Mention de master ville et environnements urbains



Yüklə 40,82 Kb.
tarix11.08.2018
ölçüsü40,82 Kb.
#69524


MENTION DE MASTER VILLE ET ENVIRONNEMENTS URBAINS

Le procès comme objet démocratique et pédagogique





A l’heure d’une crise écologique sans précédent, comment assurer toujours plus d’habitabilité urbaine? Quelle place les habitants aspirent-ils à occuper dans les réflexions et réalisations d’un aménagement urbain en pleine évolution ? Quelles sont, aujourd’hui, les formes du vivre ensemble et des « nouveaux » mondes communs de l’urbain à l’heure de la ville écologique ?

Pour s’emparer de ce questionnement, la mention de master Ville et Environnements Urbains a émis une proposition lors de l’appel à idée de la Biennale d’architecture de Lyon sur le thème des utopies concrètes. Retenue, cette proposition a abordé autrement ces questionnements : mettre en scène un procès de la ville écologique pour redonner de la place au débat démocratique tout en constituant une expérience pédagogique.




Ce procès s’est déroulé le 24 juin 2017 à la Sucrière.

Témoignages, documents, et expertises ont permis à un jury populaire tiré au sort parmi l’assemblée de se positionner sur la ville écologique vécue et imaginée, d’ores et déjà largement aménagée ou simplement souhaitée, actuelle et future.

http://imu.universite-lyon.fr/formation/mention-ville-et-environnements-urbains/



http://www.biennalearchitecturelyon.com/





Ce procès s’est déroulé dans le cadre de la biennale d’architecture qui s’est tenu en juin et juillet 2017. Pendant un mois, les acteurs de la ville se sont partagés un espace avec un public divers au sein de l’atelier des Utopies dans la Sucrière, espace emblématique de la Confluence, à Lyon.

L’objectif de la réponse de la mention de master à cet appel à idée était de questionner l’écologie dans la fabrique de la ville.







Pour réaliser ce projet de mise en tribunal, 6 étudiants de parcours divers de la mention de master ont travaillé, encadrés par un professeur d’université et coordonnés par un chargé de mission à l’UMR Triangle.

Par un travail bibliographique, une immersion dans un quartier dit écologique (la Confluence à Lyon), un travail de terrain fait d’entretiens et d’échanges autour d’un stand, trois chefs d’accusation ont émergé pour structurer le procès :



  1. La fabrique officielle de la ville écologique participe du développement d’ilots autonomes et ne permet donc pas l’émergence de nouveaux communs urbains

  2. Les modalités techniques, architecturales et procédurales de la ville écologique instituée induisent une homogénéisation des modes et styles de vie dans les villes

  3. La mise en œuvre de la ville écologique s’effectue essentiellement par des réponses morphologiques et techniques et non par un travail sur les habiter urbains.

Derrière ces chefs d’accusation, l’objectif était, par ce vrai-faux procès, de mettre en place une scène de débat :


Comment libérer l’écologie des questions normatives et techniques, et, quoiqu’il en soit, souvent sectorielles, pour l’élever au rang de commun urbain ?


L’écoquartier à l’épreuve de la participation


L’expérience historique dévoile un retard récurrent entre l’émergence des problèmes et la mise en œuvre d’actions visant à les solutionner. Chaque génération a cherché à résoudre les problèmes de celle qui l’a précédé. Avec la question écologique, la volonté a été de ne pas vivre, une fois de plus ce retard. Ainsi, dès les années 60, des mouvements s’organisent pour lutter contre les débordements d’un mode de vie incompatible avec la notion de durabilité. La question écologique se pose ainsi en question transversale à bien d’autres sujets.

Une forme urbaine se construit en compatibilité avec ces ambitions de durabilité. L’écoquartier devient la figure de proue de ce processus d’aménagement urbain durable. La ville écologique s’incarne par lui. Toutefois, le processus de construction de cette ville évolue et les premiers retours sur les écoquartiers se font. Variés par bien des aspects, les écoquartiers rassemblent une grande diversité de caractéristiques. Cependant, l’analyse empirique des vécus de ces espaces dévoile une tendance à la conception de vitrine technique et architecturale. L’utopie d’un aménagement transversal « glocal » et appropriable se transforme parfois en un nouveau gouvernement des corps.

L’intégration des rythmes sociaux et individuels doit s’effectuer à l’échelle de chaque ville et sans modèle réplicable. La ville écologique doit permettre aux habitants de participer de manière active et spontanée. L’écologie ne doit pas s’envisager comme une contrainte qui questionne des projets préexistants mais comme la redéfinition par l’implication citoyenne d’un mode de vie au quotidien.

Références :


  • Ecoquartiers, quels enseignements (CEREMA, 2017)

  • Un demi-siècle d’environnement et de développement durable entre science, politique et prospective (hors-série du ministère, été 2016)

  • Terre urbaine. Cinq défis pour le devenir urbain de la planète (Thierry Paquot, 2016)

PAROLES HABITANTES


Pour être écologique il faut être durable parce que c’est le principe même d’un cycle vertueux, qui se renouvelle constamment ”, L’écologie c’est quelque chose “d’extrême”, de “plus poussé” que le durable, “Durable c’est un objectif, non ?”

« Quand tu te retrouves sur un espace public de Confluence, moi, en tant que piéton, je ne m’y sens pas plus à l’aise qu’ailleurs.”

C’est une sorte d’équilibre, de cercle vertueux, entre ce que l’on produit, ce que l’on consomme et ce que l’on dépense.”



Dépliants et Flyers distribués Au parc Blandan et à la Confluence

La mise en tribunal de la ville écologique


Tout comme la réflexion sur la scénographie de l’espace d’un procès, l’utilisation de robes d’avocats et de magistrats, la préparation de chacun des rôles du procès, tenus par l’équipe étudiante, s’avère être une étape clés dans la méthode de mise en tribunal :

Le dossier d’instruction : document de référence du président


Le président est donc le chef d’orchestre des échanges en distribuant les temps de parole et en précisant les faits le plus objectivement possible à partir du dossier d’instruction qui rassemble l’intégralité des éléments à charges et à décharges rassemblés pendant l’enquête. Pour cela, il est encadré par un huissier et un greffier qui gèrent la logistique et procèdent aux réceptions des pièces, à l’appel des témoins et à la lecture des actes.

Les avocats et le procureur déclinent différentes stratégie tout au long du procès


Chacun des trois avocats dispose d’un rôle défini et spécifique. Leurs stratégies d’accusation ou de défense de l’accusé aboutissent, en fin de procès par les plaidoyers et réquisitoire dans lequel ils prennent la parole pour présenter leur vision des faits et les conséquences à en tirer. S’il est possible d’anticiper les arguments phares, l’improvisation est indispensable pour s’ajuster aux échanges du procès.

Prenant la parole en premier, l’avocate de la partie civile choisit de critiquer les orientations prises par cette ville durable : « nous avons pu (…) constater sans ambiguïté de l’inadéquation de la fabrique de la ville écologique avec les enjeux qu’elle tente d’affronter. » et appelle donc les jurés à profiter de ce procès pour sanctionner cette déviance. Dans un ton plus professoral, le procureur place la pratique de la ville écologique dans un contexte historique (les Minguettes) et théorique (principes fondateurs de l’écoquartier) pour conclure : « Cette ville durable se trompe d’écologie. ». « Nous sommes ici pour rendre justice. Je vous demande donc d’être juste et de vous poser une seule question avant de choisir de la culpabilité de cette ville écologique Vous semble-t-il judicieux de sanctionner une démarche qui tente d’agir pour le bien collectif ? » L’avocate de la défense conclut son plaidoyer appelant à la justice face à une ville écologique, certes imparfaite, mais réelle, malgré tout.


Le verdict : la ville écologique soumise au contrôle citoyen


A l’issu du procès, la pratique de la ville écologique est reconnue coupable de  Développer des ilots autonomes qui ne permettent pas l’émergence de communs urbains (chef d’accusation 1) et de se mettre en œuvre principalement par des réponses morphologiques et techniques et non par un travail sur les habiter urbains (chef d’accusation 3). La ville écologique est reconnue innocente sur le chef d’accusation 2 : la ville écologique tend à une homogénéisation des modes de vie.

Ainsi, la cour condamne la ville écologique à repasser au banc des accusés en 2018 à des fins d’évaluation. Pour sortir du caractère accusatoire, une conférence de citoyens sur les devenir de la ville aura lieu avant la réédition du procès. Ces activités auront lieu dans le cadre du master Ville et environnements Urbains et de l’école urbaine de Lyon.


Le Retour d’expérience pédagogique


« J’ai personnellement - et je crois comme les autres équipiers - adoré participer à cet exercice. Venant d’études en Architecture, les modes de communication, de projets, d’expérimentations, de transmissions de savoirs sont finalement assez classiques.

Ici, c’était l’occasion pour moi d’essayer des méthodes déjà employées aujourd’hui dans le monde professionnel mais peu dans le monde étudiant de l’Architecture : le dialogue direct avec l’habitant, avec l’usager, faire des micros-trottoirs, réaliser des entretiens notamment.

C’est un exemple qui montre que cette activité commune du master VEU m’a fait acquérir des outils qui me serviront à l’avenir dans ma pratique professionnelle. »

Nicolas Prost
« L’expérience de l’organisation et de la participation du procès de la Ville Ecologique a été particulièrement singulière. Elle nous a permis de mettre en place un système pédagogique et une mise en débat qui inversait les rôles et nous permettait d’avoir et d’apporter une réflexion sur des thématiques sensibles et particulièrement d’actualité. A partir du constat, que l’on ne peut pas se placer contre l’écologie ou contre le développement durable qui sont des sujets dits consensuels, on s’est rendu compte du foisonnement intellectuel et réflexif que pouvait porter une telle thématique. »

Loriane Ferreira

« Cette expérience était folle, je crois que je ne me suis jamais autant amusée...à faire mes études. D'ailleurs, ça m'a permis de mieux comprendre ce que je voulais construire plus tard comme projet professionnel et comme démarche de recherche (si tant est que je devienne une chercheuse un jour). Le procès a été une expérience innovante, ludique et déstabilisante autant pour moi que pour les autres étudiants, les témoins, les jurés ou encore le public, au vu des retours que j'ai pu avoir.

En soi, il existe plusieurs exemples de tribunaux citoyens ou de mise en scène réflexive, mais l'innovation réside vraiment dans le fait que chaque personne présente s'est retrouvée embarquée dans une expérience incongrue, quasiment absurde, à la limite entre le "très sérieux" (jeu d'acteur, costumes, scène...) et le "mis en scène" (lieu et scène atypique, accusé immatériel...). (…) »

Faustina Franquet

Le Retour d’expérience démocratique


« Le Procès de la ville Écologique, auquel j’ai participé en tant que témoin, a été un exercice intéressant à plusieurs titres.

Personnellement, ce procès via ses trois chefs d’accusation a eu le mérite de me faire prendre du recul sur mon métier d’urbaniste (chargé de mission Scot), et d’exprimer ma vision de la « ville écologique » en un temps court, ce qui incite à aller droit à l’essentiel.

Aussi, il m’est apparu important lors de ce témoignage de :

  • rappeler le projet de territoire du Scot de l’agglomération lyonnaise, qui définit à sa manière la « ville écologique » (…)

  • relever la surenchère normative du code de l’urbanisme ayant pour objectif de réguler la « ville écologique » ou « durable » à la française, par une succession de thèmes ou d’enjeux à traiter (consommation d’espace, biodiversité, eau, risques, déchets, nuisances sonores, transports, bâtiment durable, …) ; cette surenchère a tendance à homogénéiser les réponses apportées dans les documents d’urbanisme, et à en faire oublier l’essentiel comme la géographie des lieux et ses ressources propres, ou l’appropriation du projet par les élus et leurs habitants ;

  • affirmer l’importance du rôle du citoyen dans la fabrication de la « ville écologique », y compris à l’échelle de la planification territoriale, en rappelant tout de même que la décision finale (en cas de désaccords des parties prenantes) appartient aux individus élus démocratiquement ;

  • rappeler que chacun d’entre nous, qui faisons société (la ville étant la « cristallisation » de notre société), a sa part de responsabilité dans la création de la « ville écologique » (en tant qu’ « habitant », propriétaire foncier, actifs, simple usager, …) et qu’il fallait passer (avec ou sans l’aide de la collectivité publique) de la « passivité » à l’« engagement » pour relever les défis de la transition écologique ;

(…) Enfin, au-delà d’être un exercice formateur pour des étudiants, la méthode du Procès à l’intérêt de permettre aux participants (témoins, jurés, spectateurs,…) de se faire sa propre opinion sur un sujet complexe dans un temps limité. »

Jérémie Tourtier

Chargé de mission au SEPAL

« La ville concerne tout le monde en cela qu’elle est le résultat de l’utopie de chacun et de tous à la fois. C’est un acte Créatif, Collaboratif et Productif. »

Ludovic Juet, architecte DPLG

TEMOINS

Jean Frébault / directeur agence urbanisme de Toulouse et de Lyon, directeur de l’architecture au ministère de l’équipement 1989 à 1994, président de 2006 à 2014 le conseil de développement du grand Lyon.

Ludovic Juet / Architecte chez pespective patrimoine

Jérémie Tourtier / Chargé de mission au SEPAL

Catherine Grandin-Maurin / Architecte-urbaniste, directrice du Conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement du Rhône

Marie Ortonne / etudiante en architecture à l’ENSAL


Pour la suite


« J'ai pour ma part adoré me mettre dans la peau de l'avocat de la partie civile et de participer à ce grand débat avec des personnes investies dans leur rôle. Pour améliorer le procès en lui-même, il serait intéressant de pouvoir faire participer davantage les jurés tirés au sort pour leur offrir un statut particulier vis à vis du reste de l’audience. »

Lucile Masson

« Si on sait qu’il y a des stéphanois dans le groupe de travail, [parcours de la mention sur Saint Etienne] ça peut être intéressant de plus les impliquer pour avoir des avis d’une ville qui est à la fois différente que Lyon mais au même temps elle est tellement intégrée dans le système urbain que leurs avis doivent être plus pris en compte. »

Blair McLean

« L’expérience de la mise en tribunal effectuée en 2017 par la mention de master VEU est pleine de réussites. Toutefois cette démarche doit être poursuivie et des points peuvent être améliorés. Axer les chefs d’accusation sur des faits permettrait l’intégration d’un public plus large, associer dès la réflexion des praticiens, des étudiants, des représentants associatifs, des habitants permettrait d’élargir les questionnements et approches, recruter plus tôt les éventuels témoins permettrait la communication de documents graphiques lors du procès et donc une meilleure communication, diffuser une publicité pour accueillir un public plus large enrichirait les échanges, et, enfin, développer la démarche d’un procès par une mise en débat autre que par une accusation (une conférence de citoyens) offrirait un scène supplémentaire d’échange sur la question . »

Pierre Lavisse

Pierre Lavisse / référent étudiant / chargé de mission à l’UMR Triangle, ingénieur (INSA), master 2 Urbanisme et Aménagement (Lyon 2)

Blair McLean / parcours Altervilles (VEU), Géographe et politique de développement international

Loriane Ferreira / parcours Recyclages (VEU) / urbanisme, géographie et histoire à l’université Lumière Lyon II

Faustina Franquet / parcours Recyclages (VEU) / urbanisme, géographie et histoire à l’université Lumière Lyon II

Lucile Masson / parcours Recyclages (VEU) / architecture à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon

Nicolas Prost / parcours Recyclages (VEU) / architecture à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon

Rita Aazan / Parcours Villes en Tension (VEU) / Architecte

MANDATAIRE : Master Ville et Environnements Urbains, Coordonné par M. Guillaume Faburel, Pr Université Lyon 2, UMR Triangle

ASSOCIATION DE LA BIENNALE D’ARCHITECTURE : Franck Hulliard / architecte Urbaniste INterland


Kataloq: wp-content -> uploads -> 2017

Yüklə 40,82 Kb.

Dostları ilə paylaş:




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2022
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə