La convention de collecte de lait cru en Algérie: entre contenu et réalités du terrain brabez fatima



Yüklə 34,82 Kb.
tarix03.11.2017
ölçüsü34,82 Kb.

La convention de collecte de lait cru en Algérie: entre contenu et réalités du terrain

BRABEZ Fatima

Maître de Conférences à l’ENSA Alger

Maître de Recherche associée au CREAD – Division ATE

ENSA (Ex. INA), Rue Hassen BADI Belfort ElHarrach - Alger
fbrabez@yahoo.fr

f.brabez@ensa.dz




Colloque SFER CCP 2013
Les Circuits Courts de Proximité

Renouer les liens entre les territoires et la consommation alimentaire
4 & 5 Juin 2013-03-14 AgroParitech - Paris

Résumé :

En Algérie, la collecte de lait bénéficie d’un dispositif qui permet aux principaux acteurs de la filière de percevoir une prime dite de collecte par le biais de «conventions de fourniture de lait cru ». L’utilisation de ces conventions écrites est un outil mis en place par les pouvoirs publics pour une plus grande intégration du lait cru local par les entreprises de transformation, pour réduire la facture d’importation et assurer la sécurité alimentaire du pays. Elles sont d’ailleurs incontournables pour la perception de la prime de collecte par l’éleveur, le collecteur et le transformateur.


Les premiers résultats font état du peu d’intérêt que portent les éleveurs à la convention et à son contenu. De plus, nombreux sont les éleveurs qui ignorent l’existence de la convention les liant à l’usine, ignorance accentué par les collecteurs. Il semblerait que l’objectif premier de l’éleveur est de vendre son lait et de percevoir la prime de 12 DA par litre vendu à la laiterie tout en évitant la perte de temps inhérente à la constitution du dossier, à la négociation, au déplacement, au transport. La convention permet aux éleveurs d’avoir un débouché certain pour leur production. Elle permet aussi aux entreprises de s’assurer d’un approvisionnement régulier en lait cru.
Dans une première section nous présenterons la filière lait en Algérie et dans la région d’étude. Dans la seconde, la présenterons le dispositif règlementaire régissant les relations entre le collecteur et le transformateur. Dans la section suivante, nous passerons en revue la littérature portant sur les raisons pour lesquelles les agriculteurs et les transformateurs choisissent les contrats. La dernière section présentera les premiers résultats d’une enquête réalisée auprès de 11 3 éleveurs répartis sur sept communes dans la wilaya de Sétif. Pour notre analyse nous n’avons retenu que 108 questionnaires. Nous aborderons aussi le rôle de la coopérative laitière de la wilaya de Sétif dans la valorisation du lait produit sur son territoire et de son implication concrète dans le dispositif de collecte de lait cru.
Problématique :
Le travail s’intéresse aux contrats dans l’agriculture et plus particulièrement à la convention écrite qui lie l’éleveur bovin laitier et le transformateur. Cette convention jouent-t-elle un rôle incitatif en matière de prix, de récompenses et de pénalités ? Contribue-telle à une plus grande transparence de la négociation entre les éleveurs et les entreprises (transformateurs) ? La contractualisation renforce-t-elle le lien entre producteurs et industriels ? Le lait produit dans la wilaya de Sétif bénéficie-t-il aux seules entreprises situées sur son territoire ? Les questions sont nombreuses et constituent les premières interrogations sur la coordination verticale dans une filière qui fait l’objet d’un grand intérêt des pouvoirs publics.
Pour répondre à notre questionnement, les hypothèses suivantes sont posées pour expliquer le niveau de connaissance de l’existence d’une convention qui lie le producteur et le transformateur par l’éleveur bovin laitier (le producteur) et de son contenu et surtout pour essayer de savoir comment la contractualisation est mise en application sur le terrain.
Nous avançons dans une première hypothèse que les éleveurs sont peu informés du contenu de la convention.
Notre deuxième hypothèse pose que le lien entre les producteurs et les entreprises est très ténu et souvent inexistant. La mise en application du dispositif ne signifie aucunement un partage égal de l’information entre les acteurs de la filière lait. Les intermédiaires (les collecteurs) ont tissé un voile opaque entre les éleveurs et les transformateurs. Le contrat commercial, qui est un contrat oral, liant les éleveurs et les collecteurs semble avoir plus de poids dans l’opération de collecte de lait que la convention écrite.

Méthodologie :
Le travail s’appui sur une enquête réalisée auprès d’éleveurs bovins laitiers dans la wilaya de Sétif et d’une coopérative laitière de wilaya la « COOPSSEL ». Le choix de la wilaya de Sétif n’est pas fortuit. Cette wilaya occupe la première place du podium pour ce qui est de la production et de la collecte de lait. Pour notre analyse nous utiliserons les réponses données par 108 éleveurs réparties sur 7 communes (BazerSekhra, Gueltazerga, El Eulma, Bir El Arch, Belaa, Ouldja, Guedjel) qui dépendent de trois subdivisions (El Eulma, Bir El Arch et Guedjel). Ces trois subdivisions agricoles réunies représentent près de 36 % de la population d’éleveurs bovins laitiers de la wilaya considérée.
Tableau n° 1: Répartition des enquêtés par commune

 

BAZER SEKHRA

BELAA

BIR EL ARCH

EL EULMA

GUEDJEL

GUELTA ZERGA

OULDJA

Total

Effectifs

17

12

26

6

26

7

14

108

Pourcentage

15,7

11,1

24,1

5,6

24,1

6,5

13,0

100


Tableau n° 2 : Population mère et échanlillonnage

 

BAZER SEKHRA

BELAA

BIR EL ARCH

EL EULMA

GUEDJEL

GUELTA ZERGA

EL OULDJA

Total

Nombre d’éleveurs

173

93

373

75

743

63

113

1633

Nombre à enquêter

19

10

28

8

32

8

14

119

Nous avons tiré notre échantillon sur un total de 1633 réparti sur sept communes. Le nombre d’éleveurs bovins laitiers (BL) sur ces sept communes représentent près de 27 % des éleveurs BL de la wilaya de Sétif. Dans un premier temps un temps nous avons fait un tirage aléatoire sur la base d’un taux de 10 % des éleveurs BL de la zone d’étude. Pour pallier l’absence des enquêtés, changements d’activités ou autres contretemps, nous avons constitué une liste, que nous appellerons complémentaire, afin de remplacer les éleveurs que nous n’avons pas trouvé ou inconnus. Au final, pour notre analyse nous utiliserons 108 questionnaires sur les 113 réalisés. Sur le plan temporel, l’enquête a été réalisée entre mai et juin 2012.



Pour ce qui est de la coopérative, le choix a été facile car la COOPSSEL est la seule coopérative laitière dans la wilaya de Sétif.
Yüklə 34,82 Kb.

Dostları ilə paylaş:




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2020
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə