Rencontre mcx 99 “ Pragmatique et Complexité ”



Yüklə 1,72 Mb.
səhifə6/24
tarix26.10.2017
ölçüsü1,72 Mb.
#13766
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24

Paysages et complexité

La nécessité de nouvelles approches pour de nouveaux objets patrimoniaux

Cette intervention se propose de témoigner d’une expérience de terrain qui vient questionner l’approche institutionnelle du paysage dans le cadre de sa valorisation. Cet exercice mené dans le cadre d’un 2e cycle universitaire ( D.U. Développement local et Maîtrise de Projets ) s’appuie sur l’exemple de la Charte du paysage de la Suisse Normande.




Stéphane Daupley

Plan provisoire




n L’émergence de la question du paysage dans le contexte d’une modernité en crise


Qu’est-ce que le paysage ?

La vision institutionnelle

Les approches universitaires
n Les enjeux qui émergent du paysage

La constitution d’un nouvel objet patrimonial

Le statut du paysage dans une problématique de développement local

n L’action de l’État (face à la montée d’une pression sociale en faveur des paysages)


Le cadre et les motivations de l’intervention étatique
n Le cheminement vers d’autres approches

Les apports de l’approche systémique (et multiréférentielle)



Quelques actions menées sur le terrain à l’issue de ces approches p.


Séance Pleinière II

Gérard DELEDALLE


Jeudi 17 juin





De la logique de l'enquête à l'éducation démocratique


Gérard DELEDALLE


Je voudrais dire ici en guise de prologue que la logique de Dewey repose sur une argumentation strictement logique empruntée à la logique des relations de Charles S. Peirce dont John Dewey fut l'élève à l'Université Johns Hopkins de Baltimore. Non pas que Dewey en tire explicitement argument, mais parce que la validité de ses théories logique et pédagogique ne s'explique que par elle.


Cette logique rejette l'idée de "substance" : ce ne sont pas les objets qui sont en relation, mais les relations qui "créent" les objets.
Les relations fondamentales sont au nombre de trois et parmi elles les quantificateurs universel et existentiel dont Peirce est l'inventeur et qu'ont retenu les logiciens, auxquels Peirce ajoute le qualitatif iconique.
On retrouve cette même logique chez Dewey dans la transaction, dans la distinction entre le générique et l'universel, l'immédiat et le qualitatif.
Les différences repérables entre Peirce et Dewey sont d'ordre social. Le pragmatisme de Peirce est "Nouvelle Angleterre", l'instrumentalisme de Dewey est Nouvelle Amérique p.



Pragmatisme et Pragmatique : Peirce et la Complexité

Gérard DELEDALLE


Session 17 AM3





Le lien complexe du scepticisme hellénique avec le pragmatisme contemporain :

De Pyrrhon par George Santayana à Richard Rorty par John Dewey

Gérard DELEDALLE

Je voudrais raconter ici l'histoire à travers Santayana, philosophe américain d'origine espagnole, le dernier des sceptiques grecs, et philosophe-poète préféré de Richard Rorty, la relation ambiguë de Rorty avec John Dewey. J'essaierai de répondre à la question : le néo-pragmatisme peut-il se passer de logique ? p.


Sur l'Enseignement des Sciences de l'Ingénierie


Philippe DESHAYES


Session 17 M3




COMMUTATION ET TRANSMISSION : 2 REPERES POUR MIEUX APPREHENDER LA PART D'EMERGENCE DANS L'ACTIVITE DE CONCEPTION
Ph. Deshayes

LAREA & Ecole Centrale de Lille

Le mot clef de la connaissance était hier : l’analyse ; il devient aujourd’hui la conception. Concevoir, donc, modéliser (ou représenter). Ainsi se resserre le champ de notre question initiale : “ comment identifier l’objet ? devient : comment concevoir un modèle de l’objet ? ”. Ainsi Jean-Louis Le Moigne avait-il introduit la conception dans la “ Théorie du système général ” (p. 73).


Une connaissance de l’activité de conception commence à prendre corps, mais bien des obstacles restent à explorer et à lever. On en prendra par exemple comme symptôme la difficulté récurrente à accepter le terme d’émergence, pourtant clef de l’activité de conception. Concevoir, n’est-ce pas “ chercher quelque chose qui n’existe pas encore … ? ”.
A défaut de pouvoir rendre pleinement explicite cette émergence, comment au moins en tenir compte sinon l’introduire expressément dans notre connaissance (elle-même émergente) de la conception ?
A partir de quelques exemples de “ résistance ” à une telle introduction, on se propose de revenir sur un couple d’opérations (la commutation et la transmutation), introduit il y a une vingtaine d’années par le sociologue H. Raymond. Sa confrontation personnelle à l’univers de la conception architecturale, aux difficultés d’en rendre compte tant dans ses modalités intellectuelles qu’opératoires, l’avait en effet amené, à l’époque, à le forger.
Quelque peu oublié depuis, il nous paraît pourtant pouvoir être utilement repris et ré-exploré pour fournir quelques repères pragmatiques et, au-delà peut-être, favoriser l’introduction à des opérateurs complexes qui, eux, relèveraient d’une connaissance plus méticuleuse sinon plus approfondie de cette activité.
Nous tenterons d'en témoigner dans les deux domaines de conception que sont l'architecture et l'ingénieriep.

Sur l'Enseignement des Sciences de l’Ingénierie

Philippe DESHAYES


Session 18 M3






Yüklə 1,72 Mb.

Dostları ilə paylaş:
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   24




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2022
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə