Réseau de chercheurs «Démographie»



Yüklə 54,17 Kb.
tarix03.11.2017
ölçüsü54,17 Kb.
#29190


ACTIONS DE RECHERCHE EN RÉSEAU




Réseau de chercheurs « Environnement et développement durable »


Programme Environnement et développement durable solidaire

AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE





2ème appel à collaborations



DOCUMENT DE PRÉSENTATION

2008-2009





DOCUMENT DE PRÉSENTATION

Ce document fournit les informations nécessaires à la préparation et au dépôt d’un dossier de projet de collaboration pour les Actions de recherche du Réseau de chercheurs «Environnement et développement durable ».


Afin de compléter votre dossier, vous trouverez également :

  • le formulaire de projet de collaboration,

  • la fiche de renseignements à remplir par chaque chercheur impliqué dans le projet.

Ces documents figurent sur la page Internet du site du réseau à l’adresse : 

www.edd.auf.org






1. RÉSEAU ENVIRONNEMENT ET DEVELOPPEMENT DURABLE

Le Réseau Environnement et développement durable a été constitué le 25 mars 2005. Il se veut une réponse à la demande des Chefs d’États et de gouvernements ayant le français en partage exprimée dans leur déclaration à l’issue du Xème Sommet de Ouagadougou, qui inscrit le développement durable comme priorité dans le cadre stratégique décennal de la Francophonie.


Les enjeux du développement durable suscitent des besoins de production et de partage de connaissances susceptibles de constituer des outils d’aide à la décision pour les décideurs, les gestionnaires et les populations concernées. La complexité des questions environnementales et de développement durable ainsi que les attentes de nos sociétés quant à la mise en œuvre des résultats des recherches exigent :

  • une approche globale et systémique passant par la pratique d’une interdisciplinarité effective au sein des équipes de recherche;

  • une implication, tout au long des démarches de recherche, des acteurs amenés à en mettre en œuvre les résultats ;

  • un processus partenarial de co-développement et de solidarité entre les pays de l’espace francophone.

Le Réseau Environnement et développement durable vise à favoriser la mise en relation non seulement de chercheurs issus des multiples champs disciplinaires concernés, mais aussi d’acteurs responsables des stratégies, politiques et programmes aux différents niveaux (responsables institutionnels, professionnels, représentants de la société civile, …)


Il vise plus particulièrement à

  • promouvoir la conception et la mise en œuvre de projets adoptant une démarche systémique et transdisciplinaire prenant en charge les dimensions technico-scientifiques, économiques, sociales, juridiques, culturelles, de santé publique, de gouvernance, de communication, d’éducation et de formation autour d’équipes pluridisciplinaires pour un même projet;

  • développer non seulement un dialogue, mais aussi des actions en synergie avec les réseaux de chercheurs AUF ainsi qu’avec d’autres réseaux de chercheurs ;

  • privilégier des recherches-actions, garantes de la pertinence de la recherche, de la co-construction des savoirs, de la pérennité des résultats ;

  • favoriser des recherches à même de renforcer les capacités de l’ensemble des acteurs du développement durable (décideurs, société civile, …) ;

  • assurer la diffusion des résultats des recherches non seulement au sein de la communauté scientifique mais également parmi l’ensemble des acteurs du développement durable (organisation de forums, publications « adaptées », …)

  • la mise en place de formations de niveau intermédiaire et professionnalisantes, en lien avec les activités de recherche (notamment autour des métiers de l’environnement) ;

  • structurer les activités du réseau autour de thématiques correspondant aux champs d’intervention adoptés par la Communauté internationale au Sommet de Johannesbourg : eau et sols, biodiversité, énergie, agriculture et sécurité alimentaire, santé.

Le réseau est coordonné (p.i.) par M. Paul Vermande, de l’INSA Lyon (France), et animé par un Comité comprenant, outre le coordonnateur, M. Omar Mhirit, de l’Ecole Nationale Forestière d'Ingénieurs de Salé (Maroc) ; M. Amadou Hama Maiga, de l’Institut International pour l’Eau et l’Environnement de Ouagadougou (Burkina Faso) ; M. Guy Matejka, de l’Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs de Limoges (France) ; Mme Pascale Naquin, de l’INSA de Lyon (France) ; M. Lamine Kadi, de l’Université de Mostaganem (Algérie) ; M. Jean-Pierre Revéret, de l’Université du Québec Montréal (Canada) et M. Pierre-François Mercure de l’Université Sherbrooke (Canada) , ,







2. OBJECTIFS ET ORIENTATIONS


Intitulé de l’appel :
« ENERGIE- EAU et CHANGEMENTS CLIMATIQUES»
Le développement durable des pays de la planète, particulièrement celui des pays du Sud, nécessite l’accès à des ressources suffisantes en eau et en énergie. Les chercheurs se doivent de comprendre et de trouver les moyens de limiter les effets néfastes des changements climatiques observés. Or les constats sont presque unanimes :

  • l’eau douce est de plus en plus rare du fait du réchauffement climatique et, de plus, elle est souvent polluée par les activités anthropiques

  • les énergies fossiles sont des ressources limitées dans le temps et de plus elles participent à augmenter l’effet de serre : il convient de les économiser dès maintenant en mettant en œuvre des énergies renouvelables

  • les forêts équatoriales surexploitées, ne pourront plus remplir leurs rôles d’absorbeur de gaz carbonique et de réserve de la biodiversité.

Face à cela, le réseau EDD de l’AUF lance un appel à propositions pour des actions de recherche en réseau (ARR) qui devront mettre en commun les travaux des équipes de chercheurs provenant d’au moins 3 pays francophones, dont un du Sud. Les thèmes de cet appel se veulent pragmatiques dans une perspective de développement durable des pays du Sud.


Les projets devront viser en priorité les besoins d’aide à la décision des pays du Sud et porter sur une des 3 thématiques suivantes :

  1. CHANGEMENTS CLIMATIQUES et Impacts sur les Ressources Naturelles :

    • Observations, mesures et analyses des différents aspects, évaluations des risques, effets et conséquences de ces phénomènes sur les ressources naturelles et les populations ;

    • Emissions et adsorption des gaz à effet de serre ;

    • Adaptation des écosystèmes forestiers aux changements climatiques ; déforestation.



  1. ENERGIE :

    • L’utilisation rationnelle de l’énergie et les économies d’énergie, notamment dans le bâtiment, les transports, les écoproduits et les matériaux ;

    • Les énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydraulique, biomasse, biocarburants et déchets), en milieux rural et urbain : leur efficacité technique, économique et sociale, leurs impacts environnementaux ;

    • Forêts et énergie : production et utilisation de bois de feu ; bio-combustibles industriels, plantations de bois énergie, aspects économiques (marchés émergents). Impacts sur les écosystèmes (en particulier les sols).



  1. GESTION DE L’EAU et CHANGEMENTS GLOBAUX : variabilité des climats et des ressources en eaux

  • Gestion de la demande : eau potable en milieu urbain et en milieu rural, démarches mises en œuvre pour faire face aux pénuries d’eau (dessalement de l’eau de mer, réutilisation des eaux usées, épurations à faible coût...) ; dynamique « eau, population, santé ».

  • Gestion de l’offre : systèmes d’aide à la décision, instruments économiques et financiers, économie de l’eau.

  • Préservation des ressources en eau, lutte contre les pollutions observées, restauration des sols par l’utilisation du compost et par la lutte contre l’érosion hydrique)

  • Influence des forêts dans la qualité et la quantité de l’eau ; bassins versants et régulation des systèmes hydriques

Deux conditionnalités de travail pour les recherches envisagées : l’interdisciplinarité permettant d’associer des chercheurs de plusieurs domaines scientifiques (sciences expérimentales (biologie, chimie, physique, …), sciences appliquées (technologie), sociologie, économie, droit, politologie (gouvernance), éducation environnementale, sciences de la santé), et l’intégration de certaines « parties prenantes » au sein même des actions de recherche (populations concernées, autorités administratives et/ou politiques, entreprises privées et/ou publiques, ONGs et/ou associations).

Par exemple : Une étude transversale travaillant sur « l’eau, l’environnement et le Développement Durable dans le bassin du Congo »  serait appréciée.
Les travaux en collaboration peuvent être soit monographiques, impliquant l’intégration de chercheurs venus de plusieurs horizons dans une étude localisée, soit comparatifs. Dans ce dernier cas, l’aide reçue aura pour but de renforcer la relation entre les équipes engagées dans une comparaison de leurs travaux.






3. Modalités de PARTICIPATIOn ET CRITERES DE SELECTION

L'appel s'adresse à des chercheurs, des équipes ou des laboratoires de recherche travaillant sur les pays francophones.


L'objet de cet appel à collaborations est de favoriser la communication entre des équipes, et de faciliter les contacts, les échanges, la mise en réseau. C'est pourquoi la priorité sera donnée aux dossiers associant plusieurs équipes, si possible de pays différents et impliquant nécessairement des chercheurs du Sud. Chaque projet doit associer au moins deux équipes dont une, au minimum, est rattachée à une institution du Sud. Chaque chercheur associé à un projet devra signer la « fiche de renseignements personnels » mentionnée au début de ce document. L'aide qui peut être apportée par le réseau concerne essentiellement les échanges par le financement de missions ou de stages, ainsi que la fourniture de documentation et de consommables. Le mandat du réseau n’est pas d’assurer le financement de base du programme proposé : ce financement est supposé acquis.
Les critères retenus sont les suivants :



  • L’adéquation avec les objectifs prioritaires du Réseau Environnement et développement durable et avec les thèmes de l’appel




  • Les démarches privilégiées de la recherche et particulièrement l’approche interdisciplinaire et systémique




  • La faisabilité

Réalisme budgétaire

Échéancier proposé




  • Les retombées et la valorisation 

Dans le domaine de la formation

Sur les décideurs

Auprès des associations, etc.





4. MODALITÉS D’AIDE

Pour éviter une trop grande dispersion des moyens, et compte tenu des ressources disponibles, le comité du réseau favorisera les projets regroupant des équipes qui unissent leurs compétences pour la réalisation scientifique d’un thème ou d’objectifs communs. Les équipes devront désigner et mentionner dans leur réponse à l’appel d’offres un chef de file, responsable notamment de l’administration du projet. Dans le cadre de cet appel d’offre, le laboratoire auquel appartient le responsable ne peut présenter plus d’un projet. Un chercheur membre d’une équipe ne peut se retrouver sur plus d’un projet présenté dans le cadre de cet appel d’offres.


Comme nous l’avons déjà souligné, l’essentiel de l’aide financière proposée par le Réseau Environnement et développement durable de l’AUF concerne le financement des échanges (stages, missions) entre les partenaires.
Ces projets doivent être d’une durée de deux ans. Le budget approximatif de chaque projet d’action de recherche en réseau retenu sera d’un maximum de 9 000 € par année.
À l’issue de la première année, les équipes devront présenter un rapport scientifique et un rapport financier dont l’examen par le comité de réseau conditionnera l’attribution de la seconde partie du financement. Enfin, le comité souhaite vivement que les équipes soutenues présentent des communications dans le cadre de colloques et conférences - notamment lors des journées scientifiques du réseau - et publient des articles en français dans des revues scientifiques de niveau international. Dans les publications, les chercheurs signaleront l’appui du Réseau par la mention suivante : «Ces travaux ont reçu l’aide du  Réseau Environnement et développement durable de l’Agence universitaire de la Francophonie».






5. CONSTITUTION DU DOSSIER

Le dossier de projet de collaboration devra contenir les documents suivants :
- Le formulaire intitulé « projet de collaboration »  dûment rempli,
- Une description de la recherche (six pages au maximum) selon le plan suivant :

Justification du projet et de description de ses objectifs ;

Présentation des aspects méthodologiques (problématique, sources de données et méthodes utilisées) ;

Calendrier d'exécution ;

Indication des ressources disponibles ;

Bibliographie ;

Participation demandée à l’AUF
- Une fiche de renseignements dûment remplie et signée par chaque chercheur impliqué dans le projet
Il est conseillé de joindre un RIB (Relevé d’identité bancaire) comportant l’IBAN (Identifiant international du compte) et d’indiquer le nom du gestionnaire du compte à créditer.








6. TRANSMISSION DU DOSSIER ET SUIVI

Les dossiers, établis en deux exemplaires / version papier et un exemplaire informatique, seront adressés

avant le 30 avril 2008 à  :



Monsieur Khalef Boulkroune

Agence Universitaire de la Francophonie,


Programme «environnement et développement durable solidaire

4, place de la Sorbonne

75005 PARIS France

khalef.boulkroune@auf.org


Les résultats seront communiqués avant le 30 juin 2008





7. CONTACTS



Paul VERMANDE

Coordonnateur (p.i.) du Réseau Environnement et développement durable

LGCIE- Bat. Sadi Carnot

INSA Lyon, 20 Av A. Einstein - 69621 Lyon

France

vermandepaul@wanadoo.fr

Khalef BOULKROUNE

Agence universitaire de la Francophonie

Programme « Développement et environnement »

4, Place de la Sorbonne

75 005 Paris



France

khalef.boulkroune@auf.org







reseau- Prog D-2092-reseau-edd-arr-pres-2008










Yüklə 54,17 Kb.

Dostları ilə paylaş:




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2022
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə