Veille media



Yüklə 350,35 Kb.
səhifə1/5
tarix03.04.2018
ölçüsü350,35 Kb.
#46367
  1   2   3   4   5

A LA MEMOIRE DES 1 500 000 VICTIMES ARMENIENNES

24 Avril 2013 : 98ème anniversaire du génocide arménien de 1915

perpétré par le gouvernement Jeune-Turc

98 ans de déni : ça suffit !

-------------------------------------------------------------------











    1. VEILLE MEDIA

Vendredi 28 février 2014


Retrouvez les informations sur notre site :

http://www.collectifvan.org

Rubrique Info Collectif VAN : http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1

et Rubrique News (Revue de Presse) :
http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=4&page=1



    1. SOMMAIRE

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme] vous propose une revue de presse des informations parues dans la presse francophone, sur les thèmes concernant la Turquie, le génocide arménien, la Shoah, le génocide des Tutsi, le Darfour, le négationnisme, l'Union européenne, Chypre, etc... Nous vous suggérons également de prendre le temps de lire ou de relire les informations et traductions mises en ligne dans notre rubrique http://www.collectifvan.org/rubrique.php?r=0&page=1. Par ailleurs, certains articles en anglais, allemand, turc, etc, ne sont disponibles que dans la newsletter Word que nous générons chaque jour. Pour la recevoir, abonnez-vous à la Veille-Média : c'est gratuit ! Vous recevrez le document du lundi au vendredi dans votre boîte email. Bonne lecture.

Turquie: Un régime carcéral sévère pour l’Arménien Sevan Nişanyan 
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – Un scandale de plus en Turquie : Sevan Nişanyan, intellectuel arménien de Turquie, incarcéré depuis le 2 janvier 2014 à la prison semi-ouverte de Torbalı, a été transféré le 26 février 2014 à la prison fermée de Buca pour avoir dénoncé le vol de sa carte de crédit par un gardien de la prison de Torbalı. Sevan Nişanyan est un intellectuel arménien de Turquie qui, en marge de son métier d’écrivain, a entrepris depuis plusieurs années, de nombreux travaux de conservation du patrimoine architectural dans le village de Şirince à İzmir (Turquie). Grâce à Nişanyan, cet ancien village grec de Şirince est devenu l’une des destinations les plus touristiques de Turquie. Il est harcelé depuis 10 ans par la justice turque qui tente de mater cet électron libre, iconoclaste et provocateur. Une pétition vient d’être lancée en soutien à Sevan Nişanyan, pour exiger la suppression de toutes les restrictions, de toutes les sanctions et de toutes les pressions destinées à empêcher la liberté d’opinion, de travail et de recherche de cet intellectuel arménien. Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article paru en turc, sur le site demokrathaber.com, le 27 février 2014.

Turquie : double discrimination pour les Arméniens islamisés (I) 
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – Hadi Gümüş, issu d’une famille arménienne qui s’est convertie à l’islampour échapper au génocide de 1915 en Turquie, a dit qu’il avait perdu à la fois sa femme chérie et son métier de professeur tant aimé lorsqu’on avait découvert qu’il était Arménien. « Il a raconté en larmes que même sa sœur faisait pression sur lui car il recherchait le passé de sa famille. On m’avait appris que les Arméniens étaient des personnes atroces, cruelles et traîtres. Quand j’ai appris ma vraie identité, je me suis posé la question ‘Alors, maintenant, suis-je tout cela ?’» Un témoignage poignant d’un homme qui se revendique Arménien et se plaint de l’exclusion qu’il subit à la fois de la part des musulmans et des Arméniens chrétiens. Le Collectif VAN vous propose la première partie d’un article de la journaliste Vercihan Ziflioğlu,paru en turc, sur le sitealjazeera.com, le 10 février 2014. 

UE-Turquie : l’accord de réadmission des immigrants «n’affecte pas les réfugiés» 
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – "La Turquie fait partie d’une des routes de migration clandestine principale vers l’Union européenne. L’UE et la Turquie ont commencé à négocier un accord de réadmission en 2002, un processus complexe qui tient compte de la demande principale de la Turquie: la libéralisation des visas. Le Parlement a approuvé l’accord et appelle à sa mise en œuvre dans les plus brefs délais. « Il n’y aura aucune incidence sur les réfugiés », a déclaré la députée démocrate-chrétienne allemande Renate Sommer." Le Collectif VAN vous invite à lire ce communiqué de presse publié sur le site du Parlement européen le 26 février 2014. 

Presse azerbaïdjanaise : Revue du 15 au 21 février 2014 
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – "Selon Mubariz Ahmedoglu, directeur du Centre des innovations politiques et technologies, il ne faut pas attendre la tenue de la rencontre des Présidents d’Azerbaïdjan et d’Arménie. L’Arménie n’a pas accepté les propositions d’Azerbaïdjan. Selon lui, la situation militaire est avantageuse pour le pouvoir arménien." Le Collectif VAN vous présente cette Revue de Presse parue sur le site de l'Ambassade de France en Azerbaïdjan le 27 février 2014. 

Collectif VAN : l'éphéméride du 28 février 
Info Collectif VAN - www.collectifvan.org – La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée). "28 février 1988 -- Azerbaïdjan : deuxième journée du pogrom de Soumgaït, pogrom qui a visé la population arménienne de la ville de Soumgaït en Azerbaïdjan soviétique. Le 27 février 1988, une populace composée en majorité d’Azéris avait formé des groupes qui ont attaqué et tué les Arméniens tant dans la rue que chez eux ; un pillage généralisé et un manque total d’intérêt de la part des forces de police ont permis à la situation d’empirer. La violence à Soumgaït fut sans précédent en Union soviétique." 

Coopération militaire: le gouvernement russe approuve l'accord avec l'Arménie 
Le gouvernement russe a approuvé l'accord sur le développement de la coopération militaro-technique avec l'Arménie, lit-on vendredi sur le site officiel du gouvernement. 

Turquie: Erdogan menacé par un nouvel enregistrement compromettant 
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan est dans une position délicate et crie au complot. Le scandale de corruption qui défraie la chronique depuis deux mois en Turquie a été relancé en début de semaine par la publication de l'enregistrement de plusieurs conversations téléphoniques compromettantes, attribuées au Premier ministre et à son fils, Bilal. RecepTayyip Erdogan avait nié après sa mise en cause dans un premier enregistrement publié lundi soir. Démenti répété à l'occasion de la publication de ces nouveaux enregistrements. 

Le Président géorgien s’incline devant le mémorial du génocide arménien à Erévan 
En visite officielle en Arménie, le Président de la Géorgie, Georgui Margvelashvili, accompagnée d’une délégations d’officiels géorgiens s’est rendu ce matin au mémorial du génocide arménien à Dzidzernagapert (Erévan) pour y déposer une gerbe de fleurs et s’incliner à la mémoire des victimes devant la flamme éternelle du mémorial. 

Manifestation à Istanbul pour demander la démission du gouvernement suite à la révélation d'un enregistrement impliquant le PM 
Des milliers de Turcs sont descendus dans les rues à Istanbul mercredi pour exiger la démission du gouvernement suite à la révélation d'un enregistrement dans lequel le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan et son fils discutent de la façon de faire disparaître de grandes sommes d'argent alors qu'une enquête anticorruption est en cours. 

Génocide rwandais : "A un moment, j'ai cessé d'espérer" 
Paris est gris et pluvieux. Angélique Umugwaneza, 34 ans, est assise dans le hall d’un modeste hôtel, à deux pas de la place de la République, au cœur de la ville. Elle parle, se tait, réfléchit, soupire. Encore le souffle presque coupé : comment nommer l’horreur ? Vingt ans après le génocide dans son pays, le Rwanda, le fantôme n’est jamais loin. Angélique Umugwaneza revient de loin, de très loin. Pendant sept ans, elle a erré, ”connu que la peur, la mort et la destruction”. Elle a échappé sans trop savoir pourquoi. Dame chance dit-elle. 

Le pouvoir d’Erdogan chancelle 
Mis à mal par de nombreuses accusations de corruption éclaboussant son entourage, le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2002, tente de reprendre la main en engageant des purges sans précédent dans la police et la justice pour en exclure les proches de la puissante confrérie du prédicateur Fethullah Gülen, longtemps son allié, qu’il accuse aujourd’hui de chercher à le pousser vers la sortie. 

Les Chypriotes grecs et turcs tiennent des "négociations historiques" au sujet de Chypre 
Des représentants des Chypriotes grecs et des Chypriotes turcs ont tenu jeudi des "négociation historiques" respectivement à Ankara et à Athènes au sujet de Chypre, dans ce qui constitue les premières négociations de ce type en près de 50 ans. 

Les représentants du Catholicos de Cilicie discutent de la commémoration du 100e anniversaire du génocide arménien... 
Lors de la réunion du Comité exécutif du Conseil œcuménique des Eglises , tenue à Genève , l’archevêque Nareg Alemezian du Comité exécutif et Mme Teny Pirri - Simonian , membre du Comité central , ont rencontré le Dr Agnes Abuom Modérateur et secrétaire général, le pasteur Olav Fykse Tveit pour discuter de la 10ème Assemblée concernant la commémoration par le COE du 100e anniversaire du génocide arménien. 

Le Conseil de l'Europe accuse l'Allemagne de racisme 
Le rapport du Conseil de l'Europe sur les droits de l'homme en Allemagne a été présenté à Strasbourg. Il s'appuie sur les recherches des experts de la Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI). Cette structure indépendante a été formée en 1993 sur décision des chefs d'Etat et de gouvernement des pays du Conseil. Depuis, elle présente tous les cinq ans une analyse de la situation en publiant ses résultats et recommandations, écrit jeudi le quotidien Nezavissimaïa gazeta. 

Article du journal franco-turc Zaman - 27/02/2014 - 1 
Le Collectif VAN relaye ici les articles du journal franco-turc Zaman (équivalent du Today's Zaman en langue anglaise, diffusé en Turquie). Attention : ces articles ne sont pas commentés de notre part. Il s'agit pour l'essentiel de traductions des versions turque et anglaise du Zaman, journal proche du parti au pouvoir (AKP). "Alors que les répliques du séisme politique provoqué par la diffusion des enregistrements du Premier ministre turc et de son fils s'étendent, Erdogan s'efforce de calmer le jeu. Mais malgré le profil bas de la presse, les propos équivoques du Premier ministre et de ses soutiens suffisent à susciter des interrogations." 

Les Azerbaïdjanais sont des deux côtés dans le conflit syrien 
Il est apparu que les ressortissants azerbaïdjanais figurent parmi les étrangers qui combattent dans le conflit syrien. Des images vidéo montrent des Azerbaïdjanais parmi les forces rebelles, et un certain nombre ont été tués. Alors que la plupart semblent provenir de la minorité musulmane sunnite de l’Azerbaïdjan, et graviter vers les milices islamistes radicales, certains membres de la majorité chiite sont de l’autre côté luttant pour le gouvernement du président Bachar Al-Assad. 

Arménie : la Russie met la pression sur les 
La Russie a longtemps été un pôle d’attraction pour les travailleurs migrants arméniens. Mais en vertu des nouvelles réglementations russes qui sont entrées en vigueur le 1er Janvier, les Arméniens et les autres étrangers qui n’ont pas de visas à long terme ne peuvent rester en Russie que trois mois seulement avant de quitter le pays pendant 90 jours. Ils doivent rester dans leur pays d’origine pour la même durée de temps. Les contrevenants sont passibles d’une interdiction de trois ans d’entrée en Russie ; ceux qui ont déjà été expulsés risquent une interdiction de cinq ans. 

Au procès du génocide rwandais, une «distance culturelle» à surmonter 
Des anciens gardiens de maisons, témoins de massacres, ont témoigné devant la cour d'assises de Paris, qui juge un ancien officier rwandais pour sa participation supposée au génocide de 1994. 

Turquie : Erdogan dans la tourmente 
Depuis quelques jours circulent sur Internet des écoutes téléphoniques mettant directement en cause le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, dans une affaire de corruption. A un mois des élections municipales, cet enregistrement, dont l'authenticité n'est pas confirmée, pourrait affaiblir le parti islamo-conservateur de l’AKP. Entretien avec Dorothée Schmid, chercheuse spécialiste de la Turquie à l'Institut français des relations internationales (IFRI). 

Turquie: la guerre des écoutes fait rage dans les médias 
Les journaux officiels tentent de discréditer les enregistrements qui mettent directement en cause le Premier ministre Erdogan. La presse d'opposition et les réseaux sociaux s'en régalent. 

Ecoutes, purges, affaires : tout comprendre de la crise en Turquie 
Le « système AKP », bâti par Recep Tayyip Erdogan autour du parti turc islamo-conservateur, qu'il dirige sans partage depuis douze ans, est en train de vaciller. Alliée de l'AKP depuis son arrivée au pouvoir en 2002, la confrérie Gülen est entrée en 2013 en guerre contre le gouvernement. Exaspérée par la dérive autoritariste du premier ministre, la confrérie a vu dans le projet de suppression des « dershane », les établissements de soutien scolaire privés dont le mouvement tire une part substantielle de ses revenus, un irréversible affront.


INFO COLLECTIF VAN

Turquie: Un régime carcéral sévère pour l’Arménien Sevan Nişanyan



Info Collectif VAN -www.collectifvan.org - Un scandale de plus en Turquie : Sevan Nişanyan, intellectuel arménien de Turquie, incarcéré depuis le 2 janvier 2014 à la prison semi-ouverte de Torbalı, a été transféré le 26 février 2014 à la prison fermée de Buca pour avoir dénoncé le vol de sa carte de crédit par un gardien de la prison de Torbalı. Sevan Nişanyan est un intellectuel arménien de Turquie qui, en marge de son métier d’écrivain, a entrepris depuis plusieurs années, de nombreux travaux de conservation du patrimoine architectural dans le village de Şirince à İzmir (Turquie). Grâce à Nişanyan, cet ancien village grec de Şirince est devenu l’une des destinations les plus touristiques de Turquie. Il est harcelé depuis 10 ans par la justice turque qui tente de mater cet électron libre, iconoclaste et provocateur. Une pétition vient d’être lancée en soutien à Sevan Nişanyan, pour exiger la suppression de toutes les restrictions, de toutes les sanctions et de toutes les pressions destinées à empêcher la liberté d’opinion, de travail et de recherche de cet intellectuel arménien. 

Depuis une dizaine d’années, des procès concernant la construction sans permis de ces maisons se tiennent contre Nişanyan, alors que l’absence de permis est la « norme » en Turquie. Dernièrement, Sevan Nişanyana été condamné à 2 ans de prison pour avoir construit un bâtiment de 40 mètres carrés sur son propre terrain à Şirince. Il se trouvait depuis le 2 janvier 2014 à la prison semi-ouverte de Torbalı [Nota CVAN : cette qualification concerne les établissements pénitenciers où les contacts avec l’extérieur sont autorisés]. Même incarcéré dans cette prison, il a continué à œuvrer au niveau intellectuel. Il a ainsi eu l’idée de construire une nouvelle bibliothèque au sein de la prison et a fait appel à tous ses contacts externes pour qu’ils envoient des livres. En deux jours, près de 400 livres ont été envoyés, générant le mécontentement de la direction de la prisonde Torbalı et valant des ennuis à Nişanyan. 

Le 19 février 2014, Sevan Nişanyan avait écrit une lettre au journaliste Hasan Cemal, publiée sur le site t24.com. Dans sa lettre, il racontait combien il était maltraité dans la prison de Torbalı. Il avait également évoqué son souhait d’avoir un ordinateur pour pouvoir continuer à travailler. Sa demande a été rejetée et l’intellectuel arménien a subi des pressions : « Fais gaffe, à ta prochaine erreur, tu partiras en prison fermée» [Nota CVAN : régime carcéral beaucoup plus strict, sans contact avec l’extérieur]. 

Une menace mise à exécution après que Sevan Nişanyan a révélé dans un article qu’un gardien de la prison de Torbalı avait volé sa carte de crédit. Après sa déposition, cette accusation publique lui a valu une instruction juridique ouverte à son encontre. Sevan Nişanyan a été immédiatement transféré le 26 février 2014 à la prison fermée de Buca. Le Collectif VAN vous propose la traduction d’un article paru en turc, sur le site demokrathaber.com, le 27 février 2014. 


PETITION POUR SEVAN NISANYAN : http://imza.la/sevan-nisanyan-uzerindeki-baski-ve-kisitlamalar-kaldirilmalidir 



27 février 2014 

Demokrathaber.com 

Par Hrant Kasparyan 

Ali Nesin: Nişanyan a été transféré en toute hâte à la prison de Buca! 

Sevan Nişanyan a été exilé à la prison fermée de Buca… 

Sevan Nişanyan, l’écrivain et l’hôtelier, a été exilé de la prison semi-ouverte de Torbalı (où il était détenu) à la prison fermée de Buca. Une instruction judiciaire a été ouverte à propos de Nişanyan pour avoir écrit un article sur le gardien voleur dans la prison de Torbalı. Nişanyan qui a été interrogé hier a été transféré à la prison fermée de Buca après une heure de déposition. 

Le transfert de Nişanyan de la prison semi-ouverte de Torbalı (où les détenus ont moins de sanctions et où les conditions sont plus souples) à la prison fermée de Buca signifie l’exil et la punition. [Nota CVAN : la qualification de prison semi-ouverte concerne les établissements pénitenciers où la communication avec l’extérieur est autorisée, contrairement aux prisons fermées, au régime carcéral sévère]. 

« Ceciest un scandale » 

Le transfert de Nişanyan vers la prison fermée a fait également réagir les intellectuels. Ali Nesin, le président de la fondation Nesin, qui a souligné que la décision était un scandale, s’est exprimé ainsi : «Sevan Nişanyan a été transféré en toute hâteà la prison de Buca. Son crime est d’avoir révélé le nom du gardien qui a volé sa carte de crédit. Cela est un scandale. » 

Appel à la pétition 

Nesin a lancé un appel – en le partageant sur la page Facebook de Sevan Nişanyan - pour participer à la campagne de signatures débutant sur internet « La pression et les restrictions à l’encontre de Sevan Nişanyan doivent être supprimées ». 

Selon les termes de la pétition, « Dans notre pays, paradis des constructions illégales et du développement urbain, la sanction contre Sevan Nişanyan, la personne qui a fait de Şirince le paradis du tourisme et de la culture, est injuste et honteuse », on demande de supprimer immédiatement toutes les restrictions, toutes les sanctions et toutes les pressions destinées à empêcher la liberté d’opinion, de travail et de recherche de Sevan Nişanyan. 



« Nous sommes inquiets au sujet de Nişanyan » 

L’écrivain Sait Çetinoğlu, disant que Nişanyan a été maltraité dans la prison semi-ouverte de Torbalı, s’est exprimé ainsi : « Malgré l'actuel contexte de chaos politique, notre gouvernement n’a pas oublié de "prendre soin" de Sevan Nişanyan. Hier après sa déposition, il a été exilé à la prison fermée. Nous sommes inquiets au sujet de Sevan Nişanyan. La prison semi-ouverte de Torbalı est entrée dans l’histoire et restera gravée dans la mémoire collective en raison des mauvais traitements qui y ont été infligés à cet intellectuel, alors qu’il a grandement contribué à hisser haut les valeurs de son pays. Nous portons cette honte à leur place. » 

Sevan Nişanyan a été condamné à deux ans de prison pour
 construction illégale d’un bâtiment de 40 mètres carrés construit sur son propre terrain dans le village de Şirince à İzmir. Après la confirmation de la décision par la Cour suprême, il s’est rendu à la prison semi-ouverte de Torbalı. Dans sa lettre du 19 février 2014, écrite au journaliste Hasan Cemal, il a dit qu’il avait été soumis à des pratiques discriminatoires malgré le fait qu’il soit dans une prison semi-ouverte. 


Traduction du turc : NA.T. pour le Collectif VAN 

Titre original : “Ali Nesin: Nişanyan apar topar Buca cezaevine nakledildi!” 

http://www.demokrathaber.net/guncel/ali-nesin-nisanyan-apar-topar-buca-cezaevine-nakledildi-h28895.html

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=78819

Lire le texte original dans la rubrique en turc



Turquie : double discrimination pour les Arméniens islamisés (I)

Info Collectif VAN -www.collectifvan.org - Hadi Gümüş, issu d’une famille arménienne qui s’est convertie à l’islam pour échapper au génocide de 1915 en Turquie, a dit qu’il avait perdu à la fois sa femme chérie et son métier de professeur tant aimé lorsqu’on avait découvert qu’il était Arménien. « Il a raconté en larmes que même sa sœur faisait pression sur lui car il recherchait le passé de sa famille. On m’avait appris que les Arméniens étaient des personnes atroces, cruelles et traîtres. Quand j’ai appris ma vraie identité, je me suis posé la question ‘Alors, maintenant, suis-je tout cela ?’» Un témoignage poignant d’un homme qui se revendique Arménien et se plaint de l’exclusion qu’il subit à la fois de la part des musulmans et des Arméniens chrétiens. Le Collectif VAN vous propose la première partie d’un article de la journaliste Vercihan Ziflioğlu,paru en turc, sur le site aljazeera.com, le 10 février 2014. 

Aljazeera Türk 

10 février 2014 

Par Vercihan Ziflioğlu 



“ Etre l’Autre de l’Autre” : Les Arméniens musulmans 

En Turquie, presque personne n’est au courant de leur existence. Eux-mêmes viennent d’apprendre leur passé. Les Arméniens musulmans [Nota CVAN : islamisés] ont raconté leur vécu. Ils se sont plaints de la discrimination, à la fois par les chrétiens et par les musulmans. 

La Turquie vient d’apprendre leur présence. Ils sont restés en Anatolie après avoir été sauvés des évènements tragiques de 1915. Ils sont devenus musulmans pour pouvoir continuer leur vie. Mais, pendant des années, ils n’ont pas raconté leur passé, même à leurs enfants. Très peu d’entre eux ont fait vivre la culture arménienne derrière des portes closes. Aujourd’hui, la plupart vivent dans la région de l’Anatolie du sud-est et de l’Anatolie de l’est. Ils parlent turc et kurde. 

La plupart viennent d’apprendre leur origine arménienne. Parmi eux, il y en a qui ont entendu parler de leur passé quand ils ont été mis en garde à vue le 12 septembre [Nota CVAN : 12 septembre 1980, la date du coup d’Etat militaire en Turquie]. Il y en a aussi qui l’ont appris à la direction de l’Etat civil après la disparition de leur père. Certains sont d’anciens imams. D’autres sont des professeurs retraités. 

Après 99 ans, il existe des personnes de la troisième génération qui passent au christianisme après avoir été baptisées. Mais elles cachent aussi leur changement de religion. Certaines vont à la fois à la prière du vendredi et en cachette à l’église le dimanche, même s’il n’y a pas de messe. Beaucoup veulent voir l’Arménie. 

Elles se plaignent de la discrimination et de la pression sociale où elles vivent. Elles disent qu’elles sont exclues par les Arméniens chrétiens et que les Musulmans les appellent « dönme» [Nota CVAN : le mot turc utilisé pour les convertis] ou « gavour » [Nota CVAN : Infidèle, insulte en turc souvent employée pour les Arméniens]. 

Al Jazeera a rencontré à Diyarbakır les Arméniens musulmans de différentes générations venant de diverses villes et ayant différents points de vue. Ils ont rempli la cour de l’église arménienne Sourp Guiragos avec des plats préparés chez eux. Ils ont raconté leurs propres histoires. 

Il est allé à la madrasa, il a été imam 

Hadi Gümüş est né en 1952 à Adıyaman. Comme il ressemble à William Saroyan, célèbre auteur arménien des Etats-Unis, son entourage l’appelle par son nom. 

Gümüş a étudié le Coran en deux mois et demi et a reçu son éducation à la madrasa. Il qualifie son statut actuel ainsi : « Nous avons quitté Jésus, nous allons mourir sans connaître Mohammed ».

Gümüş raconte que ses amis l’appelaient « gavour » ou « dönme » pendant son enfance mais qu’à l’époque, il n’arrivait pas à comprendre le sens de ces définitions. Il a appris qu’il était Arménien en garde à vue durant le coup d’Etat militaire en 1980.

« Ma famille était musulmane intégriste. Ellenous mettait la pression pour qu’on réalise de la meilleure façon nos devoirs sacrés. Mon père était un religieux musulman. 22 ans de ma vie se sont passés à la madrasa, j’ai été imam durant 5 ans. Nous, on a essayé d’être plutôt les sympathisants du roi, que le roi. En raison de mon opinion de gauche, je n’ai jamais aimé discuter de trois choses : la religion, la langue, la race. Je n’aime toujours pas. 

Lorsque j’étais en garde à vue, on m’a dit « Dönme, on sait que tu es Arménien. Vas-y ! Parle ! ». J’ai dit «Non, nous sommes musulmans, pas Arméniens ». Mais ils se sont moqués de moi. D’un côté, j’ai été confronté à cette réalité que j’étais Arménien. D’un autre côté, cette identité m’a sauvé des accusations d’organisation [illégale]. » 

Hadi Gümüş a dit qu’il avait perdu à la fois sa femme bien aimée et son métier de professeur qu’il aimait beaucoup lorsqu’on avait découvert qu’il était Arménien. Il a raconté en larmes que même sa sœur faisait pression sur lui car il recherchait le passé de sa famille. 

« On m’avait appris que les Arméniens étaient des personnes atroces, cruelles et traîtres. Quand j’ai appris ma vraie identité, je me suis posé la question « Alors, maintenant, suis-je tout cela ? ». Mais, j’ai dépassé rapidement ce traumatisme. En recherchant mon identité, j’ai vu que l’arménité n’était pas quelque chose de honteux mais quelque chose dont on peut être fier. Ma famille a fait pression sur moi. Ma sœur a dit « Tu as joué avec notre honneur, mes filles ne pourront pas se marier ». Lorsque ma femme, dont j’étais amoureux, m’a dit - à cause de mon identité - « Je t’aime beaucoup mais… », j’ai dû divorcer. Le ministère de l’éducation a dit « Il est d’origine arménienne. Il ne peut pas adhérer aux principes et aux réformes d’Atatürk ». Je n’ai pas pu continuer mon métier tant aimé. » 

En se référant aux paroles de l’écrivain William Saroyan, Gümüş a dit : « Que l’on veuille ou pas, nous sommes Arméniens ». Il s’est plaint de l’exclusion qu’il subit à la fois de la part des musulmans et desArméniens chrétiens. Il fait appel aux Arméniens : 

« Pour nous comprendre, il faudrait que vous viviez ce que nous vivons. Etait-il préférable que je meure ou que je sois musulman ? Je devais choisir soit la mort soit l’Islam. Qui décidera de mon arménité ? Vous ? Le patriarcat ? Ou bien moi qui ai dû subir les plus grandes peines depuis des décennies ? Que n’aient pas existé les « si seulement ». Que ce qui a été vécu n’ait pas eu lieu. Nous, on a été condamné aux « si seulement ». Que Dieu ne le fasse vivre à personne. » 

Hadi Gümüş dit qu’il passe la plupart de son temps dans la cour de l’église même s’il est musulman. Il s’est exprimé ainsi : « J’essaie de comprendre ma culture ici. Cet endroit me donne la tranquillité d’esprit. Il a dit aussi qu’il ne pratiquait plus les exigences de l’Islam et qu’il était curieux de voir une messe arménienne. 

A la question « A votre mort, voudriez-vous être enterré selon les traditions musulmanes ou bien chrétiennes ? », il a répondu ainsi : « Personne ne peut m’enterrer en tant que chrétien. Un des plus grands comptes qu’il me faudra rendre à Dieu est à ce sujet. Qui suis-je ? » 

Concernant les évènements de 1915, Gümüş a dit : « Nous qui avons souffert de la plus grande douleur, disons qu’il ne faudrait pas laver le sang avec le sang et qu’il faudrait combattre pour l’avenir. » 

Traduction du turc : NA.T. pour le Collectif VAN - www.collectifvan.org 




Titre original : 'Ötekinin ötekisi' Müslüman Ermeniler 

http://www.aljazeera.com.tr/al-jazeera-ozel/otekinin-otekisi-musluman-ermeniler

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=78793

Lire le texte original dans la rubrique en turc



UE-Turquie : l’accord de réadmission des immigrants «n’affecte pas les réfugiés» 

Info Collectif VAN -www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous invite à lire ce communiqué de presse publié sur le site du Parlement européen le 26 février 2014. 

Parlement européen 

26-02-2014 - 18:35 

Sommer: l’accord UE-Turquie de réadmission des immigrants «n’affecte pas les réfugiés» 

La Turquie fait partie d’une des routes de migration clandestine principale vers l’Union européenne. L’UE et la Turquie ont commencé à négocier un accord de réadmission en 2002, un processus complexe qui tient compte de la demande principale de la Turquie: la libéralisation des visas. Le Parlement a approuvé l’accord et appelle à sa mise en œuvre dans les plus brefs délais. « Il n’y aura aucune incidence sur les réfugiés », a déclaré la députée démocrate-chrétienne allemande Renate Sommer. 



Madame Sommer, comment cet accord va-t-il changer le traitement des clandestins entrant dans l’Union européenne par la Turquie ? Qu’est-ce qui arrivera à ceux qui cherchent une protection en Europe ? 

La Turquie promet de prendre en charge les personnes qui sont entrées illégalement dans l’Union européenne. Cela n’affecte pas les réfugiés fuyant les zones de conflit, à la recherche d’un abri. Ils sont protégés par la Convention de Genève et peuvent toujours demander l’asile. 

Cependant, il y a beaucoup de clandestins qui traversent les frontières sans un réel besoin de protection et cela doit cesser. 

Pensez-vous que le nombre de clandestins dans l’Union européenne sera réduit ? 

Certainement. La frontière n’est pas assez sûre et beaucoup en profitent pour rejoindre l’Europe. La Turquie promet de la rendre moins perméable. 



La Turquie a longtemps rejeté un accord de ce type. Qu’est-ce qui a changé ? 

Ils ont essayé de faire pression sur nous en demandant que la libéralisation des visas soit d’abord appliquée. Il est clair que l’Union européenne ne peut pas l’accepter. Les négociations sur la facilitation des visas pour les citoyens turcs ont été lancées lorsque l’accord a été officiellement signé en décembre 2013. Les progrès dépendent maintenant de quand et comment l’accord de réadmission sera appliqué. 



Comment sera-t-il surveillé ? Aura-t-il une incidence sur les négociations pour l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne ? 

Nous verrons si la Turquie reconduit les personnes qui ont immigré illégalement dans l’Union européenne à travers son territoire. 

Chypre semble être le plus grand obstacle, puisque les politiciens turcs ne reconnaissent toujours pas le pays et ont refusé de l’inclure dans l’accord. L’île fait partie intégrante de l’Union européenne et donc de nombreux chapitres des négociations d’adhésion sont gelés. Cela pourrait être l’occasion pour la Turquie de se repositionner sans perdre la face. 

Pour prendre effet, l’accord de réadmission doit encore être ratifié officiellement par l’Union européenne et la Turquie. 



http://www.europarl.europa.eu/news/fr/news-room/content/20140226STO37002/html/Sommer-l%E2%80%99accord-UE-Turquie-de-r%C3%A9admission-%C2%ABn%E2%80%99affecte-pas-les-r%C3%A9fugi%C3%A9s%C2%BB

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=78794

Presse azerbaïdjanaise : Revue du 15 au 21 février 2014

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous présente cette Revue de Presse parue sur le site de l'Ambassade de France en Azerbaïdjan le 27 février 2014. 

Ambassade de France en Azerbaïdjan 



Revue de la presse azerbaïdjanaise du 15 au 21 février 2014 

Politique intérieure 

La presse du 19 février couvre la rencontre du vice Premier ministre, Abid Sharivof, et du maire de Bakou, Hajibala Abutalibov avec les habitants de Sovetski, l’un des plus vieux quartiers de la capitale. Selon les représentants des autorités, aucun habitant de la zone ne se verra contraint de déménager. Une indemnité compensatoire de 1.500 AZN/m2 (1500 euros/m2 environ) a été offerte aux habitants. La presse d’opposition du 20 février couvre la réunion du Conseil national des forces démocratiques consacrée au mécontentement des habitants ce quartier ainsi qu’à la situation en Ukraine. 

Les journaux d’opposition et indépendants rapportent qu’une instruction pénale a été ouverte à l’encontre de Khadidja Ismayilova, journaliste d’investigation de Radio Liberté, à la suite de la publication sur sa page Facebook d’un document présenté comme classifié. Elle est accusée de diffusion de secrets d’Etat. La journaliste est connue pour ses enquêtes sur des affaires de corruption impliquant de hauts fonctionnaires et pour ses investigations sur le business de la famille Aliyev. En outre, un député et chef du mouvement des jeunes proche au gouvernement "Ireli", Jeyhun Osmanli a présenté au Parquet général un enregistrement audio présenté comme la transcription d’une conversation de la journaliste avec des représentants du Sénat américain, à qui elle aurait remis une liste de membres de l’opposition collaborant avec les autorités. L’Institut pour la Liberté et la Sécurité des Reporters appelle à mettre un terme aux persécutions contre la journaliste. 

La presse d’opposition et indépendante fait part du début des audiences dans le procès du journaliste Parviz Hashimli. Les journaux rappellent qu’il a été arrêté par les services du Ministère de la sécurité nationale le 17 septembre dernier pour détention d’armes et participation à des activités de contrebande. 



Relations internationales 

L’ensemble de la presse rend compte de la rencontre tripartite des Ministres des Affaires étrangères d’Azerbaïdjan, de Turquie et de Géorgie le 19 février à Ganja. Les relations entre les trois pays, la coopération régionale, les conflits non réglés sur les territoires azerbaïdjanais et géorgien, les projets énergétiques et d’infrastructures ainsi que les questions liées à la construction de la voie ferrée Bakou-Tbilissi-Kars ont été abordés lors de la rencontre. La préparation de la rencontre des Présidents de trois pays a été annoncée. 

Quant à la situation en Ukraine, la presse officielle du 20 février rapporte les commentaires du Ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, Elmar Mammadyarov, selon lesquels l’Azerbaïdjan appelle à la stabilisation de la situation en Ukraine le plus rapidement possible ainsi qu’au dialogue des autorités et de l’opposition de ce pays pour résoudre le problème. Toute la presse couvre les développements en Ukraine, les experts indépendants appellent le gouvernement azerbaïdjanais à réaliser des réformes politiques, économiques et sociales, afin d’éviter que la situation en Ukraine ne se produise en Azerbaïdjan. 

La visite officielle à Bakou du Premier ministre bulgare est rapportée par la presse officielle. 20.02.2014 



Relations arméno – azerbaïdjanaises 

Selon Mubariz Ahmedoglu, directeur du Centre des innovations politiques et technologies, il ne faut pas attendre la tenue de la rencontre des Présidents d’Azerbaïdjan et d’Arménie. L’Arménie n’a pas accepté les propositions d’Azerbaïdjan. Selon lui, la situation militaire est avantageuse pour le pouvoir arménien. 



Image de la France 

Le Président Hollande menace de sanctions les fonctionnaires ukrainiens. « Azerbaycan » 20.02.2014 


publié le 27 février 2014 



http://www.ambafrance-az.org/Revue-de-la-presse-azerbaidjanaise,2025

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=78795

Collectif VAN : l'éphéméride du 28 février

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - La rubrique Ephéméride est à retrouver quotidiennement sur le site du Collectif VAN. Elle recense la liste d’événements survenus à une date donnée, à différentes époques de l’Histoire, sur les thématiques que l’association suit au quotidien. L’éphéméride du Collectif VAN repose sur des informations en ligne sur de nombreux sites (les sources sont spécifiées sous chaque entrée).Vous pouvez retrouver tous les éphémérides du Collectif VAN dans la Rubrique Actions VAN, en cliquant sur ces liens:

Les éphémérides du Collectif VAN (1ère partie)
http://www.collectifvan.org/article.php?r=3&id=51673


Les éphémérides du Collectif VAN (2ème partie)
http://collectifvan.org/article.php?r=3&id=55304

Ça s’est passé un 28 février (les événements sont classés du plus ancien au plus récent) :


28 février 1670 -- Les juifs de Vienne (Autriche) sont chassés de la ville par un édit de l’empereur Léopold 1er.
Skynet : 28 février, ce jour-là, n'oubliez pas.
http://souvenez-vous6000000.skynetblogs.be/


28 février 1877 -- Signature d'un traité de paix entre la Turquie et la Serbie.
Wikipedia: 28 février
http://fr.wikipedia.org/wiki/28_f%C3%A9vrier


28 février 1880 -- Russie : naissance du peintre arménien Martiros Sarian ou Saryan (né à Rostov-sur-le-Don, mort le 5 mai 1972 à Erevan). Il est souvent considéré comme le père de la peinture arménienne moderne. Durant le génocide des Arméniens en Arménie turque (1915), Sarian travaille au Comité moscovite de secours aux Arméniens et se rend à Etchmiadzine pour aider les réfugiés. En 1928, Sarian organise une exposition personnelle à Paris. Toutes les oeuvres présentées à l'exposition de Paris sont détruites dans l'incendie du bateau Frizi à Constantinople (Turquie).
Wikipedia :Martiros Sarian http://fr.wikipedia.org/wiki/Martiros_Sarian


Martiros Sarian - Chronologie 1880-1972

http://www.globalarmenianheritage-adic.fr/fr/5culture/peinture/sarian1.htm


28 février 1884 -- Décès d’Antoine-Pierre ou Andon Bedros IX Hassoun, cardinal arménien du XIXe siècle de l'Église catholique arménienne. Hassoun est élu archevêque titulaire d'Anazarbo et coadajuteur de Constantinople des Arméniens en 1842. Il devient patriarche de Constantinople des Arméniens en 1846, puis patriarche de Cilicie des Arméniens en 1867, après l'abolition de son diocèse, avec résidence à Constantinople. Le pape Léon XIII le nomme cardinal lors du consistoire du 13 décembre 1880. Il démissionne de sa fonction de patriarche en 1881.
Wikipedia : Antoine-Pierre IX Hassoun
http://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine-Pierre_IX_Hassoun

28 février 1891 -- Empire ottoman : dans une dépêche adressée au consul italien à Trébizonde le 28 février 1891, l'agent consulaire italien décrit le passage par Erzeroum des premiers contingents de bey kurdes : « Chaque jour, les Kurdes passent ici, par bandes, pour aller à Erzindjan. Lors de leur séjour dans la ville, les chefs se font confectionner des habits brodés d'or selon leurs coutumes, afin de rentrer en grande pompe à Constantinople. Dernièrement, un de ces chefs se trouvait dans la maison d'un notable turc en même temps qu'un Arménien. Comme ce dernier le plaignait de toutes les dépenses qu'il avait dû prendre à sa charge, il lui répondit qu'elles devraient être payées par les Arméniens. Les Kurdes, s'ils veulent rester fidèles au système de corruption existant dans la capitale, devront faire des cadeaux à une quantité d'individus, à commencer par les plus hauts [dignitaires] et jusqu'au moindre [fonctionnaire]. Et ce seront toujours les malheureux chrétiens qui en subiront les conséquences. Je ne prévois donc rien de bon pour l'été prochain, et Dieu veuille que je sois un mauvais prophète. »
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions | © Yves Ternon pour le texte Mardin 1915
Imprescriptible.fr : La formation des régiments de cavalerie kurde hamidié

http://www.imprescriptible.fr/rhac/tome1/pdf/hamidie.pdf


28 février 1911 -- Ville d’Ourmiah en Perse : Jacques-Emile Sontag adresse une lettre sur les tristes événements de cette année terrible au Supérieur Général des Lazaristes : « Dans la nuit du 27 au 28 février, une centaine de pillards se présente devant la porte de notre quartier. Heureusement que les gardiens musulmans sont assez fidèles pour ne pas ouvrir, mais nos chrétiens sont dans tous les états, ils montent sur les toits, pleurent, crient, appellent au secours. Ici encore, grâce à Dieu, l'on en a été quitte pour la peur; l'autorité turque prévenue de ces agissements a dispersé la foule. Mais que d'émotions ! Avec le mois de février, l'on peut dire que l'ère des massacres est close." Environ un millier de chrétiens ont trouvé la mort dans cette tourmente, nous y avons perdu sept prêtres, dont un semble martyr au sens canonique du terme. »
Rapport du 17 octobre 1915 de Mgr Sontag au Supérieur Général des Lazaristes.
Imprescriptible.fr : Rapport au Supérieur Général des Lazaristes

http://www.imprescriptible.fr/documents/sontag/rapport10-1915/


28 février 1915 -- Empire ottoman : télégramme de Talaat, ministre de l'Intérieur, au délégué Djemal Bey à Adana ordonnant l'extermination des Arméniens.
Imprescriptible.fr : Chronologie sommaire
du génocide arménien

http://www.imprescriptible.fr/aram/chronologie


Du 14 au 28 février 1915 -- 800 Arméniens de Salmast et Dilman, en Azerbaïdjan iranien, sont transférés dans les villages voisins de Haftevan et Khosrova, où ils sont torturés et mutilés, puis jetés dans les puits et les citernes.
(Golnazarian-Nichanian, 2002:136-139). Raymond Kevorkian, L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916), Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne]
L’extermination des Arméniens par le régime jeune-turc (1915-1916)
http://www.massviolence.org/L-extermination-des-Armeniens-par-le-regime-jeune-turc-1915?artpage=6-29%3CBR%3E


28 janvier 1916 -- Empire ottoman : un télégramme datant du 28 février 1916, ordonne le massacre des orphelins arméniens.
ANI : Chronology of the Armenian Genocide -- 1916 (January-June)
http://www.armenian-genocide.org/1916-1.html


28 février 1916 -- Empire ottoman : un rapport rédigé par les fonctionnaires turcs locaux fut expédié au ministère de l'Intérieur. On y dénonçait l’activité de protecteur des Arméniens, de Ali Souad bey, la situation florissante des déportés se trouvant là-bas, tout particulière ment celle de l'orphelinat, et on y attirait surtout l'attention des autorités sur l'alliance qui prenait forme entre Arabes et Arméniens.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Mémoires d'un déporté [à Deir-Zor]*
http://www.imprescriptible.fr/rhac/tome2/p3t1


28 février 1919 -- Mandat français en Cilicie : extrait de lettres de légionnaires arméniens servant en Cilicie interceptées par le Contrôle postal militaire français publié dans le Journal Alep du 7 mars 1919 [gardé en attendant instructions] : « Un triste incident. Vendredi 28 février, se déroulait à Alep un triste événement : cinquante Arméniens étaient tués, cent blessés. Ce massacre eut lieu partout, à une même heure. Ce qui prouve qu’il était convenu, prémédité et qu’une main homicide avait préparé ces scènes horribles : on n’épargna ni les femmes ni les enfants… »
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Partie II : La légion d'Orient, le mandat français et l'expulsion des Arméniens (1916-1929).
http://www.imprescriptible.fr/rhac/tome3/p2annexe2


28 février 1919 -- Les trois associations d’assistance arménienne forment l’œuvre de l’assistance nationale arménienne, sous le contrôle du conseil mixte et aidée par le Near East Relief américain.
© Revue d'Histoire Arménienne Contemporaine pour toutes les éditions |
© Yves Ternon pour le texte Mardin 1915

Imprescriptible.fr : Mardin dans le génocide arménien. Mardin. 1919-1926

http://www.imprescriptible.fr/rhac/tome4/epilogue


28 février 1933 -- Allemagne : l’incendie du Reischtag. Après les élections législatives de 1933, dans la nuit du 27 au 28 février, la salle des séances du Reichstag, le parlement allemand, s'enflammait comme une torche. Dès le 28 février, prétextant la menace d'un complot communiste, Hitler imposait au président Hindenburg, un décret d'urgence qui abolissait toutes les libertés fondamentales dans la République de Weimar. Dans les jours qui suivirent, des milliers d'adversaires des nazis étaient arrêtés. La presse socialiste et communiste était interdite. La Gestapo et les SS avaient tout pouvoir. L'incendie du Reichstag devint, en quelque sorte, l'acte fondateur du IIIe Reich, ouvrant toutes grandes les portes du pouvoir Hitler.
Allemagne : l’incendie du Reischtag
http://deuxieme-guerre-mondiale.histoire-en-questions.fr/episodes/montee-incendie-reichstag.html


28 février 1942 -- Début de la liquidation des femmes et des enfants juifs du camp de Sajmiste (Serbie, Yougoslavie). Par groupes de cent, les victimes sont enfermées dans de grands camions bâchés où elles sont asphyxiées par les gaz d’échappement.
- 1 000 juifs sont assassinés par les nazis dans le village de Lepel (Biélorussie).
- Des SS massacrent 36 juifs dans la ville de Feodossiya (Ukraine).
Skynet : 28 février, ce jour-là, n'oubliez pas.
http://souvenez-vous6000000.skynetblogs.be/


28 février 1988 -- Azerbaïdjan : deuxième journée du pogrom de Soumgaït, pogrom qui a visé la population arménienne de la ville de Soumgaït en Azerbaïdjan soviétique. Le 27 février 1988, une populace composée en majorité d’Azéris avait formé des groupes qui ont attaqué et tué les Arméniens tant dans la rue que chez eux ; un pillage généralisé et un manque total d’intérêt de la part des forces de police ont permis à la situation d’empirer. La violence à Soumgaït fut sans précédent en Union soviétique.
Azerbaïdjan : le pogrom de Soumgaït
http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=52156


28 février 1992 -- Le Conseil de sécurité des Nations unies décide l'envoi de 22.000 casques bleus au Cambodge pour le maintien de la paix.
Wikipedia: 28 février
http://fr.wikipedia.org/wiki/28_f%C3%A9vrier


28 février 1997 -- Les « 18 recommandations » émises par le Conseil de sécurité nationale turc lancent le « processus du 28 février » qui vise à réprimer le développement de l’islamisme en Turquie et aboutit en juin à la démission du 1er ministre Necmettin Erbakan ; ce processus a été qualifié de « coup d’État post-moderne » par le général Özkasnak, ancien secrétaire général de l’État-major. A noter, Necmettin Erbakan, qui fut le premier chef de gouvernement islamiste de l'histoire de la Turquie est décédé le dimanche 27 février 2011 d'une crise cardiaque.
Wikipedia: 28 février
http://fr.wikipedia.org/wiki/28_f%C3%A9vrier


28 février 2001 -- Belgrade, le bureau du procureur lance une enquête sur l'ancien dictateur Slobodan Milošević.
Wikipedia: 28 février
http://fr.wikipedia.org/wiki/28_f%C3%A9vrier


28 février 2002 -- Deuxième résolution de reconnaissance du génocide arménien par le Parlement européen (résolutions du 18 juin 1987 et du 28 février 2002).
Imprescriptible.fr : 100 réponses sur génocide des Arméniens

http://www.imprescriptible.fr/pedagogie/pedagogie/100_reponses/9.htm


28 février 2006 -- Turquie : les trois membres de l’AKP, Mehmet Dülger, Vahit Erdem et Turhan Çömez, membres du comité en charge d’organiser l’ « opération Talat Pacha » ont annoncé mardi 28 février à la presse turque qu’ils ne participeront pas ‘physiquement’ au « Grand Projet 2006 » d’une manifestation anti-arménienne à Berlin du 15 au 19 mars 2006.
Le parti de la Justice et du Développement (AKP) se retire de la manifestation de Berlin

http://collectifvan.org/article.php?r=4&id=327

28 février 2012 -- Le Président azéri, Ilham Aliyev, affiche au grand jour sa haine des Arméniens : « Nos principaux ennemis sont les Arméniens du monde entier » a-t-il déclaré dans un discours mis en ligne sur le site de la Présidence. « Notre influence politique et notre pouvoir économique sont en train de croître. Ceci est pris en considération par ceux qui nous aiment et par ceux qui ne nous aiment pas. Il y a beaucoup de gens qui se réjouissent de nos succès. Mais il y a des forces qui ne nous aiment pas, nos détracteurs. On peut les diviser en plusieurs groupes. Tout d'abord, nos principaux ennemis sont les Arméniens du monde entier et les politiciens hypocrites et corrompus qui sont sous leur contrôle. Les politiciens qui ne veulent pas voir la vérité et sont engagés à dénigrer l'Azerbaïdjan dans différentes parties du monde. Les membres de certains parlements, certaines personnalités politiques, etc. qui vivent avec l'argent du lobby arménien. Nous les connaissons tous. Il n'est pas nécessaire de les nommer. Ça, c’est l’un des groupes. »
Collectif VAN - Ilham Aliyev : « Nos principaux ennemis sont les Arméniens du monde entier »

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=71752

Compilation réalisée par le site www.collectifvan.org

http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=52187


    1. Yüklə 350,35 Kb.

      Dostları ilə paylaş:
  1   2   3   4   5




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2022
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə