Plénière cr centre



Yüklə 1,18 Mb.
səhifə12/24
tarix31.10.2017
ölçüsü1,18 Mb.
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   24

M. le Président - Merci.
Je prends les demandes de parole.
Je donne la parole à Madame SOULLIE.


Mme SOULLIE - Merci, Monsieur le Président.
Nous venons d’assister à des échanges un peu vifs qui ont produit quelques réactions, mais faire respecter le principe de neutralité des fonctionnaires serait une bonne chose, Monsieur le Président !
Concernant le rapport d’activité, celle-ci est liée au fonctionnement. C’est pourquoi je vais évoquer celui de l’Ecopôle : le 3 juin se déroulait la réunion du Conseil d’administration. N’ayant pas atteint le quorum, une nouvelle convocation a été envoyée pour le 10 à 9 heures 30. Je m’y retrouve seule élue. Lorsque je suis partie à 10 heures passées, je n’avais pas la moindre information sur la suite qui serait donnée.
Le 11, lors de la 6ème Commission, je fais part de ma surprise de voir figurer à l’ordre du jour les dossiers de l’Ecopôle. Fort gentiment, on me dit qu’un « vote a eu lieu par téléphone » – je cite ! Je vous laisse imaginer ce qu’un tel fonctionnement peut générer comme activité.
Concernant la coopération internationale, dans le rapport d’activité, en particulier la partie relative au Maroc, on peut lire qu’une demande d’appui de la Région a été sollicitée pour valoriser la filière oignons et – je cite – «aider à son développement sur le marché extérieur ».
Dans le Loiret, nous avons de nombreux producteurs d’oignons ; je pense à la coopérative d’AUDEVILLE qui s’appelle la BCO (la Beauce Champagne Oignon). Elle traite à peu près un oignon sur sept produits en France.
Ils sont produits en région Centre, avec les normes environnementales françaises, avec un coût du travail français et ils sont déjà en concurrence avec ceux qui viennent de pays où la main-d’œuvre est beaucoup moins chère et où les taxes sont moins abondantes.
Dans ces conditions, aller renforcer au Maroc une filière dont les produits seront en concurrence directe avec nos produits locaux ne me semble pas pertinent. Il serait sûrement plus judicieux de conforter nos filières locales.
Vous dites vouloir privilégier les circuits courts mais, pour ce faire, encore faut-il des productions locales. La concurrence en provenance de pays qui produisent à moindres coûts ne favorise pas leur maintien dans nos territoires.
Enfin, comme chaque année, je vais parler de la Mauritanie, ou plutôt de la « République islamique de Mauritanie » qui pratique encore le droit pénal musulman, avec une application extrêmement stricte et littérale de la charia. L’apostasie est punie de mort et il y a eu une condamnation encore assez récemment. La Mauritanie est aussi reconnue comme le pays ayant le plus fort taux d’esclaves au monde et avec des conditions absolument dramatiques pour les femmes et les jeunes filles.
Vous menez votre action avec l’Association des Maires et des Parlementaires du Gorgol. Mener des actions avec des partenaires qui sont les tenants de l’ordre établi, cela renforce tout simplement leur légitimité et leur pouvoir sur les populations locales. Cela ne participe vraiment en rien à une quelconque évolution des mentalités.
Si vous voulez aider les femmes mauritaniennes, commencez par demander la parité au sein de cette Association des Maires et des Parlementaires. Ce serait une véritable reconnaissance pour ces femmes et aiderait à surmonter leur condition.
Pour terminer, je ne résiste pas au plaisir de vous remercier pour avoir cité plusieurs fois Monsieur FILLON dans cet hémicycle !

M. le Président - Merci, Madame SOULLIE.
Je donne la parole à Madame MIALOT.

Mme MIALOT - Merci, Monsieur le Président.
Mes chers collègues, je souhaiterais que nous puissions, lorsque l’on parle du compte administratif, que ce soit excessivement précis quand on avance une hypothèse et que l’on aille jusqu’au bout des démonstrations en ce qui concerne l’Opposition dans cet hémicycle.
Par exemple, lorsqu’on dit que des dépenses devraient être supprimées, la question qui vient immédiatement est la suivante : lesquelles ? Un compte administratif, comme un budget, est la traduction de priorités politiques. Cela n’a pas été redit, donc je le redis ; l’Opposition UPRC était très claire sur ce qu’il y avait lieu de supprimer : il fallait réduire CAP’Asso.
Je pense que toutes les associations qui ont bénéficié d’un CAP’Asso ont bien entendu le message de l’UPRC, je dois vous le dire !
Il fallait aussi réduire les crédits de la culture, ce que d’ailleurs des mairies ayant eu un changement de majorité, passant d’une majorité de gauche à une majorité de droite, ont mis en œuvre dès leur arrivée : réduire les dépenses culturelles.
Vous auriez dû le redire : nous sommes à six mois des élections et les électeurs pourraient l’oublier. Je le redis ici, je reprends ce que vous disiez, car je pense que nous avons affiché les priorités politiques, nous les développons et nous continuerons à le faire.
Je vais revenir à CAP’Asso parce qu’on peut en parler en général mais je vais en parler en particulier. CAP’Asso a financé de nombreux postes pour que soient créées des structures d’accueil de la petite enfance en milieu rural. Très bien ! Cependant, demain, vous dites : « C’est terminé ! ». Il faut le dire aux villages parce que, concernant ces dispositifs qui ont permis aux relais assistantes maternelles ou à des garderies de fonctionner, etc., demain, ce sera un vrai problème si la Majorité change.
Deuxième exemple : le monde sportif qui représente 30 % des CAP’Asso. Chaque fois que l’on envisage une diminution des CAP’Asso, on réduit automatiquement la part de tous les CAP’Asso. Que deviennent ces professions du sport ?
Que s’est-il passé pendant tout CAP’Asso ? Le sport a professionnalisé et a mis en œuvre une convention collective. Maintenant, des jeunes, sans passer par des CREPS mais grâce aux fédérations sportives, font un métier dans le sport et ont une carrière professionnelle. Auparavant, ils auraient eu quelques heures ici ou là et auraient dû exercer un autre métier parce qu’ils ne pouvaient pas vivre à part entière de leur métier sportif.
Par ailleurs, je souhaiterais souligner des propos du Front National qui m’ont profondément choquée. À travers l’exemple que vous avez cité concernant les automobilistes, vous avez avoué le fond de votre pensée sur le rôle de l’impôt. Finalement, les automobilistes paient pour le train. Je me suis dit : « Je connais beaucoup d’automobilistes qui prennent le train. » Dire qu’une catégorie paie pour une autre, c’est ne pas regarder la réalité de la vie des concitoyens qui sont sur notre territoire régional et qui rejoignent la gare avec leur voiture.
Pourquoi dit-on cela ? De même que vous le dites s’agissant de la contribution des pays à l’Europe, chaque fois que quelqu’un donne pour une dépense publique, il faudrait qu’il reçoive exactement la même recette en équivalence. C’est tout le contraire du principe de solidarité que permet l’impôt.
Dans ce que vous évoquez, il faut le dire à tout le monde, les pauvres resteront pauvres puisque ceux qui contribuent peu auront peu et les riches seront plus riches puisqu’ils auront le retour juste de ce qu’ils mettent. La démonstration que vous avez faite à travers les automobilistes est un exemple de l’utilisation de l’impôt qui serait la plus scandaleuse. Jamais elle ne procéderait d’un dispositif de redistribution et d’un partage de ce qui fait la vie en société et qui permet aux moins riches de bénéficier d’une protection sociale, même s’ils y contribuent moins que ceux qui gagnent davantage.
C’est le principe de notre société et ses fondements. Votre exemple de l’automobiliste, que vous reproduisez chaque fois sur l’Europe, est gravissime pour cette société que nous connaissons.
Je souhaitais vraiment reprendre ces deux éléments par ce que nous sommes là vraiment au cœur de nos préoccupations.
Il est vrai que c’est un compte administratif où nous avons affirmé nos priorités politiques en exécutant et que certains domaines ont moins exécuté.
Je vais répondre concernant l’innovation parce que c’est très simple : elle est décidée et ne se réalise pas forcément dans un exercice budgétaire. Des innovations vont se réaliser dans une entreprise sur un, deux ou trois ans. Que la consommation ne soit pas de 100 %, c’est tant mieux parce que cela veut dire que l’innovation a besoin de temps et que nous adaptons nos crédits au rythme de sa réalisation ; c’est très simple. Ce n’est pas un exercice mathématique mais pragmatique qui permet de s’ajuster à la réalité de la réalisation d’une action financée par la Région.
Je désire dire un mot sur le Maroc ; il faut quand même réfléchir un peu à cette société. Vous êtes certainement nombreux dans cette assemblée à manger du melon ou des pêches : tout cela vient du Maroc. Dans un mois et demi ou deux mois, cela viendra de France. Le Maroc agit à l’heure actuelle avec une part de saisonnalité qui fait que les échanges fonctionnent.
Actuellement, on dit à ces ouvriers marocains : « Vous consommez sur place une partie de votre production et vous exportez l’autre. » Faut-il changer et leur dire dorénavant : « Non, vous arrêtez ! » En fait, des clients en France apprécient cette saisonnalité. À d’autres moments, cela se jouera en sens inverse.
De la même manière que ce que je citais précédemment, nous ne pouvons pas avoir une vue aussi fermée de nos sociétés qui pratiquent les échanges. Effectivement, nous en avons avec le Maroc.
Je m’en réjouis. Que ce soit le Maroc ou la Tunisie, j’y suis allée et je vois combien les gens au Maroc se battent pour trouver un emploi sur place. S’ils l’obtiennent avec une partie de l’export, nous aussi, dans notre région, nous profitons, pour nos ouvriers de la région, d’une partie de l’export de ce que nous envoyons dans d’autres pays. Je ne vois pas pourquoi nous serions en défense de ce que nous faisons et en accusation pour ceux qui le font dans un autre pays.
Voilà ce que je souhaitais dire, Monsieur le Président, mes chers collègues.

M. le Président - Monsieur DEGUET a la parole.

M. DEGUET - Monsieur le Président, Monsieur le Vice-président, mes chers collègues, j’ai adhéré avec conviction au projet de faire un seul rapport à partir du rapport d’activité et du rapport de développement durable. Nous sommes ainsi dans la continuité de l’intégration de notre Plan Climat-Énergie dans le SRADDT, de la refonte des contrats de solidarité et dans l’esprit de l’Agenda 21.
Cependant, la présentation par focus me paraît strictement réductrice.
Bien entendu, la bonification des aides aux entreprises et l’appel aux projets « économie circulaire » concourent à la durabilité de nos politiques, mais c’est aussi le cas de la démarche Qualinat en Brenne, du site « maRando à Vélo », de l’Entrepreneuriat au Féminin, des CAP’Asso, de l’Agenda 21 et du GIP Alfa Centre.
Bien entendu, le Schéma de cohérence écologique, le plan d’installations photovoltaïques dans les lycées et les plateformes locales de rénovation énergétique relèvent du rapport de développement durable mais c’est aussi le cas de la formation des accompagnateurs de chantiers de rénovation, de la filière de matériaux biosourcés, des diagnostics des déchets du BTP, de l’Ecopôle, du Livre rouge des espèces menacées, du nouveau dispositif des Conventions vertes, de la sensibilisation au risque inondation par les Maisons de la Loire, de la Semaine des Rivières, des deux nouvelles réserves régionales, des trames vertes et bleues.
Bien sûr, on peut mettre un focus durable sur la Charte régionale des événements écoresponsables, les nouveaux Contrats de solidarité « Lycéens Citoyens » et le réseau des territoires durables, mais on peut le faire aussi sur CiT’Lycées, Erasmus, la Mission Val de Loire, les PACT, « ID en Campagne » et la bio dans les lycées.
C’est que notre Région s’inscrit durablement dans une démarche d’Agenda 21 : l’Agenda 21 n’est pas un gadget que l’on ajoute dans un programme, ce n’est pas le bolduc vert. L’Agenda 21, c’est, au sens propre, ce qu’il faut faire, tout ce qu’il faut faire au XXIe siècle. C’est un profond changement vers un mode de développement qui n’épuise pas les ressources, qui n’éteigne pas la biodiversité, qui n’accumule pas les déchets et les gaz à effet de serre. C’est un programme transversal.
Notre Agenda 21 a été révisé en 2014. Il aurait dû légitimement structurer ce rapport de développement durable. Il aurait surtout permis d’installer une pratique d’évaluation continue.
L’évaluation n’est pas le point fort des collectivités. Nous avons abordé ce mandat avec un programme d’évaluation par opérateur externe, qui ne pouvait pas se suffire à lui-même. L’évaluation par audit permet des jugements qui valent ce qu’ils valent, elle permet rarement l’amélioration.
Notre Agenda 21 est structuré pour pouvoir évaluer les actions prévues. J’ai dû constater que la charge de travail des services ne permettrait pas d’aller au bout de cette démarche.
Je veux ici remercier les membres de notre assemblée qui ont participé à notre Comité Agenda 21 et leur dire mon regret de n’avoir pas eu le besoin de réunir ce comité cette année.
C’est d’autant plus dommage que je suis persuadé que la Région, avec toutes ses politiques, avec ses personnels que je veux ici remercier pour leur mobilisation, avec son Agenda 21, est armée pour un vrai pilotage durable. Au moins les bases auront-elles été posées !


M. le Président - Merci, Monsieur DEGUET.
Monsieur GODEFROY a la parole.

M. GODEFROY - Monsieur le Président, chers collègues, d’abord, quelques mots sur le « développement durable » pour répondre un peu à Monsieur DEGUET.
Maintenant, c’est un mot que l’on entend à toutes les sauces. Je me souviens ici avoir entendu parler de développement durable, tout juste parce qu’on avait changé une chaudière !
Ce n’est pas du développement durable, c’est de l’entretien normal et beaucoup d’entre nous se retrouvent des Monsieur Jourdain !
Pour en revenir au rapport d’activité, il comporte tant d’éléments que l’on s’y perd. C’est plutôt un inventaire à la Prévert et c’est bien là le problème.
Ce rapport reflète assez bien ce qu’a été le rôle de la Région le long de cette mandature : une petite couche ici, une petite couche là et le tableau qui en résulte relève plus du pointillisme qu’autre chose. Il n’y a pas de vue d’ensemble, on n’y voit pas une politique avec des choix, mais une politique touche-à-tout.
Ce qui m’étonne, c’est que vous vous étonniez souvent du manque de visibilité de la Région. Avec une technique pareille, ce n’est pas surprenant !
Je prendrai ici et là quelques points de ce rapport, ne pouvant le prendre en totalité, car il n’y a pas d’unicité et surtout pas de chiffres intéressants, particulièrement au niveau des résultats ; j’en parlerai plus tard.
En ce qui concerne la recherche pour les énergies alternatives, nous sommes pour parce que, un jour, le pétrole viendra à manquer et il faut se préparer à la transition énergétique, mais nous n’avons nullement l’intention d’espérer changer le climat ni de ralentir son changement. Ceci nous paraît pour le moins discutable.
Ceci est un point de vue idéologique et on a trouvé un méchant, qui est le CO2. On le traite de tous les mots et il sert de référence en tant que gaz à effet de serre.
Pour moi, je l’ai déjà dit, c’est surtout un gaz à effet de taxes et la décision de la Région de vouloir baisser de 40 % ses émissions, alors que le Grenelle ne demandait que 20 %, aura des conséquences économiques dans un monde qui n’a pas besoin de cela.
Le développement durable a donc une connotation punitive, comme le disait une certaine ministre, et c’est bien dommage !
Il faut économiser l’énergie, certes, et c’est une très bonne chose que l’on fasse des rénovations thermiques dans les lycées, mais pourquoi a-t-il fallu que ce soit par le biais des PPP. C’est une manière de camoufler la dette et que seules les très grosses entreprises aient accès aux travaux, alors que nous aurions pu faire appel à de nombreux petits artisans locaux qui sont fortement dans le besoin.
J’appelle, personnellement, « développement durable » tout ce qui est transgénérationnel. Le passage de la dette à nos enfants et petits-enfants par le moyen du PPP, c’est certes durable mais c’est très discutable au niveau moral.
Je vais parler maintenant de l’automobile, il faut en remettre une couche !
Vous noterez que 77 % des déplacements domicile-travail s’effectuent en voiture. Parallèlement, la part des transports en commun est de 7,2 %, toujours pour des déplacements domicile-travail, alors que ces distances sont quasiment doublées.
Ce n’est pas une question de préférer l’un à l’autre, mais pourquoi tout miser sur le transport en commun ? Nous ne remettons pas en doute la nécessité d’augmenter le maillage du territoire ; encore faudrait-il qu’il soit de qualité ! Néanmoins, nous nous opposons catégoriquement à la chasse de l’automobiliste qui est, il ne faut pas l’oublier et je reprends ce que disait Michel CHASSIER, la plus grosse part des ressources de la Région par le moyen de la TICPE et des cartes grises. C’est l’automobiliste qui subventionne tous ceux qui prennent les transports en commun.
La voiture est et restera indispensable surtout à la campagne, alors pourquoi s’acharner contre elle ? L’automobiliste n’a pas vocation d’être la vache à lait d’un système.
J’aborderai quelques points sur la coopération décentralisée. Notre position a toujours été claire à ce sujet : nous sommes contre le principe même, nous pensons que c’est à l’État de s’en occuper. Cependant, dans le rapport sur la coopération décentralisée, on trouve les mêmes défauts que dans le rapport d’activité : le manque de chiffres.
Dans le cas de la formation, si l’on nous donne des chiffres sur les actions entreprises, qui sont une foultitude, il manque un chiffre fondamental : le nombre d’emplois obtenu grâce à ces formations.
Pour la coopération décentralisée, les déplacements sont très nombreux, mais nous ne savons pas combien de personnes se sont déplacées et surtout pas les frais occasionnés. Depuis le temps qu’on nous le promet, nous ne l’avons jamais vu !
De plus, malgré tous ces échanges, nous n’avons aucune indication sur le nombre de retombées sur la région Centre-Val de Loire autre qu’un bénéfice d’image.
Je vais revenir sur la Chine, qui m’intéresse particulièrement. La Région Centre entretient depuis plusieurs années des relations étroites avec la province du Hunan, au titre de son action de coopération décentralisée. Elle abrite 67 millions d’habitants, pour 2,6 millions en région Centre. C’est un partenariat quand même fortement déséquilibré !
Vous nous parlez de promotion de produits gastronomiques et de produits du terroir. Nous n’avons aucune indication des éventuelles retombées, pas plus que de celles de la participation de la Région Centre à l’exposition de Shanghai voici quelques années.
Je prendrai un autre exemple : à Meknès, au Maroc, la Région a reçu une demande d’appui pour la valorisation de la filière oignons. Or, la province concernée produit 70 % de la production marocaine et veut se développer sur le marché extérieur. Autrement dit, elle veut exporter. La Région Centre va donc l’aider, alors que 18 % de la production française d’oignons se fait ici, en région Centre et surtout dans l’Eure-et-Loir.
Enfin, bref, le point important de ce qui est en cause est la politique générale de la Région, avec un manque de visibilité et de ligne de conduite. À force de vouloir toucher à tout, on ne s’impose vraiment sur rien et le flou est notre royaume.
Je vous remercie.

M. le Président - Merci, Monsieur GODEFROY.
Madame ROSSLER a la parole.

Mme ROSSLER - Merci, Monsieur le Président.
C’est un petit mot simplement pour réagir, non pas à l’intégralité de l’intervention de Madame SOULLIE mais pour m’expliquer parce que je ne peux pas laisser passer ces propos que je considère hors sujet concernant le conseil d’administration de l’Ecopôle.
Il y a effectivement eu un loupé. Initialement, il ne remplissait pas le quorum mais nous y avons débattu et recueilli l’intention de vote de tous les présents, dans les modalités habituelles de niveau de discussion et d’échanges. Ensuite, il y a eu une formalité sur laquelle nous savions que le quorum ne serait pas présent et où le vote devait se tenir rapidement.
C’était tout à votre honneur d’y être présente, Madame SOULLIE, mais il y a eu un bug d’agenda et cet événement n’était pas dans le mien qui m’indiquait une autre réunion. Le temps que l’on me joigne, les votes se sont tenus de manière valide avec 20 minutes de retard. Or, vous étiez partie. J’ai moi-même envoyé ensuite un courriel d’explication et d’excuses.
Cela s’est produit une fois dans le mandat et c’est un accident d’informatique qui me semble moins gênant que d’avoir notamment eu, à plusieurs reprises, des élus qui partaient en plein milieu des séances sans avoir prévenu en amont, nous obligeant à voter à toute vitesse les dossiers, puis à en discuter.
J’en profite pour le dire parce que je me suis excusée et c’était vraiment un incident. En revanche, de l’autre côté, cela relève d’un manque de correction, donc je me permets de le dire.
Merci.

M. le Président - Merci, Madame ROSSLER.
Madame RIVET, vous avez la parole.

Mme RIVET - Permettez-moi de compléter ce qu’a dit Marie-Madeleine MIALOT sur la filière oignons et puisque Monsieur GODEFROY en a parlé ainsi que Madame SOULLIE, je donnerai quelques précisions.
Nous sommes la première région française productrice d’oignons. C’est nous qui exportons, à raison de 20 % de la production d’oignons.
Pour parler de ce qu’il se passe au Maroc, dans une région productrice d’oignons, ils rencontrent des problèmes de conservation de la production. Il existe donc un échange de savoir-faire entre les Régions, ce qui me paraît être vraiment une bonne politique d’échanges.
Il faut savoir qu’il y a beaucoup de consommation d’oignons dans toute l’Afrique et que l’espoir des producteurs du Maroc est d’exporter vers d’autres pays d’Afrique et non pas vers nos rivages.

M. le Président - Merci pour ces précisions.
Madame CANETTE a la parole.

Mme CANETTE - Merci, Monsieur le Président.
Je souhaitais initialement aborder le rapport d’activité et les méthodes qui président à notre action. Je vais en dire un petit mot mais je vais raccourcir le temps consacré à ce point parce que je souhaiterais vraiment répondre aux propos de Monsieur LEMAIGNEN.
Je commencerai par dire que je partage l’une de ses considérations : la désinformation est choquante et les approximations pédagogiques également.
Premier point, sur lequel je ne vais pas m’attarder parce que cela a été exprimé par d’autres : je trouve contradictoire de clamer que la dette réelle est bien supérieure à celle affichée et, en même temps, de tenir, sur les bancs de cette Majorité, des propos regrettant que nous ne soyons pas plus endettés. Je me souviens qu’il était question de « chance historique » de s’endetter qui avait été manquée.
J’ai un peu de difficulté à comprendre cela !
Je ne vais pas non plus être très longue s’agissant des positions des formations politiques soutenues par la Droite quant à l’effort qui serait demandé aux collectivités si cette Droite venait au pouvoir au niveau national. On peut parler de bons soldats à la Région qui défendent le Président mais, dans ce cas, des bons soldats sont sur l’ensemble des bancs et ce sont même des colonies de fantassins !
Par ailleurs, concernant les dépenses de communication, Monsieur LEMAIGNEN, quand même ! Je voudrais que l’on rappelle ce qu’est la communication à la Région. Faut-il arrêter les lignes communication pour l’USO, le RCO, les Panthères à FLEURY-LES-AUBRAIS ? Cela représente les dépenses de communication de la Région. Faut-il arrêter les matchs parrainés ? Faut-il arrêter la communication pour le FRAC ? Faut-il arrêter d’aider la Ville d’ORLÉANS à communiquer sur le Festival de Loire ? Faut-il arrêter d’aider « 2 000 emplois, 2 000 sourires » dans ces frais de communication ? Parce que la Com au Conseil régional, c’est cela.
Nous ne manquerons pas de répondre à votre discours électoral et, je dois le dire, un tantinet démagogique, en faisant savoir quelles sont vos positions en matière de dépenses de communication à la Région.
Enfin, concernant les frais de déplacements, cela va me permettre d’évoquer le point sur lequel je souhaitais centrer mon intervention. Je voulais parler du rapport d’activité et de la manière dont nous conduisions l’ensemble de notre action dans cette région, de la méthode.
Oui, notre méthode d’action, celle du Président, c’est la coconstruction sans sectarisme, c’est le dialogue sans outrage, c’est la co-élaboration au service de l’intérêt régional, et ce, avec les partenaires extérieurs de la Région, par exemple, les autres Régions et avec les acteurs du territoire. Nous en avons eu l’illustration avec la présence de Jacques AUXIETTE.
Cela s’est traduit, et cela voit dans le rapport d’activité :


  • dans l’élaboration du Schéma régional de développement économique, que vous avez fait précéder, Monsieur le Président, avec Marie-Madeleine MIALOT, d’une vaste consultation des entreprises ;

  • dans la construction du SPRO sur lequel nous avons été leaders ;

  • dans la formation professionnelle ;

  • dans la culture avec l’élaboration de la politique des PACT ;

  • dans l’aménagement du territoire avec les politiques contractuelles.

Avec les acteurs du territoire mais aussi avec les habitants : nous l’avons vu avec les forums des « Ambitions 2020 » que vous avez, déjà à l’époque et nous n’étions pas en période électorale, pourtant tant décriés parce que le fait que nous allions sur les territoires vous ennuie.


Ne vous en déplaise, M. le Président se déplace et il va continuer à le faire parce que c’est notre méthode ! Les Vice-présidents et les Vice-présidentes vont également continuer à le faire : c’est notre marque de fabrique et pas seulement en période de campagne.


Yüklə 1,18 Mb.

Dostları ilə paylaş:
1   ...   8   9   10   11   12   13   14   15   ...   24




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə