Universite jean Monnet – Saint Etienne (établissement porteur) dossier de demande d’habilitation


En M1, semestres 1 et 2, la base de cours permet de construire des parcours à dominante « physique/optique », « image/vision/informatique » ou « couleur »



Yüklə 1 Mb.
səhifə5/10
tarix24.11.2017
ölçüsü1 Mb.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10

En M1, semestres 1 et 2, la base de cours permet de construire des parcours à dominante « physique/optique », « image/vision/informatique » ou « couleur » (parcours ERASMUS MUNDUS) en fonction des profils et des projets des étudiants.
Le semestre 2 continue d’intégrer un stage obligatoire en laboratoire de recherche ou en entreprise de 3 mois minimum validé pour la valeur de deux blocs, c’est-à-dire 10 Ects (sauf parcours ERASMUS MUNDUS).
En M2, les choix de cours proposés au semestre 3 permettent de construire 5 parcours plus « spécialisés » avec un niveau de mutualisation pouvant aller jusqu’au deux tiers des UE :

- « Micro et nano systèmes photoniques »

- « Instrumentation et contrôle »

- « Analyse et modélisation des images et des formes »

- « Traçabilité sécurisée »

- « Color in informatics and media technology » (ERASMUS MUNDUS).


La configuration actuelle du semestre 4 est conservée et comprend un stage obligatoire de 5 mois minimum en laboratoire de recherche ou en entreprise pour 25 Ects et un module d’approfondissement ou le « Project contest » (parcours ERASMUS MUNDUS) pour 5 Ects.


5. 5. Politique des stages
Notre politique des stages est figée depuis de nombreuses années :

- les stages obligatoires aux semestres 2 et 4 sont des parties intégrantes de la formation (29% des Ects sur 2 ans et 42% pour le seul M2). Ils participent de la différenciation entre des parcours personnels étudiants plus orientés vers la recherche ou plus orientés vers une insertion professionnelle directe à Bac +5, ces orientations n’étant pas exclusives l’une de l’autre.

- le stage du semestre 2 doit durer au moins 3 mois (d’avril à juin inclus) et peut être effectué en entreprise sous la forme d’une Unité d’Expérience Professionnelle (UEP) ou bien sous la forme d’un Travail Expérimental et de Recherche (TER) en laboratoire, public ou privé, en France ou à l’étranger.

- le stage du semestre 4 doit durer au moins 5 mois (de mars à juillet inclus) et peut être effectué en entreprise ou bien en laboratoire de recherche, public ou privé, en France ou à l’étranger.


Dans tous les cas, le stage doit être conforme à la charte des stages (cf. Annexe 4a).
Il doit faire obligatoirement l’objet d’une convention de stage. Cette convention prévoit notamment les différents aspects réglementaires, les dates de début et de fin, les modalités de rémunération.
Les sujets du stage sont proposés par les entreprises ou les laboratoires de recherche et font l’objet d’une validation préalable par le responsable pédagogique du parcours avec communication aux étudiants (dépôt sur la plateforme pédagogique, messagerie et affichage). Les étudiants doivent faire acte de candidature individuellement sur les sujets proposés et validés.
Deux tuteurs sont désignés :

- l’un au niveau du laboratoire ou de l’entreprise, celui-ci joue le rôle de maître de stage et est responsable de l’étudiant pendant toute la durée du stage,

- l’autre au niveau de l’équipe pédagogique, celui-ci est responsable du suivi du stage qui inclut une visite sur place quand le stage est effectué en dehors de l’Université (entreprise ou laboratoire).
Tout stage fait l’objet d’un mémoire écrit et d’une soutenance orale devant un jury composé au minimum d’un représentant de l’équipe pédagogique et des deux tuteurs. Le rapport et la soutenance peuvent être en français ou en anglais.
Une fiche d’évaluation des stages est fournie à l’entreprise ou au laboratoire d’accueil du stagiaire et doit être remplie par son tuteur (cf Annexe 4b).

Un modèle de PV de soutenance est fourni aux jurys (cf. Annexe 4b).

L’évaluation globale du stage prend en compte notamment le comportement et l’intégration dans l’entreprise ou le laboratoire, la qualité du rapport écrit, la qualité de la soutenance et des réponses aux questions, le travail effectué.



Liste complète des lieux de stage 2006-2009 (cf Annexe 4c)

5. 6. Mutualisations
Entre les mentions du domaine Sciences, Technologies, Santé à la Faculté des Sciences et Techniques :
L’acquisition des compétences additionnelles et transversales visant à faciliter la professionnalisation et l’insertion professionnelle des étudiants à l’issue de leur parcours de formation est organisée dans un dispositif global intitulé « Préparation à la Vie Professionnelle ». Ce dispositif se décline dans toutes les mentions de Licence et de Master pilotées par la Faculté des Sciences et Techniques.
Au niveau des Masters, il intègre  différentes UE transversales et mutualisées, proposés en M1 ou en M2 selon les mentions et indifféremment dans toutes les spécialités Recherche et/ou Professionnelles.

Une partie importante de ces enseignements sont organisés sous forme d’ateliers ou de séminaires animés par la Plateforme d’Insertion Professionnelle de l’Université ou par des intervenants professionnels qualifiés.


Les ateliers regroupent souvent des étudiants de masters différents.
De même l’enseignement, et le pilotage de l’enseignement, de l’anglais et des techniques d’expression et de communication sont organisés transversalement au niveau de la Faculté des Sciences et Techniques. Les cours sont donc mutualisés entre les différentes mentions de master.
Outre ces enseignements transversaux, quelques cours sont mutualisés ou échangés (sous forme d’options) avec d’autres mentions de master notamment :

- avec la mention « Informatique » spécialité « Web Intelligence », cours sur les techniques de fouille de données ou l’apprentissage automatique (WI vers OIV), cours de bases de traitement d’image (OIV vers WI) ;

- le cours « Optique intégrée - Fibres optiques » va être proposé en Master « Ingénierie des Matériaux et Procédés » pour ouvrir ces étudiants vers les technologies des capteurs optique pour la surveillance des structures composites;

- le cours « Color in art and design » va être proposé dans le futur Master pluridisciplinaire « Design » si celui-ci obtient l’habilitation.


Avec l’école d’ingénieur interne Télécom Saint-Etienne (ex-ISTASE):

Un certain nombre de cours sont mutualisés avec le cursus ingénieur de l’école et l’échange est bilatéral :

- un certain nombre de cours du master plus orientés vers la recherche sont proposés en option ou en tronc commun aux élèves ingénieurs qui ne suivent pas forcément tous l’intégralité du master ;

- un certain nombre de cours du cursus ingénieur plus orientés vers la formation professionnelle sont proposés en master.


Avec l’Institut d’Optique Graduate School :

A l’heure actuelle, les étudiants de l’antenne stéphanoise (orienté Applications industrielles de l’optique) suivent le master en parallèle de leur cursus ingénieur pour acquérir une double compétence en recherche et en traitement d’image.

Cette situation est appelée à changer à partir de la rentrée 2011 où il est prévu l’implantation d’un cursus de deuxième et de troisième année de l’IOGS à Saint-Etienne au lieu d’une seule option de troisième année. Dans cette hypothèse, le niveau de mutualisation entre le cursus ingénieur et le master est appelé à augmenter de façon très importante et à s’étendre au M1 et au M2 dont l’intégralité des cours serait reprise dans le cursus ingénieur. Les élèves ingénieurs de l’IOGS de l’antenne stéphanoise suivraient donc tous le master, intégré dans leur cursus ingénieur (cf §3.1).
Avec l’Ecole des Mines de Saint-Etienne :

Le cursus de master co-habilité avec l’Ecole des Mines de Saint-Etienne est proposé en mutualisation intégrale.



Les étudiants inscrits à l’UJM et à l’EMSE suivent les cours ensembles.
6 – MAQUETTE PEDAGOGIQUE
6.1. Description générale
La nouvelle organisation du master prévoit une maquette intégralement modulaire avec 6 blocs de 5 crédits à valider pour chacun des trois premiers semestres.
Le détail du contenu des blocs proposés pour chaque semestre et les parcours type envisagés figurent au paragraphe 6.2.
Semestre 1
Un ensemble de 12 blocs proposés permet de construire 3 parcours mutualisés à dominantes « physique», « image/informatique » ou « couleur » (parcours ERASMUS MUNDUS).
Cette organisation permet de mieux adapter la formation en fonction des profils et des projets des étudiants, toutefois sans exclure de possibilité de réorientation à ce stade.
Cas du parcours ERASMUS MUNDUS : les 6 blocs qui le constituent sont imposés pour les étudiants sélectionnés. Ils sont proposés simultanément par les universités de Saint-Etienne et de Grenade et font l’objet de programmes et de sujets d’examens communs. Les étudiants du parcours sont répartis, de façon équilibrée, et autant que faire se peut, selon leurs vœux exprimés entre les deux universités.

Semestre 2
Les parcours se construisent à partir d’un ensemble de 13 blocs proposés, avec cependant l’apparition de combinaisons incompatibles soit pour des raisons de pré-requis ou de cohérence soit pour des raisons de mobilité internationale dans le parcours ERASMUS MUNDUS. Ceci permet aux étudiants de continuer de construire des parcours à dominante «physique/optique », « image/vision» ou « couleur » (parcours ERASMUS MUNDUS) en fonction de leurs profils et de leurs projets, toujours sans exclure de possibilité de réorientation à ce stade.
Tous les étudiants, sauf ceux sélectionnés pour le parcours ERASMUS MUNDUS, doivent effectuer un stage obligatoire en laboratoire de recherche ou en entreprise de 3 mois minimum validé pour la valeur de deux blocs, c’est-à-dire 10 crédits.
Cas du parcours ERASMUS MUNDUS : les 6 blocs qui le constituent sont obligatoires ou fléchés pour les étudiants sélectionnés avec une spécialisation en « Color image capture, devices and processing ». Le stage est remplacé par l’obligation de mobilité internationale. Quatre blocs obligatoires sont proposés simultanément à Saint-Etienne et à Grenade, et font l’objet de programmes et de sujets d’examens communs. Les deux autres blocs sont à choisir parmi deux listes différentes, l’une proposée à Saint-Etienne, l’autre proposée à Grenade. Aucun cours n’est proposé à Joensuu ou à Gjovik au semestre 2. Les étudiants du parcours sont répartis, de façon équilibrée, et autant que faire se peut, selon leurs vœux exprimés entre Saint-Etienne et Grenade.
Semestre 3
Arrivé à ce niveau, les questions de pré-requis et de spécialisation se posent de manière plus aigüe.

Un ensemble de 16 blocs proposés permet de construire 4 parcours-types plus « spécialisés » :

- « Micro et nano systèmes photoniques »

- « Instrumentation et contrôle »

- « Analyse et modélisation des images et des formes »

- « Traçabilité sécurisée »

avec un niveau de mutualisation important (au moins deux à deux) mais aussi des combinaisons interdites pour des raisons de cohérence.



Cas du parcours ERASMUS MUNDUS (5ème parcours) : aucun cours n’est proposé à Saint-Etienne ou à Grenade au semestre 3. Les étudiants de ce parcours sont en mobilité à Joensuu qui propose une spécialisation en « Spectral color science » ou à Gjovik qui propose une spécialisation en « Technology and models for multimedia system ». Les étudiants du parcours sont répartis, autant que faire se peut, en respectant leurs voeux de spécialisation entre Joensuu et Gjovik.
Les élèves de 3ème année des écoles partenaires (sauf IOGS) sont dispensés du bloc de culture générale qui fait double emploi avec des enseignements transversaux obligatoires de leur cursus ingénieur et peuvent valider certains enseignements par équivalence de modules suivis dans leur cursus ingénieur. Un tableau des équivalences et des obligations est établi chaque année pour chaque école (en fonction des évolutions de leurs programmes, non synchronisées avec le calendrier quadriennal de la vague A, notamment du fait des calendriers différents des évaluations par la CTI).
Semestre 4
Ce semestre est constitué d’un stage obligatoire de 5 mois minimum en laboratoire de recherche ou en entreprise, en France ou à l’étranger, y compris pour le parcours ERASMUS MUNDUS. Ce stage est validé pour l’équivalent de 5 blocs soit 25 crédits.

Le bloc de 5 crédits restant est consacré soit à un « Module d’approfondissement » portant sur l’une des UE suivie au semestre 3 et préparé sous la forme d’un projet tuteuré soit au « Project contest » dans le cas du parcours ERASMUS MUNDUS. Ce « Project contest » met les étudiants du parcours en compétition sur un projet de programmation identique (dans le domaine du traitement de la couleur pour des applications multimedia) proposé et évalué en commun pour l’ensemble du consortium de 4 universités.



Formation à et par la recherche
La formation à et par la recherche se décline à différents niveaux dès le M1 et indépendamment des projets de poursuite en thèse ou d’insertion professionnelle à Bac +5. Elle concerne potentiellement tous les étudiants du master.
Cette formation s’appuie sur :

- un certain nombre de cours avancés utilisant des algorithmes, des techniques ou des résultats issus des travaux les plus récents des laboratoires d’appui auxquels appartiennent les enseignants du master ;

- des projets demandant aux étudiants un travail de recherche bibliographique ;

- un module d’approfondissement au S4 : ce module amène les étudiants à approfondir l’un des cours suivis au S3 en réalisant un projet proposé et encadré par un enseignant sur la base de l’analyse d’une publication récente ;

- des possibilités de stages en laboratoire en M1 et M2 pour apprendre à mettre en œuvre un projet de recherche.
Aspects professionnalisants (stages compris)
L’acquisition des compétences additionnelles et transversales visant à faciliter la professionnalisation et l’insertion professionnelle des étudiants à l’issue de leur parcours de formation est organisée dans un dispositif global intitulé « Préparation à la Vie Professionnelle ».
Ce dispositif se décline dans toutes les mentions de Licence et de Master pilotées par la Faculté des Sciences et Techniques. Il est coordonné par la chargé de mission à l’insertion professionnelle de la Faculté.
Au niveau des Masters, il intègre  différentes UE transversales et mutualisées, proposés en M1 ou en M2 selon les mentions et indifféremment dans toutes les spécialités Recherche et/ou Professionnelles.
Ces modules obligatoires portent sur :

- la pratique de l’anglais, en M1 et en M2, avec certification par le TOEIC ;

- les techniques d’expression et de communication ;

- la connaissance de l’entreprise et la préparation à la recherche de stage dans le cadre du dispositif des UEP (Unité d’Expérience Professionnelle) ;

- l’économie d’entreprise;

- l’initiation à la gestion de projet ;

- l’initiation à la gestion des conflits ;

- le droit : droit du travail, droit de l’innovation, sensibilisation aux notions de propriété intellectuelle et de propriété industrielle, brevets, etc. (avec une intervention d’une personne de l’INPI) et des modules spécifiques de droit de l’Internet ou de droit de l’environnement en fonction des masters.


Une partie importante de ces enseignements sont organisés sous forme d’ateliers ou de séminaires animés par la Plateforme d’Insertion Professionnelle de l’Université ou par des intervenants professionnels qualifiés. Les ateliers regroupent souvent des étudiants de master différents. La professionnalisation des études est aussi assurée par l’intervention de professionnels en activité et les stages obligatoires en M1 et en M2 qui font partie intégrante de la formation.
Aspects « transverses » (place des TICE, des langues, etc.)
Le dispositif de Préparation à la Vie Professionnelle décrit ci-dessus vise à développer les compétences transversales et additionnelles pour favoriser l’insertion professionnelle des étudiants. Ce dispositif et ses objectifs intègrent notamment les aspects linguistiques et TICE.
La pratique de l’anglais est obligatoire en M1 et en M2 avec 30 heures de TD prévues par semestre et vise une certification par le TOEIC.
Cette politique s’intègre dans une politique globale de l’UJM qui souligne une volonté politique forte de revaloriser la place des langues (de l’anglais en particulier) dans ses diplômes. Un Plan Langues a été mis en place dès la deuxième année du quadriennal en cours (Budget annuel sur trois ans : 105 000 € pour les Licences, 82 000 € pour les Masters ; entre autres actions menées, + 2 800 H d’enseignement des langues « injectées » dans les cursus).
La formation aux techniques d’expression et de communication initiée en Licence est poursuivie en Master avec notamment une orientation plus particulière donnée sur la communication orale et le prise de parole en public, sans toutefois oublier le travail de l’écrit et les aspects plus liés à l’insertion professionnelle (travail sur le CV, la lettre de motivation, la simulation d’entretien d’embauche, …).
Concernant les TICE en Master, une réflexion est en cours au niveau du PRES « Université de Lyon » pour adopter un dispositif de certification des compétences par le C2i de niveau 2. Pour ce qui concerne ce master nous viserons le C2i de niveau 2 « Métiers de l’Ingénieur ».
De part leurs spécialités, nos étudiants sont formés et rompus à l’usage TICE dès la Licence.

Ils ont accès à un ENT (Environnement Numérique de Travail) incluant différents services en ligne dont une messagerie et une plateforme pédagogique (cours en ligne, annonces, forum, etc.).


Formation continue et par alternance, VAE …
Dans le but de renforcer les synergies avec le monde de l'entreprise, et pour favoriser l'insertion professionnelle des étudiants, une spécialité à finalité professionnelle orientée vers les technologies du contrôle et l’instrumentation a été proposée aux étudiants selon un fonctionnement en alternance sous contrat d'apprentissage pour l’année de M2 dans le cadre du CFA FormaSup Ain-Loire-Rhône, jusqu’à la période quadriennale actuelle. Cette formation, héritière d’un DESS antérieur, a fonctionné pendant un certain nombre d’années avec un effectif étudiants variant entre 6 et 11 apprentis. Le passage au LMD a profondément modifié le paysage des formations et le comportement des étudiants et nous nous sommes trouvés confrontés rapidement à un nombre insuffisant de candidatures qui a conduit à ne plus pouvoir ouvrir de groupe en apprentissage, malgré un nouvel essai de relance à la rentrée 2007. Celui-ci ne sera donc pas reproposé pour la période quadriennale 2011-2014. Il s’agit de notre plus regrettable échec.
Le master demeure cependant accessible à la formation continue et à la VAE sur demande individuelle.
L’UJM a mis en place le dispositif de validation des acquis et de l’expérience dès son origine sur l’ensemble de son offre de formation pluridisciplinaire. Celui-ci ce décline sous la forme d’un accompagnement adapté aux spécificités du diplôme et du secteur professionnel. Il comporte un volet méthodologique et un volet individualisé, ainsi que des ateliers d’appuis à la rédaction du dossier de VAE. Nous avons choisit d’offrir le maximum de souplesse possible aux candidats en proposant des entrées/sortie permanentes. La cohérence du dispositif et sa visibilité pour les candidats sont garanties par la mise en place du Guichet Unique, localisé au Service commun Universitaire de Formation Continue. Ce dernier assure notamment l’accueil, l’information, l’orientation et le suivi, mais également la gestion administrative et financière de ce dispositif de VAE. Un dispositif similaire combinant les compétences et les moyens des composantes et du SUFC, avec des accompagnements méthodologiques notamment, permet d’accueillir les publics en formation continue intégrée au sein de groupes d’étudiants et de leur donner les meilleures chances de succès.


6.2. PARCOURS-TYPES





SEMESTRE  1


Yüklə 1 Mb.

Dostları ilə paylaş:
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə