Plénière cr centre



Yüklə 1,18 Mb.
səhifə10/24
tarix31.10.2017
ölçüsü1,18 Mb.
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   24

M. le Président - En votre nom, au terme de ce débat sur la communication interrégionale, il me revient, et je le fais avec grand plaisir, de remercier Jacques AUXIETTE de sa participation et de ses interventions de ce matin et de cet après-midi.
Il a choisi, après une carrière importante engagée pour la cause régionale, de ne pas poursuivre son mandat au-delà des élections prochaines. Or, je voudrais dire que, si la coopération dont nous avons parlé, l’ambition de la coopération autour de la Loire telle que nous venons de la partager, est réussie, il y est pour beaucoup, en raison de ses convictions, de sa passion pour la Loire et de ses qualités personnelles qui font que travailler avec Jacques AUXIETTE a toujours été un plaisir pour nous tous.
Merci à toi.
(Applaudissements)
Je vous demande une seconde pour l’accompagner, puis nous reprendrons nos travaux.

M. AUXIETTE - Merci à vous !
(Monsieur Jacques AUXIETTE quitte l’hémicycle)
(La séance, suspendue à 16 heures 11, est reprise à 16 heures 13)

M. le Président - Mes chers collègues, nous poursuivons nos travaux avec la communication sur le rapport d’activité et de développement durable 2014 et la présentation du rapport sur le Compte administratif 2014.
Je donne la parole à Jean-Marie BEFFARA, Premier Vice-président et en charge des Finances pour la présentation.

Communication - Rapport d’activité


et de développement durable 2014 -
Rapport d’activité 2014 sur l’action extérieure régionale
au titre de la coopération décentralisée
et de la solidarité internationale
- Rapport portant approbation du compte administratif
(et du compte de gestion) 2014

(Communication n°3 et Rapport n°1)

M. BEFFARA - Mes chers collègues, je serai assez bref dans la présentation, pour laisser plus de temps au débat et en garder un peu pour répondre aux nombreuses questions sur le compte administratif, que vous ne manquerez pas de me poser.
Je voudrais commencer par remercier les services pour le travail de très grande qualité qu’ils ont effectué sur la réalisation de ce rapport d’activité et de développement durable. J’imagine, que vous l’avez tous regardé avec attention.
Je voudrais leur adresser mes remerciements parce que je trouve qu’il retrace, de façon extrêmement précise, l’action de la collectivité régionale dans l’ensemble des territoires, avec une vision de l’action non pas en silo mais transversale. La qualité de ce document est sans doute également liée à la qualité du management collectif de l’ensemble des directions dans cette maison et je tiens à les remercier à l’occasion de cette présentation.
Je n’interviendrai pas sur le rapport d’activité proprement dit, car j’imagine que chacun aura le loisir, dans le débat, de présenter les éléments concernant ses champs d’intervention.
Je voudrais d’abord dire quelques mots sur le compte administratif.
Au regard des taux de consommation, en fonctionnement et en investissement, on peut dire que l’année 2014 a fait l’objet de prévisions budgétaires plus que réalistes : nous sommes avec des taux de consommation moyens de l’ordre de 95,5 % pour le fonctionnement et 98,6 % pour l’investissement. Nous étions à 96 % en 2013 en investissement et 94 % en fonctionnement. Ce compte administratif atteste de prévisions budgétaires sérieuses et réalistes.
Hors fonds européens, le total des dépenses s’élève à 1,046 milliard d’euros. Les interventions régionales sont orientées à la hausse, notamment en investissement avec 308 millions d’euros, contre 294 millions d’euros en 2013, soit une augmentation de près de 5 % de l’investissement régional. C’est en partie dû au Plan de relance du bâtiment, que nous avions adopté au mois d’octobre dernier. Les dépenses de fonctionnement progressent d’un peu moins de 4 %, notamment liées à des dépenses obligatoires ; je pense, par exemple, aux engagements contractuels ou conventionnels de la collectivité.
Cette augmentation des dépenses d’équipement se traduit par 4 euros supplémentaires par habitant entre 2013 et 2014.
L’engagement sur le très haut débit est l’un des points marquants des dépenses 2014, avec plus de 15 millions d’euros investis. Les lycées sont également à retenir, avec 87,7 millions d’euros investis. Je vous rappelle que nous avions un budget de 80 millions d’euros et que, chaque année, le constat en termes de dépenses se situe habituellement autour de 77 ou 78 millions d’euros. Nous avons cette année réalisé 12 % d’investissements supplémentaires dans les lycées, par rapport aux années précédentes, ce qui se traduit très concrètement par des travaux en direction des artisans régionaux, puisque les travaux dans les lycées sont souvent réalisés par des artisans locaux.
Au cours de l’année 2014, nous avons mis en place le Plan « Avenir Jeunes », créé le SPRO – je pense qu’Isabelle GAUDRON y reviendra –, lancé le soutien à l’INSA et le deuxième appel à projets « PME Innovation », ce qui traduit une volonté, malgré un contexte budgétaire parfois contraint, de maintenir les grandes priorités régionales, tant en investissement qu’en fonctionnement.
Du côté des recettes, la prévision est réalisée à près de 99 %. C’est dire à quel point nous avons été précis, non pas optimistes mais réalistes, lorsque nous avons fait nos prévisions de recettes en 2014, pour un montant total de 1,061 milliard d’euros, hors réaménagement de la dette et restes à réaliser.
En 2014, les recettes hors emprunts ont progressé à hauteur de 988 millions d’euros en 2014, contre 979 millions d’euros en 2013, alors que la partie dotations de l’État a baissé d’environ 30 millions d’euros. Vous voyez donc que les baisses des dotations de l’État ont été compensées par la progression d’autres recettes régionales.
Je ne l’ai pas dit tout à l’heure : en matière de dépenses, nous avons poursuivi la politique d’achats, puisque nous avons atteint l’objectif de 7,5 millions d’euros à fin 2014, alors que c’était l’objectif à fin 2015, ce qui nous octroie quelques marges de manœuvre sur d’autres politiques.
Le recours à l’emprunt pour l’année 2014 a été modéré, puisque nous avons emprunté 55 millions d’euros, ce qui conduit à une augmentation du stock de dettes d’un peu moins de 5 millions d’euros, à savoir 4,7 millions d’euros. Cet accroissement reste maîtrisé et sur les six dernières années, je voudrais rappeler que l’augmentation de la dette s’est chiffrée à 60 millions d’euros, c’est-à-dire environ 10 millions d’euros de plus de dettes chaque année.
Je sais bien que cette question fait parfois débat, certains considérant qu’il faudrait s’endetter davantage ou plus vite. Je voudrais simplement rappeler que la dette d’aujourd’hui, ce sont les impôts de demain et que la gestion d’une collectivité se travaille au long cours. Il me semble important de rester dans la trajectoire que nous nous sommes fixée voici quelques années, notamment en termes de ratio, avec un taux d’épargne brute qui s’établit à présent à 25,26 %, une épargne nette de 114 millions d’euros et une capacité de désendettement de 2,6 années.
Si je rappelle ces ratios, c’est parce que, très explicitement, la dette ou l’augmentation de l’emprunt, s’il était brutal d’une année sur l’autre, impacterait directement ces ratios, donc les conditions dans lesquelles nous avons recours à l’emprunt.
Voilà les quelques mots que je voulais dire en guise d’introduction, Monsieur le Président.
Je me tiens à la disposition de chacun pour répondre aux questions et aux demandes de précisions qui ne manqueront pas d’être faites.

M. le Président - S’agissant des demandes d’intervention des groupes, Monsieur PERRUCHOT a la parole.

M. PERRUCHOT - Merci, Monsieur le Président.
Très rapidement, puisque Charles-Éric LEMAIGNEN va largement compléter mon propos, puis les autres collègues du groupe viendront apporter leur contribution.
Selon nous, la difficulté sur le rapport d’activité est l’absence de priorités claires.
Jacques AUXIETTE vient de quitter l’hémicycle.
Quand on regarde les rapports d’activité de la Région Pays-de-Loire, on voit les priorités clairement affichées, notamment en matière de développement économique ou de soutien à l’entreprenariat.
Le rapport d’activité, tel qu’il est proposé aujourd’hui, est un catalogue de mesures très importantes assez nombreuses mais on ne voit pas de priorités se dégager véritablement. Nous considérons que c’est l’une des difficultés de la gouvernance régionale.
Je ne reviens pas dans le détail sur les éléments liés au compte administratif, Charles-Éric LEMAIGNEN le fera, mais voilà la principale remarque que nous voulions faire en introduction.

M. LEMAIGNEN - Merci, Nicolas.
Dans nos collectivités, nous votons en ce moment nos comptes administratifs. Le leitmotiv est que les communes soient gérées par la Majorité ou l’Opposition nationale et on constate partout que nous sommes dans une nouvelle ère de la gestion de nos collectivités locales, avec la chute considérable des dotations de l’État pour elles.
Monsieur le Président, nous faisons tous deux partie du Comité des finances locales et vous devriez peut-être écouter plus souvent presque la révolte de l’ensemble des élus, qu’ils soient de Droite ou de Gauche, par rapport à l’équation impossible pour gérer nos collectivités locales.
Je vais me permettre de vous lire un texte.
« François BONNEAU réagit à l’annonce du gel des dotations de l’État aux collectivités territoriales : "Le gouvernement porte un coup fatal à l’investissement en région Centre." La journée de ce mardi 28 septembre 2010 restera un triste jour dans l’histoire des collectivités territoriales françaises. »
Je saute quelques paragraphes mais l’esprit est le même.
« Le gel annoncé pour trois ans des dotations financières de l’État met donc aujourd’hui les collectivités territoriales – les Régions en particulier – sous tutelle financière. [...] Et pendant ce temps que l’État nous étrangle, il continue de nous faire les poches, en tentant de faire financer par les collectivités des projets qui ne sont pas de leur responsabilité, à l’instar des lignes à grande vitesse. L’État doit comprendre qu’en réduisant à peau de chagrin l’autonomie budgétaire des Régions, c’est l’action publique locale qu’il réduit d’autant. »
À l’époque, il s’agissait uniquement d’un gel des dotations.
Aujourd’hui, pour le compte administratif, nous sommes à moins 1,5 milliard d’euros en 2014 au niveau national et à moins 11 milliards d’euros supplémentaires sur les trois ans à venir. Or, la DGF globale se monte à 36 milliards d’euros en 2015. Cela va donc nous consommer le tiers de notre autofinancement.
Pour la Région Centre-Val de Loire, vous indiquez dans votre document 7,5 millions d’euros de moins. Ce sera plus du double en moins en 2015 ! Ce sera quatre fois plus en 2016 et sept fois plus en 2017. À part cela, quand on lit votre document, tout va bien, tout se passe pour le mieux, tout est lisse, il n’y a aucune critique ! Je ne vois pas une seule critique disant qu’il n’est pas acceptable d’avoir ces baisses de dotation. Non, tout va bien, on a un bon résultat !
Pourtant, on remarque que le taux des cartes grises est passé à 42,45 euros du cheval vapeur, plus 1,5 % par rapport à 2013. Je rappelle accessoirement qu’il était en 1998 à 20 euros : on a fait plus que doubler.
On l’a vu, on augmente la fiscalité, alors qu’on diminue l’investissement. De 1998 à 2002, il n’a pas bougé : il était entre 80 et 100 euros par habitant d’équipement brut ; cela figure dans le document, parmi les chiffres annuels que vous avez au compte administratif, les ratios obligatoires de l’article 13 de la loi de 1992. Aujourd’hui, on est à 32,47 euros, selon le chiffre qui figure dans votre document ; cela relativise largement l’augmentation que vous proclamez.
On nous a vendu un Plan de relance de 15 millions d’euros au mois de novembre. On vous avait dit qu’il n’y avait en réalité que 7,1 millions d’euros de crédits de paiement supplémentaires. Le seul effort véritable – c’est vrai qu’il y en a un et d’ailleurs le Premier Vice-président l’a indiqué – est sur les lycées. Il y a eu une vraie accélération : on est passé de 74 millions d’euros à 87 millions d’euros, c’est-à-dire que l’augmentation des investissements a été réalisée uniquement sur les lycées.

M. le Président - C’est un peu dans notre responsabilité, quand même, Monsieur LEMAIGNEN.

M. LEMAIGNEN - Monsieur le Président, est-ce que je critique ? Pour une fois, je dis que c’est bien.

M. BEFFARA - 2 millions d’euros de plus sur le contrat d’Agglomération d’ORLÉANS.

M. LEMAIGNEN - Monsieur le Président, normalement, vous laissez parler les gens mais moi, vous m’interrompez systématiquement ! Si cela ne vous embête pas, j’aimerais bien pouvoir continuer jusqu’au bout.
(Brouhaha)

M. BEFFARA - C’est parce que vous êtes souvent parti lorsque j’ai l’occasion de répondre. C’est pour cette raison que je me permets de le faire.

M. LEMAIGNEN - Les 7,1 millions d’euros de crédits de paiement, nous vous l’avions dit à l’époque, portaient pour la quasi-totalité sur des opérations en cours, voire déjà terminées. Or, ce qui est nécessaire pour un Plan de relance, nous vous le présenterons au moment du BS, c’est de relancer l’investissement de l’ensemble des partenaires, que ce soit la Région ou les autres acteurs.
Globalement, hormis ce petit plus, l’investissement a diminué sur l’ensemble de la période. Parallèlement, la dette est passée de 100 euros par habitants entre 1998 et 2000, à 234 euros par habitant ; c’est le chiffre qui figure dans vos ratios qui sont faux, car vous oubliez les crédits-baux ferroviaires ; j’y reviendrai. Si on les ajoutait, cette dette serait à 345 euros par habitant, c’est plus qu’un triplement.
Comme l’a dit Nicolas PERRUCHOT, il n’y a pas de vraies priorités. Nous sommes vraiment dans le HOLLANDE-SUR-LOIRE, vous êtes un remarquable petit soldat du gouvernement socialiste, que vous soutenez, c’est bien normal ! Vous faites bien votre travail.
Deuxième point : la transparence. À ce propos, je vais évoquer la dette.
Vous indiquez dans le document qu’elle est stabilisée à 604 millions d’euros contre 602 millions d’euros l’année précédente et que la capacité de désendettement, donc l’encours de dette sur l’épargne brute, est à 2,6 années, ce qui est très performant.
Rien dans ce rapport n’évoque le crédit-bail.
Si, il faut regarder dans le document comptable page 595, qui indique les redevances annuelles en période pleine, se situant entre 11 et 12 millions d’euros. Aucun commentaire : on n’indique pas l’assiette du contrat. On donne le coût de remboursement, si vous êtes amenés à rembourser par anticipation ce contrat de crédit-bail, ce qui est la moindre des choses.
Je vais quand même vous relire ce que disait la Chambre régionale des comptes dans son dernier rapport qui a été lu ici : « L’importance des engagements financiers souscrits par la Région, hors endettement bancaire traditionnel, justifierait que la Région inclue dans le calcul de son indicateur d’endettement l’ensemble desdits engagements. », soit, compte tenu du particularisme de ces types de contrats, sur la base de la valeur de résiliation prévue par l’article 13-2 des contrats.
Après votre réponse disant « je ne veux rien savoir, je n’en parle pas », la Chambre indique : « La Chambre réitère toutefois son appréciation selon laquelle, au-delà des strictes obligations réglementaires, une consolidation complète, livrée à titre d’information dans les rapports de présentation des documents d’orientations budgétaires, serait utile à une juste perception par leurs lecteurs des marges de manœuvre financières de la Région. » Et qu’en est-il ? Rien ! Il n’y a rien. Pas un commentaire au-delà de ce chiffre, qui ne veut rien dire et qui n’est même pas compréhensible par un spécialiste.
Véritablement, je trouve cette désinformation parfaitement choquante. Cela fait au moins cinq ans que je vous le dis, la Chambre régionale des comptes vous le dit aussi mais vous vous fichez de toute critique, quelle qu’elle soit. Pour vous, c’est lisse, « on s’en fiche, on a le pouvoir et on méprise toute critique extérieure ».
Si on réintègre ce crédit-bail, cela veut dire que la dette bancaire se monte à 67 % de votre encours. La dette réelle est de 874 millions d’euros et pas de 604 millions d’euros. Je n’ai pas le chiffre exact parce que le document sur la valeur de rachat ne figure nulle part.
D’ailleurs, j’aimerais bien que vous me le donniez.
La capacité de désendettement qui, normalement, d’après vos ratios, devrait être inférieure à 3 ans, n’est pas de 2,6 années : elle est de 874 millions d’euros, divisés par votre épargne brute (232 millions d’euros), donc de 3,8 années.
Encore une fois, ce n’est pas forcément calamiteux. Je dis seulement que c’est de la dissimulation volontaire. C’est ce refus de transparence complète qui est parfaitement inacceptable.
Je vais prendre d’autres exemples de ce manque de transparence.
On vous a déjà demandé plusieurs fois de préciser ce qu’étaient les frais d’assemblée et les dépenses de communication. Ce ne sont quand même pas de petites sommes : les frais d’assemblée s’élèvent à 5,5 millions d’euros. Ils représentent les indemnités, les frais de formation, les déplacements et les frais de représentation. On voit dans un document – je l’ai trouvé sur une ligne – que, pour les groupes d’élus, cela se monte à 703 000 euros. Les chiffres ne sont pas cohérents : j’ai 3,7 millions d’euros pour le CR et 2 millions d’euros pour le CESER.
Nous n’avons aucun détail de ces chiffres.
Le minimum, Monsieur le Président, serait de nous dire quels sont les frais de représentation réels et d’expliquer. Il n’est pas très compliqué de mettre une ou deux pages pour préciser ce point. Ce serait une réponse à une demande que nous vous faisons depuis plusieurs années.
Pour la communication, le montant est énorme, il est délirant. Dans une année préélectorale, il est inacceptable !
Vous avez un budget pratiquement trois fois supérieur au mien, à l’Agglomération ORLÉANS-Val de Loire, et vous avez des dépenses de communication douze fois supérieures. Est-ce bien raisonnable ?
De plus, je suis convaincu que, si je regardais toutes les lignes, je trouverais des dépenses de communication dans toutes vos dépenses opérationnelles.
J’aimerais bien savoir également le coût des déplacements que vous faites régulièrement et beaucoup plus qu’avant. Il est normal que vous soyez sur le terrain, mais nous sommes maintenant en période électorale et il serait utile de savoir que les fonds publics ne servent pas à alimenter la campagne électorale d’un candidat.
Par conséquent, pour les dépenses de communication, il serait indispensable de nous les fournir. Nous avons une liste d’opérations mais aucun chiffre. Je vous demande solennellement de nous préciser les chiffres. Ils montreraient qu’il y a une véritable transparence.
Non seulement ce budget n’a pas de priorités et fait du saupoudrage mais, en plus, il n’est pas sincère.
Je vous remercie.

M. le Président - Monsieur LEMAIGNEN, puisque vous avez utilisé des termes, mais peut-être ont-ils dépassé votre pensée – je n’en suis pas certain ! –, comme « dissimulation ».
Or, je gère cette Région en transparence avec le sens de l’honneur, Monsieur LEMAIGNEN. Je vous demande de le garder lorsque vous vous adressez à la Majorité et à son président.
Puisque vous avez dit cela, Monsieur LEMAIGNEN, je vais donner lecture d’un document qui sera officiel demain. Il vient d’une agence de notation qui n’a peut-être pour vous aucune signification. Que dit-il ? « En 2014, conformément à notre précédent scénario central, Centre-Val de Loire a maintenu une performance budgétaire forte, affichant un taux d’épargne brute représentant 22,5 % des recettes de fonctionnement – totalement en lien avec nos éléments –, contre 23,7 % en 2013 », ce qui est légèrement inférieur à notre scénario central de janvier 2015.
On continue sur le point que vous mettez en cause : « Nous estimons que les engagements hors bilan de la Région restent très faibles – c’est écrit : restent très faibles, Monsieur LEMAIGNEN – en raison notamment de l’absence de contentieux important et de la surface financière limitée de ses entités satellites. »
Puisque vous êtes bien informé, vous savez que la plupart des Régions et des collectivités de cette importance ont fait exactement les mêmes choix que la Région Centre-Val de Loire, à savoir qu’elles sont passées notamment par du crédit-bail.
Vous, vous vous plaisez à dire qu’il faut évaluer l’investissement hors crédit-bail mais que, en revanche, pour le niveau d’endettement, il faudrait rapatrier le crédit-bail. Monsieur LEMAIGNEN, je ne prends pas le terme de « malhonnêteté intellectuelle », je dis simplement que c’est une imprécision volontaire de quelqu’un qui peut penser juste.
Puisque vous mettez en cause mes déplacements, Monsieur LEMAIGNEN, on va aller jusqu’au bout !
Monsieur LEMAIGNEN, paraît-il que je bouge beaucoup dans cette période ! Je vais vous dire que, depuis 2010, oui, j’ai fait 800 000 kilomètres de voiture pour une région que j’aime, pour une région dont j’aime tous les territoires, tous les élus, de Droite comme de Gauche. Je suis allé les voir en 2010, en 2011, en 2012, en 2013, en 2014 et soyez certains que j’irai les voir, j’irai les visiter, dans ma responsabilité de président, jusqu’à la fin de 2015 et au-delà, je l’espère bien.
(Applaudissements)
Nous allons poursuivre les échanges et je vais donner la parole à Monsieur FOURNIER.

M. Charles FOURNIER - Merci, Monsieur le Président.
Je n’ai pas fait 800 000 kilomètres de voiture, j’en ai fait un peu moins, et en train parfois !
Je voudrais centrer mon intervention sur notre rapport d’activité, tout en resituant quelques éléments liés au compte administratif.
Cette année 2014 aura été compliquée au plan national, avec la poursuite de la stagnation économique, une politique d’austérité budgétaire, un nouveau record du chômage et du nombre de demandeurs d’emploi et une percée de l’extrême-Droite aux dernières élections municipales et européennes.
Pour Europe Écologie - Les Verts, il est urgent de réorienter véritablement les politiques gouvernementales, en faisant de la transition écologique le pivot d’une sortie d’austérité de la crise. La transition énergétique, la préservation de l’environnement, la réduction des gaz à effet de serre, la lutte contre la précarité, le partage équitable du travail, l’accès à la santé pour tous, la démocratisation de l’éducation et de la formation, la remise à plat de la fiscalité et des outils de soutien aux entreprises doivent devenir des priorités de nos politiques publiques.
L’action du Conseil régional, quant à elle, a été impactée par la diminution des dotations de l’État. Après avoir été gelées pendant plusieurs années, elles ont effectivement commencé à baisser de manière significative en 2014.
Ainsi, la DGF perçue par la Région Centre a-t-elle diminué de 7,4 millions d’euros entre 2013 et 2014, mais il ne s’agissait là que d’un début : depuis, l’État a décidé d’imposer aux collectivités un effort supplémentaire, représentant officiellement 11 milliards d’euros entre 2015 et 2017 mais qui se soldera, en réalité, à terme par une perte cumulée de 28 milliards d’euros pour les collectivités.
Cela étant, malgré la baisse de la DGF et en dépit de la poursuite de la dégradation de l’autonomie fiscale des Régions, notre Majorité régionale, grâce à une gestion rigoureuse, est en mesure de présenter dans le compte administratif 2014 un total d’exécution en dépenses de 1,046 milliard d’euros, en augmentation par rapport à 2013. Cela a permis de maintenir globalement, tout au long de l’année 2014, les ambitions qui avaient été fixées et de remplir les engagements pris devant les électeurs en mars 2010.
C’est d’ailleurs aujourd’hui le dernier compte administratif de notre mandature, ainsi que le dernier rapport d’activité. C’est l’occasion pour moi de revenir aussi sur des avancées pendant cette mandature, et plus particulièrement celles portées par les Écologistes au sein de la Majorité.
Je voudrais d’abord évoquer la politique environnementale du Conseil régional.
Une lecture purement comptable du compte administratif ne rend pas compte de la richesse de l’action régionale en matière d’environnement en 2014, marquée notamment par l’adoption du Schéma régional de cohérence écologique, par la préparation du quatrième Plan Loire Grandeur Nature au niveau de l’ensemble du bassin ou encore par un appel à projets « économie circulaire » en partenariat avec l’ADEME.
La Région a aussi, en matière d’environnement, adopté en 2011, sous l’impulsion de Pascale ROSSLER, une Stratégie régionale pour la biodiversité, qui avait pour ambition de faire du Centre-Val de Loire une région à biodiversité positive, c’est-à-dire un territoire où l’ensemble des actions mises en œuvre permettent de générer plus de biodiversité qu’elles n’en détruisent.
Plus récemment nous avons co-élaboré avec l’État le Schéma régional de cohérence écologique, une sorte de trame verte et bleue à l’échelle de la région, mais la décision sans doute la plus forte en matière d’environnement aura été l’inscription dans les Contrats régionaux de solidarité territoriale d’un fléchage de 5 % des crédits en direction de la biodiversité, garantissant un engagement, y compris dans les territoires, et des investissements en faveur de la biodiversité.
La transition énergétique, deuxième thématique centrale pour engager la transition de notre région, est nécessaire pour le climat, pour répondre à l’épuisement des énergies fossiles et pour sortir du nucléaire, mais elle constitue aussi, face à la crise, une opportunité sociale et économique à saisir. Elle est fortement créatrice d’emplois.
Gilles DEGUET s’est dépensé sans compter pour agir à la fois sur l’émergence de la demande et sur la structuration des filières, dans une collaboration fructueuse avec l’ADEME.
Notre Majorité régionale a choisi d’adosser au SRADDT un Plan climat énergie régional qui définit les politiques régionales à conduire dans tous les secteurs d’activité, afin d’atteindre une réduction de 40 % des gaz à effet de serre d’ici 2020. Parallèlement, la Région a co-élaboré avec l’État le Schéma régional « Climat Air Énergie », document stratégique qui expose les orientations et les objectifs en matière d’économies d’énergie, de production d’énergies renouvelables et de limitation des émissions de gaz à effet de serre.
S’agissant de l’eau, l’action régionale est maintenant recentrée sur la territorialisation, avec des contrats de rivière incluant tout le bassin-versant, axés sur la lutte contre les pollutions diffuses d’origine agricole et sur la restauration de la morphologie des cours d’eau. La fin de la mandature est également marquée par la mise en place du quatrième Plan Loire Grandeur Nature, dont nous avons parlé ce matin.
Autre délégation sur laquelle je souhaitais revenir : éducation et lycées. Je cherche Chantal REBOUT du regard.
Je souhaite attirer votre attention sur le fait que l’on constate, dans le compte administratif, comme l’a souligné Monsieur LEMAIGNEN, une augmentation des investissements qui ont progressé de 13 millions d’euros par rapport à 2013. En même temps, il n’y a pas forcément de continuité d’année en année. Durant certaines années, les engagements peuvent être plus importants en matière d’investissement ; 2014 aura permis d’aller plus loin en termes d’engagement dans les lycées et de réalisation de ces investissements.
Dans l’accord conclu en mars 2010 devant les électeurs avec nos partenaires de Gauche, nous avons acté le principe de réserver 15 millions d’euros par an pour l’efficacité énergétique dans nos lycées, en cohérence avec les objectifs du Plan climat.
La Vice-présidente aux lycées, Chantal REBOUT, avec l’appui et la complicité de Jean-Philippe GRAND et de Gilles DEGUET, a défini un Plan énergie pour nos lycées.
Parmi les avancées récentes en matière d’efficacité énergétique, je tiens à souligner le Plan de développement des installations photovoltaïques dans vingt lycées avec, d’ailleurs, une inauguration prévue en votre présence, Monsieur le Président, demain à BLOIS. Nous nous félicitons de cette avancée.
Cependant, la politique régionale « Éducation – Lycées » ne se limite pas à la gestion des bâtiments ; elle a aussi permis le développement de la citoyenneté par une refonte de « Lycéen Citoyen », par un développement des Agendas 21 et par la création d’un nouveau dispositif « CiT’Lycées » porté par Chantal REBOUT.
La citoyenneté a également été un engagement en termes de prévention santé, porté par Saadika HARCHI qui a développé, en direction des lycéens et des apprentis, un programme conséquent d’actions au bénéfice de la prévention santé et de l’anticipation des difficultés de santé de nos jeunes.
Durant ce mandat, nous avons voulu aussi, avec Michelle RIVET, que l’avenir s’invente dans les campagnes. La délégation aux projets de développement rural s’inscrivait dans une double préoccupation : celle des solutions nouvelles, d’innovations en milieu rural mais aussi celle de faire face aux difficultés particulières que peuvent rencontrer les ruraux en termes de cadre de vie et d’accès aux services. C’est une délégation à haut caractère transversal puisqu’elle concerne l’ensemble de nos interventions en direction du milieu rural.
Un très beau dispositif, dont nous pouvons avoir une fierté, « ID en Campagne » a permis que soient développées plus d’une centaine d’initiatives dans notre région, de natures très différentes touchant la santé, le bois-énergie, la culture et des initiatives elles-mêmes créatrices d’emplois non délocalisables et d’emplois durables.
En matière de tourisme, le groupe Écologiste se réjouit de la coloration environnementale et sociale mise en œuvre au cours de ce mandat. Si le Val de Loire et ses châteaux apportent des retombées économiques conséquentes, nous avons souhaité que la politique touristique régionale mette aussi en valeur d’autres formes de richesse et qu’elle soutienne le tourisme de nature, le tourisme pour tous, les petits hébergements, l’innovation sociale ; je pense là au soutien apporté à l’UNAT, l’Union nationale des associations de Tourisme à vocation sociale.
Avec le projet Vélocentre, le Conseil régional développe un réseau de véloroutes complémentaires avec 550 kilomètres de la Loire à Vélo en région Centre. Au-delà de simples itinéraires, nous avons veillé à faire le lien avec les offres d’hébergement, de location de vélos, de batellerie, etc. Si nous pouvons être légitimement satisfaits des avancées réalisées, c’est d’abord parce qu’en 2010, les électeurs nous ont donné les moyens de disposer d’un certain rapport de force qui a permis la négociation d’un contrat de mandature. Celui-ci ne correspondait pas exactement à ce que nous aurions fait si nous avions pesé plus encore au sein de cette Majorité, mais dont nous estimons qu’il a globalement été respecté. Nous sommes d’ailleurs solidaires, naturellement, des politiques qui ont pu être mises en œuvre par d’autres élus que ceux du groupe Europe Écologie - Les Verts.
Attention, tout ce que j’ai dit ne veut pas dire que nous soyons d’accord avec tout et satisfaits de tout ! Je voudrais trois exemples de sujets sur lesquels nous avons eu des désaccords ou nous avons encore des désaccords.
L’année 2014 aura été celle de la signature de la convention TER 2014-2020. Si nous l’avons votée, nous nous demandons aujourd’hui toujours dans quelle mesure cette nouvelle convention va réellement permettre la reprise en main ambitionnée. Nous avons quelques inquiétudes sur les coûts engendrés et la manière dont le service continue de se dégrader ou de rester dégradé.
Pour rester sur le transport ferroviaire, nous avons constamment refusé de participer à la propagande en faveur du POCL, indépendamment du débat sur les tracés. Il nous a semblé bien plus important de réfléchir à la façon d’améliorer la qualité des dessertes dans le cœur de France en partant du réseau existant qui s’est dégradé au fil des décennies.
En matière économique, si nous saluons le maintien des aides régionales destinées au monde associatif et, plus généralement, à l’économie sociale et solidaire, il nous semble que l’opportunité que constituait la révision en 2014 des dispositifs d’aide régionale aux entreprises n’a pas été totalement saisie. Les aides régionales ont-elles bien un effet de levier sur le développement des activités économiques ? Ne constituent-elles pas parfois de simples effets d’aubaine ?
Pour les Écologistes, la politique économique régionale devra, à l’avenir, être moins suiviste et plus proactive, afin de tenter d’orienter les entreprises régionales vers des activités et des emplois plus durables.
Nous avons aussi souvent proposé, au cours des dernières années, de recourir davantage à l’emprunt, afin notamment d’amplifier l’effort de la Région Centre-Val de Loire dans la transition énergétique et écologique, d’autant que nous disposons, depuis la convention signée avec la BEI, de conditions d’emprunt attractives dont le montant mobilisable jusqu’en 2018 est de 350 millions d’euros.
Monsieur le Président, chers collègues, solidaires de l’exécution du budget 2014 par l’Exécutif régional, le groupe Europe Écologie - Les Verts votera naturellement le compte administratif 2014.
S’agissant du rapport d’activité, nous saluons, comme les années précédentes, la qualité indéniable de ce document qui est sans doute plus à même de rendre compte aux citoyens de l’action du Conseil régional.
J’ajoute, pour terminer, que je n’ai pas évoqué le rapport « développement durable », mais c’est Gilles DEGUET qui pourra le faire dans son intervention.
Je vous remercie.


Yüklə 1,18 Mb.

Dostları ilə paylaş:
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   24




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə