Bibliographie Sources arabes sur l’océan Indien



Yüklə 68,63 Kb.
tarix28.07.2018
ölçüsü68,63 Kb.
#60999

Les mondes de l’océan Indien – 4 mars 2010 – E. Vallet

Bibliographie - Sources arabes sur l’océan Indien (XIIIe-XVe siècle)
Outils de travail / Etudes générales
Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, Brill, 11 vol.
G. Ferrand, Relations de voyages et textes géographiques arabes, persans et turks, relatifs à l’Extrême-Orient du VIIIe au XVIIIe siècle, Paris, 1913-1914.
J. B. Harley & D. Woodward (ed.), The History of Cartography. II,1 Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, The University of Chicago Press, 1992.
I. R. Netton (ed.), Islamic and Middle Eastern Geographers and Travellers, Routledge, 2008 (recueil d’articles). Vol. 1 Medieval Geographers and Travellers ; Vol. 2 The Travels of Ibn Jubayr ; Vol. 3 The Travels of Ibn Battuta ; Vol. 4The Post-Medieval and Early Modern Period.
F. Sezgin, Mathematical Geography and Cartography in Islam and their Continuation in the Occident, Frankfurt, 2005, 2 vols. + 1 vol de cartes.
Sources
Yāqūt al-Rūmī (m. 626/1229), Mu‘ğam al-buldān.

Éditions

F. Wüstenfeld (éd.), Jacut’s geographisches Wörterbuch, Leipzig, F. A. Brockhaus, 1866-1873, 6 vol.

Al-Ğundī (éd.), Beyrouth, Dār al-kutub al-‘ilmiyya, 1990, 7 vol.

Cartes publiées dans Kamal, Monumenta cartographica, 3.5, p. 965.



Traductions

W. Jwaideh, The Introductory Chapters of Yāqūt’s Mu‘jam al-buldān, Leyde, Brill, 1959, rééd. 1987.


Cosmographies
Al-Qazwīnī (m. 682/1283), ‘Ağā’ib al-maḫlūqāt wa-ġarā’ib al-mawğudāt (cosmographie) et Āṯār al-bilād wa-aḫbār al-‘ibād (géographie)

Édition

F. Wüstenfeld (éd.), Zakarija ben Muhammed ben Mahmud el-Cazwini’s Kosmographie, Göttingen, Dieterischen Buchhandlung, 1848-1849, 2 vol. (vol. 1 cosmographie ; vol. 2 géographie),

Réimpression du volume 2 à Beyrouth, Dār Ṣādir, 1984.

Édition du Caire : ‘Ağā’ib al-maḫlūqāt wa-ġarā’ib al-mawğudāt, s. d.



Traductions

A. L. de Chézy (trad. fr.) dans A.-I. Silvestre de Sacy, Chrestomathie arabe, Paris, PUF, nouvelle édition actualisée, 2008, p. 818-875 (seconde partie des ‘Ağā’ib sur les trois règnes de la nature)

H. Ethé (trad. all.), Zakarija ben Muhammad ben Mahmûd El-Kazwîni’s Kosmographie. Die Wunder der Schöpfung, Leipzig, 1868.

G. Ferrand, Relations de voyages et textes géographiques, op. cit., p. (extraits sur l’océan Indien).

Alma Giese (trad. all.) : Al-Qazwînî, Die Wunder des Himmels und der Erde, Stuttgart, 1986.

Francesca Bellino (trad. italienne), Syrinx von Hees (a cura di) : Zakariyyā’ ibn Muḥammad al-Qazwīnī, Le Meraviglie del creato et le stranezze degli esseri, Milano, Mandadori, 2008 (Collezione « Islamica », 5).



Études

J. Ruska « Ḳazwīnī-Studien », Der Islam, iv (1913), p. 14-66 et 236-262.

M. Kowalska, « The Sources of al-Qazwīnī's Āṯār al-Bilād », Folia Orientalia, viii (1966), p. 41-88.

M. Kowalska, « Namensregister zu Ḳazwīnī's Āt̲ār al-Bilād », in RO , XXIX/1, (1965), p. 99-115, XXX/1, (1966), p. 119-134.

Syrinx von Hees, Enzyklopädie als Spiegel des Welbildes : Qazwinis Wunder der Schöpfung : eine Naturkunde des 13. Jahrhunderts, (Diskurse der Arabistik, 4) Harrassowitz, 2002.
Ibn Sa‘īd (m. 685/1286), Kitāb al-Ğuġrāfiyā ou Kitāb basṭ al-arḍ

Edition

J. Vernet Ginès (éd.), Libro de la extension de la tierra en longitud y latitud, Tétouan, Instituto Muley el-Hasan, 1958.

G. Potiron (éd.), Kitāb al-Ğuġrāfiyā, thèse de 3e cycle, Paris IV, 1972.

Traduction

G. Potiron (trad.), op. cit.



Etudes

G. Potiron, Un polygraphe andalou du XIII e siècle, ..., Ibn Saʿīd , in Arabica, xiii/2 (1966), p. 142-67.


Al-Dimašqī Ibn Šayḫ Ḥittīn (m. 727/1327), Nuḫbat al-dahr fī ‘ağā’ib al-barr wa-l-baḥr

Édition

A. F. M. van Mehren (éd.), Cosmographie de Chems-ed-Din Abou Abdallah Mohammed ed-Dimichqui, St. Pétersbourg 1866.



Traduction

A. F. M. van Mehren (trad.), Manuel de la cosmographie du Moyen-Âge, Copenhage, C. A. Reitzel, 1874 ; rééd. Amsterdam, Meridian, 1964


Abū-al-Fidā’ (m. 732/1331), Taqwīm al-buldān

Édition

J.-T. Reinaud et W. Mac Guckin de Slane (trad.), Géographie d’Aboulféda, Paris, Société asiatique, 1840.



Traduction

J.-T. Reinaud J. T. et S. Guyard (trad.), Géographie d’Aboulféda, Paris, Imprimerie nationale, 1848-1883, 2 vol.


Anonyme, tables de coordonnées géographiques du manuscrit d’al-Malik al-Afḍal (m. 778/1377)

Manuscrit

Al-Malik al-Afḍal al-‘Abbās (b. ‘Alī b. Dāwūd b. Yūsuf b. ‘Umar al-Rasūlī), The Manuscript of al-Malik al-Afḍal. A Medieval Arabic Anthology from the Yemen, éd. en fac-similé et introd. par G. R. Smith & D. M. Varisco, Londres, E. J. W. Gibb Memorial Trust, 1998, p. 157-169 et 295-304.


Ibn al-Wardī (m. 861/1457), Ḫarīdat al-‘ağā’ib wa-farīdat al-ġarā’ib

Edition et traduction partielle

C. J. Tornberg (éd. et trad.), Fragmentum libri Margarita mirabilium, Uppsala, 1835-1839


Encyclopédies / Chroniques universelles
Al-Nuwayrī (m. 733/1333), Nihāyat al-‘Arab fī funūn al-adab

Édition

Éd. Collective : Nihāyat al-‘Arab fī funūn al-adab, Le Caire, Al-hay’a al-miṣriyya al-‘āmma li-l-kitāb, 1923-, 32 volumes.


Ibn Faḍl Allāh al-‘Umarī (m. 749/1349), Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār

Manuscrits

Facsimilé : Masalik al-Absar fi Mamalik al-Amsar , Frankfurt am Main, Institute for the History of Arabic-Islamic Science at the Johann Wolfgang Goethe University, 1988, 27 vol.



Editions

Ayman Fuad Sayyid (éd.) : Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār. L’Égypte, la Syrie, le Hijâz et le Yémen, Le Caire, IFAO, 1985.

Éd. collective : Masālik al-abṣār fī mamālik al-amṣār, Abū Ẓabī, Markaz Zayd li-l-turāṯ wa-l-ta’rīḫ, 25 vol.

Traductions

Maurice Gaudefroy-Demombynes (trad. fr.) : Masalik el Absar fi Mamalik el Amsar: L'Afrique, moins l'Égypte, Paris, Geuthner, 1927.

Klaus Lech (ed. and trad. all.), Das Mongolische Weltreich. Al-‘Umarī’s Darstellung der mongolischen Reiche in seinem Werk Masālik al-absār fī mamālik al-amṣār, Asiatische Forschungen, 22, Wiesbaden, 1968.

Iqtidar Husain Siddiqi et Qazi Mohammad Ahmad (trad. ang.) : A Fourteenth Century Arab Account of India under Sultan Muhammad bin Tughluq (Being English Translation of the Chapters on India from Shihab al-Din al-`Umari's Masalik al-Absar fi Mamalik al-Amsar), Aligarh, Siddiqi Publishing House, 1971.

M. Zaki (trad. ang.) : Arab Accounts of India during the fourteenth Century, Delhi, Idaraha-i Adabiyat-i Delli, 1981 (2de éd. 2009), p. 3-54 (chapitre sur l’Inde).

Études

Shemuel Tamari, Topological Studies in the Masālik al-abār fī mamālik al-amār of Ibn Fal Allāh al-‘Umarī, Rome, Accademia Nazionale dei Lincei, 1989.


Ibn Ḫaldūn (m. 1406), Muqaddima.

Edition

A. Cheddadi (éd.) : Ibn Ḫaldūn, Al-Muqaddima, Al-Dār al-Bayḍāʾ, H̱izānaẗ Ibn H̱aldūn, Bayt al-funūn wa-al-ʿulūm wa-al-ādāb, 2005.



Traduction

A. Cheddadi (trad. fr.) : Ibn Ḫaldūn, Le Livre des exemples, Paris, Gallimard, 1998, vol. 1, p. 251-1264.



Études

A. Cheddadi, Ibn Khaldoun. L’homme et le théoricien de la civilisation, Paris, Gallimard, 2006.

G. Martinez-Gros, Ibn Khaldûn et les sept vies de l’Islam, Paris, Sindbad/Actes Sud, 2006.
Al-Qalqašandī (m. 821/1418), Ṣubḥ al-a‘šā’ fī ṣinā‘at al-inšā’.

Édition

Muḥammad ‘Abd al-Rasūl Ibrāhīm (éd.) : al-Qalqašandī, Ṣubḥ al-a‘šā’ fī ṣinā‘at al-inšā’, Le Caire, Dār al-Kutub al-Ḫadīwiyya, 1913-1920, 2de éd. 1963, 14 vol.



Traduction

M. Zaki (trad. ang.) : Arab Accounts of India during the fourteenth Century, Delhi, Idaraha-i Adabiyat-i Delli, 1981 (2de éd. 2009), p. 55-108 (chapitre sur l’Inde).



Étude

W. Björkman, Beiträge zur Geschichte der Staatskanzlei im islamischen Ägypten, Hambourg, 1928.


Al-Maqrīzī (m. 845/1442)

Éditions

Al-Maqrīzī, Kitāb al-mawā‘iẓ wa-l-i‘tibār fī ḏikr al-ḫiṭaṭ wa-l-āṯār, Ayman Fu’ād Sayyid (éd.), Londres, al-Furqān Islamic Heritage Foundation, 2002-2004, 5 vol.

Al-Maqrīzī, Kitāb al-ilmām bi-aḫbār man bi-arḍ al-Ḥabaša min mulūk al-Islām, Le Caire, 1895.

Al-Maqrīzī, Al-ṭurfa al-ġarība fī aḫbār wādī Ḥaḍramawt al-‘ağība, éd. P. Noskoyj, Bonn, 1866.

Al-Maqrīzī, Durar al-‘uqūd al-farīda fī tarāğīm al-a‘yān al-mufīda, éd. Maḥmūd al-Ğalīlī, Beyrouth, Dār al-Ġarb al-islāmī, 2002, 4 vol.

Études

J.-Cl. Garcin, « Al-Maqrīzī, un historien encyclopédique du monde afro-oriental », dans Les Africains, t. IX, Paris, 1978, p. 193-223.

F. Bauden, « Maqriziana II. Discovery of an Autograph Manuscript of al-Maqrīzī: Towards a Better Understanding of His Working Method Analysis », Mamlūk Studies Review, XII/1, p. 51-118
Géographie locale et almanachs (péninsule Arabique)
Ibn al-Muğāwir (m. ap. 626/1229), Ta’rīḫ al-mustabṣir

Édition

O. Löfgren, éd. : Ibn al-Muğāwir, Ṣifat bilād al-Yaman wa-Makka wa-ba‘ḍ al-Ḥiğāz al-musammā Ta’rīḫ al-mustabṣir, Leyde, 1951.



Traduction

G. R. Smith (trad. ang.) : A Traveller in Thirteenth Century Arabia. Ibn al-Mujāwir Ta’rīkh al-Mustabṣir, Londres, The Hakluyt Society, 2007.

G. Ducatez (trad. fr.) « Aden et l’océan Indien au XIIIe siècle : navigation et commerce d’après Ibn al-Muğāwir », Annales islamologiques, 37 (2003), p. 137-156 et « Aden aux XIIe et XIIIe siècles selon Ibn al-Muğāwir. Son passé légendaire, son histoire sous les Zuray‘ides et les Ayyoubides, son site, ses monuments et ses aménagements », Annales islamologiques, 38 (2004), p. 159-200.
Al-Malik al-Ašraf ‘Umar, Al-Tabṣira fī ‘ilm al-nuğūm

Édition et traduction

D. M. Varisco (trad. ang.), Medieval Agriculture and Islamic Science. The Almanac of a Yemeni Sultan


Anonyme (fin VIIe/XIIIe siècle), Irtifā‘ al-dawla al-mu’ayyadiyya

Manuscrit

Riyāḍ, Maktabat al-Malik Fahd, S 183.



Édition

Muḥammad Ğāzim (éd.) : Irtifā‘ al-dawla al-mu’ayyadiyya, Ṣan‘ā’, CEFAS-DAI, 2008 (La Bibliothèque yéménite, 2).



Étude

E. Vallet, L’Arabie marchande. État et commerce sous les sultans rasūlides du Yémen (626-858/1229-1454), Publications de la Sorbonne, 2010.


Šanbal (m. 920/1514), Ta’rīḫ Ḥaḍramawt

Éditions

al-Wağīh Sālim (éd.) : Ta’rīḫ Ḥaḍramawt al-ma‘rūf bi-ta’rīḫ Šanbal, s. l., 1994.

‘Abd Allāh al-Ḥibšī (éd.) : Ta’rīḫ Šanbal, Ṣan‘ā’, Maktabat Ṣan‘ā’ al-aṯariyya, 2003.

Traductions partielles

R. B. Serjeant (trad. ang.) : The Portuguese off the South Arabian Coast. Hadramî Chronicles with Yemeni and European Accounts of Dutch Pirates off Mocha in the Seventeenth Century, Oxford, 1963.

G. Ducatez (trad fr.), dans Cl. Hardy-Guilbert, « Al-Šiḥr, porte du Ḥaḍramawt sur l’océan Indien », Annales islamologiques, 38 (2004), p. 95-157.
Bā Maḫrama (m. 947/1540), Ta’rīḫ ṯaġr ‘Adan

Édition

O. Löfgren (éd.), Arabische Texte zur Kenntnis der Stadt Aden im Mittelalter, I-II, Leyde, Brill, 1936-1950 ; rééd. Manšūrāt al-madīna, Ṣan‘ā’, 1986.


Bā Maḫrama, Al-nisba ilā al-mawāḍi‘ wa-l-buldān

Édition

Éd. collective : Abū Ḏabī, Markaz al-waṯā’iq wa-l-buḥūṯ, 2004.


Riḥla / Récits de voyage
Copiste anonyme d’Ibn Ḥawqal, Kitāb ṣūrat al-arḍ (v. 540/1145)

Édition

M. J. de Goeje (éd.), Kitāb Surat al-Ar, BGA II, 1879.

J. H. Kramers (éd.) : Opus geographicum auctore Ibn aukal secundum textum et imagines codicis Constantinopolitani conservati in Bibliotheca Antiqui Palatii n°3346 cui titulus est Liber Imaginis Terrae, edidit collato textu primae editionis aliisque fontibus adhibitis J. H. Kramers – Bibliotheca Geographorum Arabicorum, II, 2, Louvain, Brill, 1939.

Traduction

Ibn Hawqal, La Configuration de la Terre, introduction et traduction par J. H. Kramers et G. Wiet, Maisonneuve et Larose, 1965, 2 vol.


Ibn Ğubayr, Riḥla (Taḏkira bi-aḫbâr ‘an ittifāqāt al-asfār)

Édition

J. M. de Goeje (éd.) : Travels of Ibn Jubayr, Gibb Memorial Series, t. V, Leyde, Londres, 1907



Traductions

M. Gaudefroy-Demombynes (trad. fr.) : Ibn Jobaïr, Voyages, Paris, Geuthner, 1949-1956

P. Charles-Dominique (trad. fr.), dans Voyageurs arabes, Paris, Gallimard, 1995, p. 369-1050.

Études

Se reporter à Netton, op. cit., vol. II


Ibn Baṭṭūṭa (m. 770/1369 ou 779/1377), Riḥla

Édition

C. Defremery et B. R. Sanguinetti (éd.) : Ibn Baṭṭūṭa, Tuḥfat al-nuẓẓār fī ġarā’ib al-amṣār wa-‘ağā’ib al-asfār, Paris, 1853-1859, 4 vol.



Traductions

C. Defremery et B. R. Sanguinetti (trad. fr.), Paris, 1853-1859, rééditée sous le titre Voyages, avec introduction et notes de S. Yerasimos, Paris, Maspéro, 1982, 3 vol. ;

P. Charles-Dominique (trad. fr.), dans Voyageurs arabes, Paris, Gallimard, 1995, p. 369-1050.

H. A. R. Gibb (trad. ang.), The Travels of Ibn Battuta, The Hakluyt Society, Kraus Reprint, 1972



Études

Netton, op. cit., volume III

En particulier :

I. Hrbek, « The Chronology of Ibn Battuta’s Travels », Archiv Orientalni, 30 (1962), p. 409-486

B. Hirsch et F.-X. Fauvelle-Aymar, « Voyage aux frontières du monde. Topologie, narration et jeux de miroir dans la Rihla d’Ibn Battûta », Afrique & Histoire, 1 (2003), p. 75-122.

D. A. Agius, « Classifying Vessel-Types in Ibn Baṭṭūṭa’s Riḥla », in Ships and the Development of Maritime Technology in the Indian Ocean, D. Parkin & R. Barnes (ed.), Londres, Routledge Curzon, 2002, p. 174-208.


Sources biographiques et hagiographiques
al-Ḫaṭīb, Al-ğawhar al-šaffāf fī manāqib al-sāda al-ašrāf, Tarīm, Maktabat al-Aḥqāf, n°2037.
al-Šarğī, Ṭabaqāt al-ḫawāṣṣ ahl al-ṣidq wa-l-iḫlāṣ, éd. ‘Abd Allāh al-Ḥibšī, Beyrouth, 1986 ; 2de éd., Ṣan‘ā’, al-Dār al-yamaniyya li-l-našr wa-l-tawzī‘, 1992.

Textes

1. Al-Maqrīzī, Durar al-‘uqūd al-farīda, vol. IV, p. 95-96
Biographie de Muammad b. Muammad b. Ğa‘far, al-šarīf Šams al-Dīn al-Dimašqī al-usaynī, mort en 809 H. Voisin d’al-Maqrīzī.

« Il me rapporta qu’il avait été résident protégé (ğāwara) à La Mecque pendant plusieurs années, et que vinrent à lui un marchand de l’Inde qui prit aussi asile, firent sa connaissance et restèrent avec lui quelques temps. Il me rapporta qui était égyptien (min ahl Mir), qu’il était un marchand itinérant (ğir rakkā), qu’il était parti avec ses tissus (bazz) vers le Yémen et avait laissé ses enfants au Caire. Quand il arriva au Yémen, il trouva attirante l’idée de passer en Inde (ya‘bir bilād al-Hind). Alors qu’il était en mer depuis quelques temps, des voleurs (surrāq) l’attaquèrent et prirent tout ce qui était avec lui avec les passagers (ahl al-safīna). Ils se réfugièrent dans une ville appelée Lī (Dillī ?), il y entra, demanda à voir l’habitant le plus important (kabīr ahlihā) ; les gens se firent l’intermédiaire jusqu’à lui. Il fut auprès de lui et se plaint de ce qu’il avait subi et qu’il n’avait plus de quoi subsister. Il ajouta « Il me sourit et promit de bien me traiter ; il donna des ordres à mon propos et me fit descendre en un endroit de sa demeure et prodigua tout ce qui était nécessaire à ma condition/situation. Il me fit l’un de ses enfants… Il ne se passa pas trois jours qu’il me fit appeler et je retrouvai soudain entre mes mais tout ce que j’avais perdu.

Il me dit : « Reconnais-tu cela ? ». Je répondis : « Oui, ce sont les biens (māl) que m’avaient pris les voleurs ». Il dit « Regarde les, car il se peut qu’il manque quelque chose ». Je les considérai mais il ne manquait rien. Il dit « Prends ton bien et ne pars pas de chez nous. »
2. Ibn al-Muğāwir, Ta’rīḫ al-mustabṣir, p. 106-107 (trad. Ducatez, 2004, p. 169)
« De Qulzum à Aden, à ce qui est derrière la montagne de Socotra, tout cela [était constitué] d’une seule terre ferme (barr) ininterrompue, dépourvue de mer et de pleine mer. Le Bicornu vint au cours de [l’une de ses courses] et arriva en ce lieu. Il ouvrit, en creusant, un golfe (khalīj) […]

Une preuve de notre propos [est la présence] de traces laissées par l’eau de la mer et les vagues encore observables au sommet de la montagne al-‘Urr, la montagne au faîte de la quelle a été édifiée la forteresse d’al-Ta‘kar, et la montagne al-Akhḍar

[…] La mer comprise entre al-Sirrayn et Jidda est appelée maṭārid al-khayl et marābiṭ al-khayl. L’origine de l’[appellation réside en ce] que les Arabes avaient l’habitude d’y chasser (yuṭāridūna) les chevaux, lorsqu’il n’y avait pas de mer et qu’elle [constituait] d’un territoire (arḍ) sec. Lorsque le Bicornu ouvrit le Bāb al-Mandab, l’ensemble des territoires fut noyé et ce qui en domina devint des îles dans la région [occupée] par la mer, qui portait à l’origine le nom de maṭārid al-khayl. […]

L’émir Jayyāsh b. Najāḥ a mentionné dans son Kitāb al-Mufīd fī akhbār Zabīd que la mer était un gué (makhāḍa) en raison de la raucité de l’eau. Aussi est-ce pour cela que les Abyssins ont eu la haute main sur la péninsule arabe jusqu’aux frontières d’al-Awāhil, au point d’exercer le pouvoir à Ṣan‘ā’. Leur règne s’y poursuivit à [l’époque de] l’infidélité (al-kufr) et à [l’époque] islamique, jusqu’au moment où ‘Alī b. Mahdī causa leur ruine en l’an 554/1159 ; à son époque, ils s’éteignirent et leur règne (dawlatu-hum) cessa en raison de la violence de leur tyrannie.




3. Ibn al-Muğāwir, op. cit., p. 147 (trad. E. Vallet)

« Les gens des navires (ahl al-marākib) disent entre eux : « Nous avons entendu qu’autrefois, il y a bien longtemps, il y avait dans ces profondeurs de la mer (al-ghubb) une très grande cité, prospère, où la vie était facile et sûre pour ceux qui y résidaient, un site excellent. » L’un d’entre eux dit : « Comment s’appelait-elle ? » Il lui répondit : « J’ai oublié son nom. »


4. Copiste anonyme d’Ibn Ḥawqal, trad. Kramers et Wiet
À propos d’Aden, vol. I, p. 23

« Le copiste de ce manuscrit ajoute : Je suis allé à Aden en l’année 540/1145 : le préfet (‘amīd) était Bilāl ibn Jarīr, et le surintendant des finances qui lui était attaché (al-mušrif ‘alay-hi), était mon oncle maternel, Amad ibn Ġiyā, nommé par son sultan Muammad b. Saba’. La ferme de la dîme perçue sur les navires (amān ‘ušr al-marākib) était de 114 000 dinars murābitī, somme plusieurs fois supérieure à celle que l’auteur de ce livre vient de mentionner. »


À propos d’al-Šiḥr (vol. I, p. 36-37)

« Le copiste de ce manuscrit déclare : lorsque j’entrai dans cette région en l’année 540/1145, le gouverneur qui l’administrait était Amad Ibn Manğawī, dont la capitale était Mirbā, petite ville sur le bord de la mer, à la distance d’une journée et demie de la ville de ufār, qui dépend également de son autorité. »


À propos de ‘Abbadān (vol. I, p. 46)

« ‘Abbadan est une petite forteresse, populeuse, sur le bord de la mer, à l’embouchure du Tigre. C’est un couvent militaire où étaient cantonnés les guerriers destinés à combattre les Sofrites, Qatarites et autres pirates. Des soldats volontaires vivent encore là à demeure.

Ajout du copiste :



Je suis passé par ‘Abbadan en l’année 538 (1143). C’est une île au milieu du confluent du Tigre et de l’Euphrate, près de leur embouchure, et d’ailleurs l’eau de la mer se mêle à celle des fleuves. On y voit un couvent qui abrite quelques soufis et ascètes, qui y vivent en célibataires, car la présence d’aucune femme n’y est tolérée. Sur la côte orientale s’élève une mosquée : des dépôts et des fonds y sont placés, dont la responsabilité n’est confiée à personne en particulier. Selon une croyance fermement établie au sein de la communauté de cette région, quiconque s’empare par fraude ou par violence d’une somme d’argent à ‘Abbadan est voué à la mort, car le navire sur lequel il aurait pu prendre place ferait naufrage d’une façon certaine. Une autre opinion est solidement ancrée dans l’esprit de la population : quiconque emporte quelque chose de la terre de ‘Abbadan sans autorisation de la communauté périra en mer, car le vaisseau qui l’emporterait sera englouti. »
À propos de Hurmūz (vol. I, p. 47-48)

« Toujours sur le littoral, on gagne Hormuz, port du Kerman, ville opulente, riche en palmeraies, excessivement chaude.

Ajout du copiste :

Elle est connue sous le nom de Tīz et consiste en un amas de maisons entre deux montagnes, dans une gorge profonde. J’y ai passé en l’année 539/1144. La ville était alors administrée par Muḥammad ibn Marzuban, originaire de Shīrāz, qualifié de Maître de l’épée et de la plume. En vérité, je n’ai jamais rencontré homme plus digne de ce surnom, car il était doué de la générosité légendaire de Ḫāzim et de la magnanimité de Ḥātim.

D’ailleurs la population faisait preuve d’une libéralité évidente et d’une circonspection parfaite. Parmi elle, on comptait un certain nombre de négociants cossus dont un nommé Ḥasan ibn ‘Abbās, propriétaire de navires qui cinglaient vers les extrémités de l’Inde. […] »
À propos de Sīrāf , vol. I, p. 277-278

« Ajout du copiste : Ses habitants sont excessivement riches, et l’on cite l’exemple d’un malade qui venait de tester : il détenait par devers lui le tiers de sa fortune, soit un million de dinars, sans compter les fonds qui lui appartenaient en société (mā kān ma‘a al-muḍāribīn). Je rencontrai à Aden Mūsā, fils de Rāmišt, à la date de l’année 539/1144… »


5. Ibn Ğubayr, Riḥla, trad. P. Charles-Dominique, p. 103.

« Les ğalba qui naviguent sur la mer pharaonique sont assemblées sans qu’on n’emploie aucun clou ; elles sont cousues à l’aide de cordes de qunbār, fibre de la noix de coco, foulée pour en faire du fil et tordue pour en fabriquer des cordes qui servent à coudre les navires. On fixe les cordages, de place en place, au moyen de chevilles en bois de palmier. Quand on a terminé de construire la ğalba, de la façon que nous venons d’expliquer, on l’enduit de beurre fondu, d’huile de ricin ou de graisse de requin, ce qui est préférable. »


6. Ibn Baṭṭūa, Rila, trad. P. Charles-Dominique, p. 965-967.
« Nous quittâmes ces gens, et vingt-cinq jours après, nous atteignîmes l’île de Jâwâ [Sumatra] dont le benjoin ou encens jāwī tire son nom. Nous découvrîmes l’île à une distance d’une demi-journée de mer : elle nous apparut verdoyante et opulente. La plupart des arbres sont des cocotiers, des aréquiers, des girofliers, des aloès indiens, des shâkî, des barkî, des manguiers, des jamûn, des bigaradiers et des camphriers. Le commerce avec la population de l’île se fait au moyen de pièces d’étain et d’or chinois brut et non fondu. La plupart des aromates qui se trouvent dans ce pays ne poussent que dans la partie occupée par les idolâtres, ils sont moindres dans la partie musulmane.

Lorsque nous arrivâmes dans le port, les gens vinrent à notre rencontre dans de petites embarcations avec des noix de coco, de bananes, des mangues et du poisson. Il est d’usage qu’ils offrent ces présents aux marchands qui les récompensent suivant leurs moyens. Le vice-amiral (nā’ib āib al-bar) monta à bord pour s’enquérir des négociants qui nous accompagnaient, puis il nous autorisa à débarquer. Nous descendîmes vers le bandar qui est un gros village situé sur le rivage, bâti de maisons, appelé Sarḥâ et à une distance de quatre milles de la ville. […] Nous nous mîmes en selle et nous entrâmes dans la capitale du sultan, Sumuṭra, belle et grande ville, entourée d’une enceinte de bois avec des tours en bois également. […] Le sultan a pour nom al-Malik al-Ẓāhir, c’est un des souverains les plus méritants et les plus généreux. Il est de rite chaféite, aime les derviches qui assistent à ses audiences pour lire le Coran et disputer sur les points de doctrine. Il fait souvent la guerre sainte et lance des expéditions contre les idolâtres. »


7. Al-Šarğī, abaqāt al-awāṣṣ, p. 274-275 (trad. E. Vallet)
Notice biographique d’Abū ‘Abd Allāh Muḥammad b. Ya‘qūb b. al-Mulayt b. Sūd b. al-Kumayt, connu comme Ibn Ḥurma (m. 720)

« Il naviguait en mer avec un groupe. Le vent changea un jour. Le mât se brisa, la voile tomba en mer et ils furent proches du naufrage. Ils s’attachèrent au faqīh et le pressèrent d’écarte ce danger d’eux. Il se leva vers le mât et posa sa main à l’endroit où il s’était brisé et dit : « Ô Envoyé de Dieu, intercède » Le mât se remit en place par la grâce de Dieu le Très Haut, la voile monta et ils continuèrent sains et saufs. »







Yüklə 68,63 Kb.

Dostları ilə paylaş:




Verilənlər bazası müəlliflik hüququ ilə müdafiə olunur ©muhaz.org 2022
rəhbərliyinə müraciət

    Ana səhifə