Cluster 14 «Enjeux et représentations de la science, de la technologie et de leurs usages»



Yüklə 34,44 Kb.
tarix17.01.2019
ölçüsü34,44 Kb.
#99762


Cluster 14 « Enjeux et représentations de la science, de la technologie et de leurs usages »

Responsable : Joëlle le Marec




Compte rendu

COMITE DE PROGRAMME

Mercredi 14 novembre 2007

ENS LSH

Présents : Joëlle Le Marec, Daniel Parrochia, Viviane Durand-Guerrier, Gilles Pollet, Philippe Mallein, Patrick Pajon, Ludivine Raimondo


Invité : Igor Babou
Excusés : Renaud Payre, Isabelle Pailliart, Philippe Walter, Dominique Vinck, Joëlle Forest, Michel Bellet

Rédacteurs : Joëlle Le Marec, Ludivine Raimondo


Joëlle Le Marec, responsable scientifique du cluster, ouvre la séance.



Ordre du jour :
- Le calendrier : la préparation de l’échéance de janvier ;

- L’organisation (comité de programme, projets, représentants d’établissements, réseau externe, etc.) ;

- Les opérations transversales : journées d’études du cluster ;

- Discussion sur les critères d’évaluation ;

- Discussion sur le contexte régional et national pour les études de sciences ;

- La journée d’indicateurs de janvier 2008 ;

- Le lancement du dernier appel à propositions 2008 ;

- Autres.




1/ Le fonctionnement du comité


La réunion démarre avec la discussion sur le retour à une des règles du fonctionnement du cluster qui n’a pas respecté jusqu’ici : il faut en principe un comité de programme et un comité scientifique.
Le comité scientifique : il comprend les responsables de projets et les conseillers et experts scientifique

Son rôle :

- Propose le programme pluriannuel et annuel ;

- Propose l’affectation des moyens.


Le comité de programme : il comprend les représentants d’établissements et les membres de la société civile

Son rôle :

- définit la stratégie ;

- Valide le programme pluriannuel et annuel ;

- Arbitre sur les moyens ;

- Valide les résultats.

Pour l’instant, le cluster a fonctionné avec un seul comité (comité scientifique lorsque Dominique Pestre y participe).

Dans la mesure où il semble peu raisonnable de multiplier des comités dont les tâches sont très proches, et de risquer d’alourdir considérablement le fonctionnement du cluster, il est décidé de maintenir des réunions avec les membres actuels, souvent à la fois responsables d’établissement et chefs de projets, de compléter sa composition pour avoir un responsable par établissement, et de lui adjoindre des personnes externes au champ scientifique.

Les réunions plus restreintes avec Dominique Pestre permettront d’assurer le pilotage scientifique.

a- Compléments à la liste des représentants d’établissements :


Joëlle Le Marec, ENS LSH

Philippe Mallein, Ingénieur de recherche au CNRS, laboratoire CERAT, Grenoble 2

Patrick Pajon, pilote du projet 3, Grenoble 3

Michel Belley, Directeur du CREUSET, Saint-Etienne

Olivier Ihl, Directeur, IEP de Grenoble

Gilles Pollet, Directeur, IEP de Lyon

Dominique Grand, Adjoint au directeur, CEA

Viviane Durand Guerrier, pilote du projet 4, Lyon 1

Daniel Parrochia, pilote du projet 1, Lyon 3

Sylvain Gravier, Grenoble 1 (à contacter)

Eric Guichard, ENSSIB (à contacter)

Joëlle Forest, INSA

Fabrice Bardet, ENTPE (à contacter)

b-Liste potentielle des représentants socio-économiques :


Laurent Chicoineau, CCSTI de Grenoble

Nouvelles propositions :

Hervé Jacquemin, CCSTI de Saint-Etienne

Alexis Michel, CCSTI de Lyon

Musées des Confluences, Michel Côté

Jean-Noël Bridon, Axelera (pôle de compétitivité Chimie-Environnement)

Jacques Toussaint, IUFM de Lyon

André Bailly, CIAT

1001 Sciences ?

Planétarium ?
Le cluster pourrait aller au-delà de cette réponse technique à la demande d’intégrer des représentants de la société civile, et profiter du regroupement de la communauté de recherche dans le cluster pour repérer l’ensemble des associations et organismes ayant des liens avec la recherche ou la science dans la Région et contribuer ainsi à une meilleure connaissance d’une sociologie des rapports sciences/société et de la « société civile » si difficile à saisir.

Il y a déjà eu un travail dans ce sens du CCSTI Grenoble et plusieurs équipes travaillent déjà sur des communautés et des pratiques liées aux sciences.




2 / Les correspondants administratifs et financiers :
Ils doivent être les correspondants des représentants scientifiques au sein de chaque établissement :

(Cf : pièce jointe « Circulaire financière du 25 novembre 2007 »)


Dans certains établissements, la gestion des clusters est assurée par un personnel administratif mais malheureusement ce n’est pas le cas partout. Il faut que cette pratique soit généralisée. Dans cette optique, une circulaire financière a été envoyée aux établissements hébergeant des clusters, le 25 octobre dernier.

Ci-dessous, les établissements qui ont déjà affecté un personnel :

- ENS LSH, Ludivine Raimondo

- Grenoble 2, Monique Galigne

- Lyon 1, Isabelle Cremillieu

- Grenoble 3, Houria El Mansouri

- IEP Lyon, Geneviève Delorme

- Lyon 3, mzeereb

- Saint-Etienne, Odile Barou et Myriam Chanudet

- Lyon 2, Nicole Alamy ?

- cnrs, catherine drevet et chistèle montchat

- savoie, cuzor


3 / Le calendrier de la région :
- La prochaine échéance est le comité de programme de janvier 2008 :

Répartition des crédits entre les différentes opérations, prises en compte des nouvelles éventuelles opérations ; envoi du dossier complet à la région mi-février, puis passage en commission à la région RA en mai.


NB : Un dernier appel à propositions va être lancé mi-novembre pour un retour le 18 décembre au plus tard. L’envoi aux experts se fera dans la foulée pour un retour avant le CP de janvier. La date sera précisée ultérieurement.
- Juin 2008 : Le bilan (semi-évaluation) à remettre à la région RA, avec un retour vers les clusters début septembre.
Les demandes d’ADR arrivent mais la date limite est repoussée de 15 jours. On espère qu’il y en aura cinq par an. Deux seront prioritaires car elles avaient été classées lors de la précédente réunion.


4 / Point sur les procédures des écoles doctorales avec les ADR régionales :
Gilles Pollet alerte sur le fait que les ED peuvent avoir envie d’être associées à la procédure d’attribution des ADR, celle-ci étant très différente de l’attribution des AD ministérielles puisque c’est le sujet qui est expertisé, les étudiants candidatent ensuite sur ce sujet, l’ED entérine.

Proposition de rencontre avec Olivier Koenig en tant que directeur du collège doctoral international du PRES de Lyon, pour expliquer la logique des ADR (renforcer des projets) et définir ensemble une procédure.

Gilles Pollet s’engage à entretenir Olivier Koenig à ce sujet.


5 / Le cluster et les rapports science et sociétés : proposition de remplacement de certains séminaires transversaux par des journées du cluster (discussion entre Joëlle Le Marec et Dominique Pestre fin octobre à ce sujet)
La journée de travail des membres du cluster 14 du 25 juin dernier a fait apparaître le nombre très important de séminaires actuellement organisés au sein du cluster, dont beaucoup ont un intérêt transversal à deux, trois, quatre projets, en plus des trois séminaires transversaux à l’ensemble des projets du cluster. C’est le signe d’une activité scientifique soutenue et foisonnante.

Mais ce dynamisme a un inconvénient : il est difficile aux membres du cluster, déjà surchargés d’activités, de discuter collectivement et d’un point de vue scientifique des perspectives scientifiques ouvertes par le regroupement des équipes travaillant sur les sciences.

Cependant, l’intérêt des études sur les sciences en sciences humaines et sociales est sans aucun doute de favoriser les conditions d’une réflexivité dans les communautés scientifiques.

Les études sur le fonctionnement des communautés scientifiques (voir notamment Fleck), ont mis en lumière la nécessité d’un déficit de réflexivité dans le bon fonctionnement de ces communautés. Mais ce déficit de réflexivité, nécessaire et délibéré, organisé pour favoriser la cohésion des communautés, pose problème dans un contexte où les multiples usages politiques et économiques de la science sont insuffisamment perçus et réfléchis par les chercheurs.

La réflexion sur le fonctionnement des sciences et sur les transformations des rapports au savoirs peut structurer la proposition générale du cluster et donc organiser sa réflexion transversale en la reliant à la réflexion générale menée à l’échelle régionale sur les dispositifs actuels de pilotage de la recherche, sur les cadres idéologiques de l’information et de la connaissance, et sur les liens entre communautés scientifiques et acteurs sociaux.

Les travaux menés au sein du cluster 14 peuvent contribuer à nourrir la réflexion sur les usages de la science, et à éclairer la décision concernant les formes de pilotage et d’administration de la recherche.


Dans ce cadre, une journée annuelle du cluster pourrait être organisé, le 6 avril 2008 sur le thème « Les recherches sur la science : organiser la réflexivité »

Joëlle Le Marec propose six thèmes, mais le comité en retient trois à quatre maximums pour éviter une journée trop chargée et échelonner sur plusieurs années les thèmes traités.


Première année :

- les modes de régulation des usages du savoir et les modes de gouvernement et d’organisation de la recherche

- le problème de la perception et de l’observation du changement

- le rapport science et société aujourd’hui


Concrètement, il y aurait 3 interventions de la part de chercheurs du cluster 14 ou le cas échéant d’autres chercheurs sollicités au sein du réseau élargi de la recherche européenne sur les sciences.

Les interventions permettraient également de croiser les approches et les thèmes.


La prochaine journée annuelle du cluster aurait lieu en 2009 autour des thèmes suivant :

- les imaginaires de la science et de la recherche


- la description des pratiques de recherche et du métier de chercheur

- les rapports à la technique


Le comité de programme valide cette proposition.
Dominique Pestre propose que les interventions soient préparées à l’avance et communiquées avant la journée à deux discutants par intervention. Ces discutants pourront être des chercheurs, des administrateurs, des acteurs politiques, des acteurs culturels et acteurs de la société civile impliqués et concernés.

Chaque intervention durerait 25 minutes. Les discutants interviendraient 10 minutes chacun, avant un débat de 15 minutes avec la salle (6 heures en tout). La journée serait suivie d'un débat d'une heure trente, enregistré et transcrit, sur les conclusions de la journée, les pistes de recherche, les prolongements pour le fonctionnement du cluster.


Cette journée atelier rend compte de ce qui se passe dans le cluster en juxtaposant les différents projets qui permettrait d’organiser une réflexivité un peu à l’échelle institutionnelle. Ce qui permettrait ainsi d’échapper aux raisonnements du « cluster guichet ». Il s’agit de montrer qu’il y a une construction de connaissance intéressante en elle-même, originale et inédite.
Cette journée pourrait aboutir à la production d’un rapport collectif mis en ligne sur le site du cluster afin de rendre visible la production du cluster (en plus de ce qui commence à paraitre dans chaque projet). Le but est de mettre en valeur cet effet de communauté.

6 / Réunion sur les indicateurs : mi-janvier 2008 (date à préciser) :
Cette journée de travail est organisée par la coordination inter-clusters et le cluster 14.
Il s’agit de revisiter la liste d’indicateurs que nous a fournie la région. Lors de cette journée, les responsables des 14 clusters de recherche seront réunis au sein de l’Université de Lyon.


7 / Publications :
Le cluster ouvre une réflexion sur la publication de ses travaux pour maintenir et développer l’effet communauté » très sensible actuellement.
Joëlle Le Marrec a rencontré le directeur de la recherche ENS-lsh (Yves Winkin) juste après le comité : plusieurs idées d’éditeurs à discuter.


8. Eléments complémentaires sur la dynamique du cluster
Par rapport aux autres sources de financement et autres incitations (ANR et Europe), le cluster régional a quelque chose de totalement spécifique : l’effet de communauté, la mise en visibilité des approches et travaux réalisés dans différents sites et dans des communautés disciplinaires différents, les rapprochements qui apparaissent, les inspirations mutuelles.
Il y a aussi des contacts qui aboutissent à des programmes proposés hors du cluster (dans le cas du cluster 14, une équipe du projet 2 « sciences, techniques et communication » a rencontré des biologistes de Grenoble pour un projet AFSSET santé et société).
Les séminaires transversaux 2006-2007 :

- Séminaire transversal 2006/2007 « Convergences » (voir http://erstu.ens-lsh.fr/rubrique.php3?id_rubrique=66)

- Séminaire transversal 2006/2007 « Nouvelles frontières, nouveaux objets » (voir http://erstu.ens-lsh.fr/rubrique.php3?id_rubrique=67)

- Séminaire transversal 2006/2007 « Production, réappropriation et contrôle des savoirs dans l’espace public » (voir http://erstu.ens-lsh.fr/article.php3?id_article=229)


…/...




Yüklə 34,44 Kb.

Dostları ilə paylaş:




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2022
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə