Le journal du cnrs numéro 21 Avril 2008


Fire Onelab2 : l'internet du futur prend de la vitesse



Yüklə 160,58 Kb.
səhifə5/10
tarix31.10.2017
ölçüsü160,58 Kb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

Fire Onelab2 : l'internet du futur prend de la vitesse


Avec l'arrivée massive des technologies nomades, l'utilisation grandissante des réseaux sans fil satellites ou radio et la montée en puissance des menaces extérieures (virus, pirates…), l'architecture globale d'Internet doit évoluer. La Commission européenne vient de réitérer son soutien à l'émergence d'un « Internet du futur » à travers l'initiative « Future Internet Research and Experimentation » (Fire). Pas moins de quatorze projets de recherches sont financés pour développer et coordonner une nouvelle infrastructure web. Au cœur de cette dynamique, le laboratoire d'informatique de Paris 6 (Lip6) (Laboratoire CNRS Université Paris 6) est partie prenante des trois facettes de Fire : la recherche, la coordination des équipes internationales et la gestion quotidienne d'une architecture expérimentale (sécurisation, mise à jour des logiciels…). Si l'équipe est partenaire des projets Fireworks (un forum collaboratif) et Nanodatacenters (pour le développement de nouveaux centres de stockage de données), elle coordonne surtout l'une des plus ambitieuses actions de Fire, le projet Onelab. C'est en 2003 que le Lip6 a commencé à étudier, en étroite coopération avec l'Inria, la possibilité de réinventer l'Internet autour d'une architecture dite polymorphique, c'est-à-dire faite de plusieurs réseaux complémentaires pouvant être fédérés. Afin de tester à grande échelle ce concept nommé Onelab, Serge Fdida, son coordinateur scientifique, a créé en 2006 une plateforme européenne Planetlab-Europe, selon un modèle développé aux États-Unis. Concrètement, elle interconnecte, via l'Internet standard, 800 ordinateurs de laboratoires publics et privés ainsi que d'entreprises. Aujourd'hui, la deuxième phase du projet, baptisée Onelab2, prend de l'ampleur. « Nous travaillons désormais avec 26 partenaires (Ceux-ci sont européens, suisses, israéliens et australiens), et non plus 11, et notre budget est passé de 1,9 à 9 millions d'euros pour 27 mois », indique Serge Fdida. L'objectif de la plate-forme Planetlab-Europe est d'évaluer les possibilités d'étendre les algorithmes de l'architecture polymorphique aux réseaux radio (pour le marché du Wi-Fi du futur), à la distribution de contenus et à l'interconnexion d'autres réseaux autonomes. Pour cela, l'ensemble des partenaires développe en priorité des outils de mesure fiables capables d'identifier les besoins qui émergeront des usages, et établit un cadre juridique, notamment via des consortiums de propriété intellectuelle. L'équipe du Lip6, qui gère la plateforme européenne et l'utilise comme outil de recherche, met maintenant l'accent sur les discussions avec les plateformes expérimentales similaires : Planetlab aux États-Unis, et Planetlab-Japan en Asie. Et s'attelle déjà à définir les axes du prochain Onelab3.

Aude Olivier



Contact

Serge Fdida, serge.fdida@lip6.fr


Frédéric Vaissade, frederic.vaissade@lip6.fr

Retour

Année polaire internationale Une saison à Concordia


L'Année polaire internationale s'achève. Pour autant, la vie ne va pas s'arrêter à la station franco-italienne Concordia, installée en plein Antarctique. Durant les saisons d'été, jusqu'à une quarantaine de scientifiques, de techniciens ou d'intendants s'y affairent dans des conditions extrêmes. Instants de vie de ce « laboratoire du bout du monde ». Voir ces deux tours au milieu de nulle part, lors de mon arrivée en avion pour l'hivernage en cours, restera un souvenir inoubliable », raconte Érick Bondoux, du Laboratoire Hippolyte Fizeau (Laboratoire CNRS Université de Nice Observatoire de la Côte d'Azur), à Nice. Ces tours appartiennent à la base polaire franco-italienne Concordia, édifiée au cœur de l'Antarctique. Plus précisément sur le site du Dôme C, à 3 233 mètres d'altitude, dont plus de 3 200 d'épaisseur de glace ! Si les bâtiments d'été sont opérationnels depuis 1997, la construction sur pilotis des deux tours de trois étages a débuté en 2002. Et depuis 2005, le site est occupé en permanence. Lieu unique par sa localisation extrême – la température moyenne du site avoisine les – 50 °C avec des pointes à – 80 °C, et le soleil disparaît totalement de mai à août –, Concordia est surtout un laboratoire scientifique à nul autre pareil. Son ciel, d'une pureté inégalée, fait le bonheur des astronomes. Les climatologues y forent la glace pour reconstituer l'histoire du climat sur des échelles de temps vertigineuses. Quant aux sismologues, ils peuvent y étudier la propagation des ondes sismiques le long de l'axe de rotation de la Terre. Pour profiter de ce site exceptionnel, les scientifiques doivent néanmoins s'adapter à des conditions de vie radicales. Rien que pour se rendre au Dôme C, il faut compter une semaine de navigation dans les eaux agitées des mers du Sud. Puis embarquer à bord d'un petit avion pour un vol de cinq heures. « Nous sommes une dizaine, assis au beau milieu du matériel. Il fait si froid que cinq minutes après le décollage, les vitres gèlent », décrit Alessia Maggi, à l'Institut de physique du globe de Strasbourg (Institut CNRS Université de Strasbourg 1). Et à l'arrivée, rien n'assure que tout se déroulera comme prévu. « Étant donné les conditions, et vu que l'on n'a qu'une seule tentative par an, on ne peut jamais savoir si on aura le temps de tout faire, même en travaillant 14 heures par jour », explique la sismologue. D'un côté, le matériel est mis à rude épreuve : problèmes mécaniques, électronique qui casse, pièces de rechange introuvables… De l'autre, le manque d'oxygène lié à l'altitude rend la moindre tâche plus fatigante. « Lorsque l'on a oublié le bon tournevis avant de se rendre auprès des instruments, il faut marcher un kilomètre pour retourner à la base », explique la scientifique. Ce qui, par – 60 °C, n'a rien d'une promenade de santé ! Pour autant, au quotidien, la vie à Concordia est pour ainsi dire… normale : « Du fait de la fatigue, on dort très bien, explique la sismologue. Les repas sont copieux, et le soleil brille en permanence. » Quoique ce dernier point ne soit vrai que durant les campagnes d'été, qui durent de décembre à février. La base est alors une véritable fourmilière où s'affairent une quarantaine de personnes, scientifiques, techniciens ou cuisinier. Mais à partir de février, tout change. Les estivants quittent la station, laissant une dizaine d'hivernants dans l'isolement quasi total de la nuit polaire. « Lorsque le dernier avion s'en va, on a une sensation de vide, témoigne Éric Aristidi, du Laboratoire Hippolyte Fizeau, qui a participé à l'hivernage 2006. Il y a le silence et la base paraît immense. » Érick Bondoux, actuel hivernant en charge de l'astronomie, ajoute : « Durant l'hivernage, rien n'est comme ailleurs. Même le temps semble altéré. Pour moi, il s'est arrêté le 28 décembre 2007 ! » Passé les premières semaines durant lesquelles chacun cherche ses marques, une sorte de routine s'installe. « On devient un peu robot, confie Éric Aristidi. La vie est rythmée par le travail », comme le détaille Érick Bondoux : « Ici, le travail d'astronome est très différent de ce qui se fait ailleurs. Les horaires ne sont jamais fixes et certaines expériences demandent une veille de chaque instant. Plus qu'observateur, il faut être à la fois mécanicien, électronicien, informaticien et opticien. Une polyvalence qui vaut pour tous les corps de métier. » L'astronome ajoute : « Durant l'hivernage, il est courant de ne pas avoir une journée de repos durant plusieurs mois. D'une certaine manière, il est impossible de s'ennuyer et la question du manque de loisirs ou de distractions ne se pose pas. » Pour autant, selon les années, l'ambiance est plus ou moins bonne. Ainsi, lors du second hivernage, en 2006, l'atmosphère s'est vite dégradée. « Début juillet, on a commencé à s'engueuler, se souvient Éric Aristidi. Les relations deviennent alors plus diplomatiques qu'amicales. » La façon dont le groupe s'adapte socialement et psychologiquement aux conditions de vie en isolement et en confinement régnant à Concordia fait d'ailleurs l'objet d'un programme de recherche dirigé par Élisabeth Rosnet, au Laboratoire de psychologie appliquée (LPA), commun aux universités de Reims et de Picardie, à Reims. Programme dont les résultats aideront notamment à préparer de futures missions spatiales vers Mars ! Dans ces conditions, on comprend qu'en septembre, tout le monde soit ravi de voir réapparaître le Soleil. Puis se mette à guetter le premier avion, fin novembre. À l'ouverture de la station, les effectifs montent rapidement à quarante. La nouvelle campagne d'été peut commencer. « L'année dernière, nous avions dû faire certaines choses à la va-vite, confie Alessia Maggi. Je suis donc ravie de retourner à Concordia. » Un contentement d'ordre scientifique, mais aussi humain. Car comme le confirme Éric Aristidi, « un séjour à Concordia n'est pas une expérience anodine ». Bien au contraire. Érick Bondoux confie : « Même plusieurs mois après mon arrivée, marchant dans la nuit et voyant se découper l'ombre des deux tours sur la Voie lactée, il m'est arrivé de penser que je rêvais. »

Mathieu Grousson


Contact

Alessia Maggi, alessia.maggi@eost.u-strasbg.fr


Éric Aristidi, eric.aristidi@unice.fr
Élisabeth Rosnet, elisabeth.rosnet@univ-reims.fr
Retour



Yüklə 160,58 Kb.

Dostları ilə paylaş:
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə