S.

SAMEDI APRES MIDI MINHA CHABATH 16 H 20.

Seouda chelichit offerte par LE C.I.S.

Venez honorer la mémoire de vos chers disparus réservations secrétariat du CIS ).

Fin de Shabbat A LYON 17 H 56

Office du matin semaine 6 H 45 Dimanche et jours fériés 7 H 45

OFFICE SOIR SEMAINE 16 H 50

c:\users\atlanal\pictures\gifs new.gif

star of david jewish animation NOUVELLE RUBRIQUE : A VOUS LA PAROLE 

Participez-vous aussi à la vie communautaire En donnant votre avis, sur un sujet , qui vous tiens à cœur, une suggestion, une critique, une recette , une blague, une devinette, une bonne nouvelle !

A vos claviers ! Écrivez nous a info@nevehchalom.fr

Securite

Nous avons la responsabilité d’assurer la sécurité et la protection de notre lieu de culte

Pour cela il a été créé avec le SCPJ

Fidèles vigilants/ fidèles protecteurs

La sécurité est l’affaire de tous et nous avons besoin de vous.

Participer a ce grand mouvement… dans la thora il est écrit

‘’Vous vous protégerez vous’’...



INSCRIVEZ VOUS AUPRES DE SERGE LUZON OU AU SECRETARIAT.

Chaque semaine, partons à la découverte d’un sage, d’un Tsadik…d une

diaspora….commençons par le commencement …..de notre communauté !! La diaspora TURQUE….

Il y a plus de 500 ans, les premiers Juifs mettaient le pied sur le sol ottoman. Chassés d’Espagne, ils s’y installèrent et fondèrent une communauté qui a toujours plus ou moins bien vécu en cohabitation avec la majorité turque musulmane les autres minorités. Elle compte aujourd’hui environ 20 000 âmes, Juifs d’Espagne qui ont émigré vers l’Empire principalement localisées à Istanbul.

Les Juifs d’Istanbul et d’ailleurs

La communauté juive d’Istanbul, principal lieu de concentration des Juifs turcs, est composée d’environ 20 000 membres. Même si les chiffres varient entre 17 000 et 26 000, il s’agit d’une petite communauté par rapport à la douzaine de millions d’Istanbuliotes et surtout aux plus de 72 millions de Turcs.

Pour ce qui est du reste de la Turquie, on dénombre approximativement

1 000 à 1 500 Juifs à Izmir et quelques familles à Ankara, la capitale du pays.

En 1927, au lendemain de la création de la République laïque de Turquie, la communauté juive turque comptait 90 000 personnes pour 14 millions d’habitants et 46 000 pour 24 millions en 1955.

Cette baisse notoire du nombre de Juifs sur le sol turc s’explique, entre autres, par une importante émigration (États-Unis, Cuba…) au début du XXe siècle et après 1948, lors de la fondation de l’État d’Israël, où 35 000 Juifs quittèrent la Turquie. Seul 20 % des membres de la communauté sont âgés de 0 à 24 ans, alors que ce chiffre est de 50 % pour la population nationale. La communauté ne se renouvelle donc pas rapidement. En outre, le nombre de mariages mixtes parmi les Juifs turcs de Turquie ou de la diaspora est de plus en plus important.

Xénophobie et antisémitisme

La création de la République de Turquie en 1923 redéfinit le contrat social établi sous l’Empire ottoman. La citoyenneté turque, et non plus l’assujettissement, s’acquiert par le sang versé pour la République et par la "turquification" (turc parlé couramment, adoption de la culture et de l’idéal turcs…). Les non-musulmans qui cohabitaient jusque-là entre eux et avec les Turcs musulmans ont alors été accusés de s’enrichir sans avoir payé leur dette de sang.

Après la Deuxième Guerre mondiale, cette xénophobie s’est muée en antisémitisme. Aujourd’hui on assiste, dans la presse turque notamment, à une résurgence d’anciens discours antisémites datant du kémalisme.

( source AKADEM)

***********************************

« il est interdit d'être triste »

Rabbi Nahman de Breslev (1772-1810)

Arrière-petit-fils du Baal Chem Tov, maniant à la fois le secret et la simplicité, la prière et la danse, la polémique et les contes philosophiques, proclamant qu'« il est interdit d'être triste » mais souvent saisi de terribles crises d'angoisse, ce sage était trop «fou» pour entrer dans un cadre.

C'est pourquoi ses paroles demeurent aujourd'hui plus vivantes et plus subversives que jamais.

Les « breslev », suivent les enseignements de leur maitre parmi lesquels la danse et la joie…

Arrière petit-fils du Baal Chem Tov

Rabbi Nahman de Breslev est né en 1772 à Médzibouz en Ukraine. Sa mère, Feige, est la petite-fille du Baal Chem Tov. Son père, Rabbi Sim'ha, est le fils de Rabbi Na'hman Horodenker, l'un des disciples du Baal Chem Tov. Il naît à une période de grand désarroi spirituel. Le premier des décrets d'excommunication et d'anathèmes est lancé contre le hassidisme, par les chefs des communautés de Vilna et Brody une semaine après sa naissance; et huit mois plus tard disparaît le Magguid de Mézericht, successeur de Baal Chem Tov, lui-même décédé en 1760. A cette époque, vit dans cette partie du monde plus des deux tiers de l'ensemble de tout le peuple juif.

Dès l'âge de six ans, il se rend régulièrement la nuit, seul, sur la tombe du Baal Chem Tov pour prier. Il se consacre avec ardeur à l'étude, allant jusqu'à payer son maître pour chaque page supplémentaire de Guémara étudiée avec lui. Il n'y a pas eu son semblable dans la connaissance de la Torah toute entière, écrite et orale, qui était disposée comme un livre ouvert devant lui.

Un tsadik d’exception

A l'âge de la bar-mitsva (et comme c'était l'usage), Rabbi Nahman se marie à Sashia, fille de Rabbi Ephraïm de Oussyatin. Il a huit enfants : six filles et deux garçons. Déjà le jour de son mariage, s'attache à lui son premier disciple, Rabbi Chimon, bien plus âgé, qui sera son confident intime et son fidèle serviteur.

Rabbi Nahman s'installe à Medvédèvka, où il reste neuf ans. Là, on reconnaît aussitôt en lui un tsaddik, et s'attachent à lui ses premiers grands disciples, déjà éminents : son frère Rabbi Yé'hiel Tsvi ; Rabbi Yékoutiel, le Magguid de Térovitsé, éminent disciple du Magguid de Mézericht, et dirigeant de 84 communautés d'Ukraine ou encore Rabbi Aharon, l'autorité rabbinique de la ville de Breslev. Aux côtés de ces noms prestigieux, une foule de gens simples commence à affluer, dont certains deviennent à leur tour d'authentiques tsaddikim.

La chaise de Rabbi Nahman

Rabbi Nathan, le disciple

Cette quête, entreprise par Rabbi Nahman, maintenant âgé de vingt-six ans, passe par la nécessité de se rendre en Eretz Israël. Laissant derrière lui femme et enfants, disciples et renommée, il entreprend son voyage, accompagné de Rabbi Chim'on, en 1798 et surmonte tous les obstacles qui tentent d'entraver l'accomplissement de son idéal. Après avoir été retenu à Istambul, il atteint la Terre Sainte la veille de Roch Hachana. Quelques mois décisifs pour le tsaddik, maintenant en mesure de poser son sceau sur l'ensemble du peuple juif et pour toutes les générations.



Le verre de kiddouch de Rabbi Nahman

Eté 1802 : Rabbi Nahman s'installe à Breslev. Il déclare : «Nos fidèles seront pour toujours appelés du nom de la ville de Breslev !» Rabbi Nahman projette de faire de chacun de ses disciples un véritable tsaddik. Cette année-là a lieu la rencontre avec Rabbi Nathan de Némirov, fondamentale et fondatrice de l'oeuvre à venir : le Maître et son Disciple. Rabbi Nathan, se rend chez Rabbi Nahman dès son installation à Breslev, qui lui déclare alors : «Nous nous connaissions déjà avant ! Cela fait simplement beaucoup de temps que ne nous soyons vus face à face !»  Rabbi Nathan, disciple par excellence, qui, abandonnant son propre esprit pour s'attacher corps et âme à celui du tsaddik, consacre sa vie à transcrire.



Ses écrits - Likoutey-Moharan

A l'automne 1805, Rabbi Nahman achève le Séfer-HaGanouz (le Livre Caché) pour l'écriture duquel il se détache de son entité corporelle, et qu'aucun oeil n'a jamais vu ! Fin 1805, il termine de dicter à Rabbi Nathan, à partir de ses notes, le Séfer-Hamidoth ou Livre du Aleph-Beth qu'il avait commencé à 6 ans ! En 1806, il dicte à Rabbi Nathan la copie de son manuscrit du Sefer HaNisraf (Le Livre Brûlé). L'été suivant, Rabbi Nahman débute le premier de ses treize contes.  La veille de Chavouoth 1807, il perd sa première femme, morte de la tuberculose. Peu après, il contracte lui aussi la maladie. Après Souccoth 1807, Rabbi Nahman voyage à Lemberg où il reste huit mois. C'est ici, avant Pessah 1808, qu'il ordonne d'aller brûler le Séfer-HaNisraf, grâce à quoi il aurait pu vivre encore presque trois ans. Cette année-là, est éditée la première partie du Likoutey-Moharan, le recueil majeur de ses enseignements.  Avant Pourim 1810, Rabbi Nahman dévoile en totalité le sujet du Tikoun-Haklali : la Réparation Générale pour tout, par la récitation des dix téhilims fondés sur les "dix sortes de mélodies". Et peu après, il termine de raconter le dernier des treize contes constituant son livre Sippouré-Ma'assioth.



Une fin de vie à Ouman

A 38 ans, Rabbi Nahman quitte Breslev (à la suite de l'incendie de sa maison) après Pessah 1810, pour s'installer à Ouman. Souffrant depuis trois ans de tuberculose, c'est là que Rabbi Nahman choisit de vivre ses dernières heures et de préparer son départ de ce monde, en ce lieu sacré car témoin d'un grand sacrifice du peuple juif : trente mille juifs immolés par les cosaques lors d'un pogrom en 1768 à Ouman (à la suite d'une série d'autres dans toute l'Ukraine), pour avoir, tous, refusé de s'incliner devant l'idole, et qui sanctifièrent ainsi le Nom de D…. C'est à cet endroit que Rabbi Nahman quitte ce monde. Rabbi Nahman de Breslev est mort à 38 ans, en 1810. Avant son départ, il avait prédit : « Ma Flamme flambera à jamais. Elle ne s'éteindra pas ! Ma Flamme flambera jusqu'à l'arrivée du Machia'h ! »



( source: Dictionnaire encyclopédique du Judaïsme.)

OPERATION HANOUKA POUR TOUS

LE MATAN BASSETER VOUS REMERCIE PAR AVANCE POUR VOTRE SOUTIEN FINANCIER
Activités et Animations dans notre communauté.
REJOIGNEZ LE CLUB DES DAMES

Tous les lundis après-midi de 14 h à 17 h

Les dames  séniors peuvent rejoindre le groupe de notre Club des Dames

Pour des activités  jeux de cartes :

Rami et bridge, et jeux de sociétés

Autour d’un gouter thé et gâteaux

Ambiance familiale

Pour tous renseignements, merci de contacter Mireille au

06 60 62 94 16 ou le secrétariat du CIS.



QUELQUES RIRES ET SOURIRES CHABATIQUES moticône souriant heureux banque d\'images - 17473777

Quelle est la différence entre un arabe du Caire et un juif de Paris?

L'arabe du Caire est anti sémite

Le juif de Paris est anti-Caire

*****

Quelles sont les 3 plus grandes fêtes juives?



Réponse:

Yom Kippour, Roschachana et ..le salon du prêt-à-porter

*****

À New York Moïse Cohen va voir le rabbin du quartier:



- Rabbi, je voudrais faire circoncire mon chien.

- Je suis désolé, Moïse, mais je ne peux pas circoncire un chien.

- Je suis prêt à faire un don de 10.000 dollars.

- Désolé, Moïse, mais même pour 10.000 dollars, je ne peux pas circoncire ton chien.

- Allez rabbi, j'offre 100.000 dollars et vous faites la circoncision à mon dobermann ...

- Ah ça change tout s'il s'agit de Dobermann...

*************

Gorbatchev est en visite aux Etats-Unis.

Il dîne chez Reagan et voit sur une table un magnifique téléphone en or.

Il demande à quoi il sert.

Reagan lui dit:

C'est ma ligne directe avec D….

Gorbatchev est intéressé et demande combien coûterait une communication de cinq minutes.

Reagan répond:

25 000 dollars.

Gorbatchev paye séance tenante et obtient cinq minutes de conversation directe avec D….

Quelques mois plus tard, il se trouve en Israël, à Jérusalem.

Il voit le même téléphone en or chez un ministre.

Il lui demande:

C'est combien, la communication avec Dieu, chez vous?

Le ministre lui répond:

Ce n'est que 25 centimes.

Gorbatchev s'étonne:

Comment, mais j'ai payé 25 000 dollars chez Reagan!

Le ministre israélien lui répond:

Oui monsieur le Président, mais nous on est en réseau local!



emoticon montrant pouce vers le haut banque d\'images - 16537110 Ce journal de la communauté est fait pour vous fidèles de NEVEH CHALOM.

Vous pouvez dédier cette lettre hebdomadaire à la mémoire de vos proches disparus, à l’occasion d’une SIMHA ou la refouah chelema d’un proche ; (Adresser-vous au secrétariat svp ) .

https://thumbs.gfycat.com/bitesizedfearlessanophelesmosquito-max-1mb.gif

Yüklə 41,88 Kb.

Dostları ilə paylaş:




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2022
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə